Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Nuit du prédateur


La Nuit du prédateur

Titre VO: The Gipsy

ISBN : 978-291515969-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Steven Brust
Auteur : Megan Lindholm

Cigany est le Gitan. Il arpente la ville de Lakota dans un nuage de magie. Stepovitch est un flic endurci, qui passe son temps à découvrir des victimes assassinées dans le sillage du Gitan. La Belle Dame règne sur le Monde d’en bas.
Elle tisse sa toile autour des habitants pour les emprisonner dans son réseau mortel… jusqu’à ce que les souvenirs oubliés du Gitan se dressent entre la ville bien-aimée de Stepovitch et les sombres desseins de la Dame.
Un roman étonnant où se mêlent musique, magie et combats mortels. Un policier désabusé et un gitan doté de pouvoirs magiques font équipe pour combattre les sinistres projets de la reine du Monde d’en bas, et sauver la ville.

Critique

Par Gillossen, le 22/05/2006

Paru en avril 2006, certains d’entre vous ont peut-être déjà lu ce roman, par le biais de notre concours par exemple ! Steven Brust et Megan Lindholm, un duo de choc pour ce roman de fantasy urbaine !
Un roman qui porte d’ailleurs nettement leur patte, aucun doute. De Brust, on retrouve le ton des roman
s Jhereg, dans les pas de Sipowicz… Hum, pardon, Stepovitch, et une certaine gouaille désabusée. De Lindholm alias Robin Hobb, certains passages font plus qu’évoquer le souvenir du Dernier Magicien, un ouvrage là aussi déroutant.
Déroutant, dans la narration déjà : des chapitres courts, adoptant plusieurs points de vue chacun, débordant de citations variées, extraites de poèmes, chansons, etc., et nous plongeant immédiatement au cœur de l’intrigue.
Une intrigue de polar, certes, mais qui ne délaisse pas d’autres aspects, tels qu’une magie souvent diffuse, ou bien encore les rapports humains, qui rappellent plus aisément la plume de Megan Lindholm, comme dans les moments évoquant les rapports de Stepovitch et sa fille… Cigany incarne un personnage difficile à suivre au départ, le lecteur étant aussi perdu que cet homme privé de souvenir. Peu à peu, certaines pistes se croisent, certains indices se font plus évidents…
Si le rythme est par moments quelque peu terne, si la figure de la Belle Dame n’a rien de très originale et demeure finalement dans un certain retrait, la lecture de ce roman n’en est pas moins des plus agréables, voire prenante pour peu qu’on se fasse au mélange des genres.
Sûrement pas un ouvrage définitif, mais une collaboration réellement intéressante.

8.0/10

Discuter de La Nuit du prédateur sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :