Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Codex des compagnons > La Nuit du chasseur


La Nuit du chasseur

Tome 1 du cycle : Le Codex des compagnons
ISBN : 978-282052335-8
Catégorie : Aucune
Auteur : R. A. Salvatore

L’elfe noir, Drizzt Do’Urden, retourne à Gauntlgrym avec ses vieux compagnons à ses côtés, afin de secourir le loyal nain-bouclier-devenu-vampire de Bruenor.
Un voyage aux nombreux périls les attend mais avant d’affronter les morts-vivants qui les attendent au-delà de l’Outreterre, ils devront traverser une colonie de drows.
Les sanguinaires elfes noirs, pires ennemis de Drizzt, qui ne souhaitent rien plus que de le voir mort.

Critique

Par Gilthanas, le 09/01/2016

Suite directe du romans Les Compagnons (qui bien que n’appartenant pas à cette nouvelle séquence des aventures de Drizzt, fait bien office de préquelle dans la parution choisie par Milady), La nuit du chasseur nous narre la suite des aventures des Compagnons du Hall réunis une fois de plus. Leur périple les mènera à Gauntlgrym, où se terre une vieille connaissance qu’ils chercheront à délivrer d’une terrible malédiction.
La première chose que l’on peut dire sur ce roman, c’est que visiblement, Bob Salvatore a pris un grand plaisir à l’écrire : on y retrouve presque tous les compagnons qui ont accompagné Drizzt dans ses précédents périples, qu’ils soient anciens ou plus récents. Si on ajoute à ces déjà nombreux personnages une ribambelle de drows qui complotent les uns contre les autres, il y a de quoi perdre même le lecteur le plus attentif. Et malheureusement, c’est ce qui finit par arriver…
Si on prend plaisir à voir les Compagnons du Hall dans une nouvelle configuration (mention spéciale au Wulgar 2.0), et à assister à la transformation de personnages comme Entreri ou Dahlia, le rythme assez lent, et le manque d’action (les combats sont mous, alors qu’ils sont la grande force de Salvatore habituellement) font que l’histoire avance peu, voir même pas. On sent qu’il s’agit d’une mise en place pour quelque de chose de plus grand, de plus spectaculaire, comme le confirme la fin du roman, mais quand les différentes intrigues finissent par se rejoindre, le roman est déjà arrivé à son terme.
Alors certes, la bataille finale vaut le détour, on se doute bien que certains personnages peu exploités ici reviendront par la suite, et les promesses de conflit à grande échelle font que l’on lira sans hésitation le tome suivant. On prend plaisir à revoir des héros auxquels on s’est attaché au fil du temps, et à constater que Salvatore a su les renouveler efficacement. Mais il est dommage que ce tome n’est pas la fraîcheur qu’avait Les Compagnons, voire les romans de la série Neverwinter. Mais on sent que le recyclage d’idées a atteint ici ses limites, et Salvatore se laisse aller à des récupérations trop aisées (le conflit drows/nains, qui a un air de déjà vu).
Il reste à espérer que « l’apocalypse » promise pour les prochains tomes ne soit pas un pétard mouillé : Salvatore a toutes les cartes en main pour réussir à redonner une seconde jeunesse à sa série. Mais pour cela, il faudra plus que remettre au goût du jour des intrigues passées…

 

 

5.0/10

Discuter de La Nuit du chasseur sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :