Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Chronique du tueur de roi > La Peur du sage (première partie)


La Peur du sage (première partie)

Titre VO: The Wise Man's Fear

Tome 2 du cycle : Chronique du tueur de roi
Partie 1 de "The Wise Man's Fear"
ISBN : 978-235294598-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Patrick Rothfuss

Prix Elbakin.net 2013 - Meilleur roman fantasy traduit

Le jour se lève sur l’auberge de La Pierre levée et l’homme reprend son récit, fidèle à sa promesse. Suivez ses pas sur la voie qui mène à l’héroïsme et à la déchéance. Découvrez la vérité qui a créé la légende.
J’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres. Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes. Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis. Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits. Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit. Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait.

Critique

Par Gillossen, le 27/09/2012

Ah, Patrick Rothfuss…
Il lui aura suffi (façon de parler bien entendu…) de signer Le Nom du Vent pour marquer un nombre conséquent de lecteurs, surtout outre-Atlantique d’ailleurs. Sa suite se sera faite attendre, attendre encore, sans même parler de la traduction de la dite suite chez Bragelonne. Quant au découpage de la traduction en question en deux volumes à l’occasion de cette parution française, difficile de nier qu’il aura lui-même entraîné moult réactions, encore aujourd’hui.
Mais si l’on se concentrait sur le roman lui-même ? Ou plutôt, sur le demi-roman qui nous est proposé dans le cas présent. Car peu importe par quel bout on prend cette équation, peu importe l’endroit de la césure, nous n’avons pas une histoire complète à se mettre sous la dent. Les choses étant ce qu’elles sont, c’est au lecteur de composer avec ce constat.
Nous retrouvons Kvothe là où nous l’avions laissé et celui-ci reprend son récit sans attendre… Et la magie opère toujours. Rothfuss possède décidément un vrai talent de conteur. Quelques pages suffisent pour replonger dans cette atmosphère toute particulière, naviguant entre souvenirs et considérations sur la vie jamais redondantes. Il n’en va pas forcément de même des anecdotes de Kvothe concernant sa vie d’étudiant, du moins si notre jugement s’arrête à la première moitié du roman.
Mais il faut dire que les sujets abordés par l’auteur ou son personnage principal n’ont jamais été particulièrement originaux, par eux-mêmes. Le traitement choisi par Rothfuss l’est-il vraiment davantage ? Pas forcément. Mais sa voix porte.
Si les plus impatients auront de quoi satisfaire leurs appétits, il s’avère difficile d’apporter un avis définitif quant à la valeur de cette suite tant attendue, dans le prolongement direct de son premier tome (logique, puisque le premier tome de l’auteur était déjà trop long pour ses éditeurs américains). Mais les forces et les faiblesses de l’écrivain n’ont pas évolué depuis et le charme opère toujours, pour peu que vous vous laissiez entraîner par Kvothe, quitte à vous perdre.
Avis aux amateurs !

7.5/10

Discuter de La Peur du sage (première partie) sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :