Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les dieux sauvages > La Messagère du ciel


La Messagère du ciel

Tome 1 du cycle : Les dieux sauvages
ISBN : 2375790065
Catégorie : Aucune
Auteur : Lionel Davoust

« Écoute Ma parole : l’Éternel Crépuscule cachera le soleil, étouffera les plantes et changera les hommes en bêtes, car Aska, le Dieu de la Nuit, ne tolère d’autres enfants que les siens. »

Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.

Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Critique

Par Belgarion, le 15/05/2017

Très attaché au monde d’Evanégyre au fil de ses écrits, ce n’est donc pas une surprise si, avec cette nouvelle trilogie, Lionel Davoust nous ramène sur ce monde complexe d’une richesse étonnante.
Mais autant les précédentes histoires oscillaient entre la fantasy et la science fantasy, autant c’est ici à un cadre résolument post apocalyptique que le lecteur est confronté. Après les cataclysmes marquant la chute du brillant et très avancé empire d’Asréthia les humains ont régressé à un stade très bas de civilisation, formant un parallèle marqué avec la chute de l’empire romain et les âges sombres qui s’en sont suivis. Des bulles de magie chaotique hantent ce monde torturé et n’offrent à ses habitants que la crainte divine en Wer, les s’enfermant dans une société patriarcale rigoriste et inégalitaire.
C’est dans ce contexte hostile que l’auteur nous attache aux pas de Mériane, l’héroïne principale réduite au statut de paria agnostique qui vit à la marge d’une société qui n’accepte pas les différences. Après un départ plutôt classique elle va prendre de la complexité et évoluer drastiquement au fil des événements qui s’entêtent à la ramener au cœur de la destinée d’un peuple qui l’avait rejetée. Les autres personnages principaux ne sont pas en reste avec l’affrontement larvé sur fond de géopolitique entre le fantasque duc Luhac qui se pose comme la Némésis de l’austère et traditionaliste duc Juhel. Certains autres protagonistes, encore trop peu fouillés, devraient gagner en profondeur et en intérêt dans les prochains tomes. Dans l’autre camp les enfants d’Aska difformes et effroyables menés par le charismatique prophète d’Aska s’avèrent plus complexes en ne se cantonnant pas uniquement au rôle de « méchants ».
L’auteur s’attache dans ce livre à respecter les canons de la fantasy épique tout en les interprétant, les enrichissant pour créer la surprise. Son style vigoureux et en même temps évocateur maintient l’attention du lecteur dans le récit en dépit de quelques deus ex machina qui au final ne s’avèrent pas si déplacés que ça. De même, au fil des pages certaines situations dans le récit ne peuvent manquer d’évoquer au lecteur des moments clé de l’Histoire de France qui rajoutent de l’intérêt.
Sur le plan de la forme l’édition de Critic est de qualité, même si la couverture n’est pas particulièrement accrocheuse. Toutefois elle illustre avec justesse la nature âpre, brute et irréelle de ce monde à l’agonie.
Ce premier tome est indéniablement une réussite. Lionel Davoust avec les dieux sauvages assume son talent de maître des mots au service de contrées lointaines et sauvages qui s’enrichissent au gré des récits sur Evanégyre, en attendant la suite.

8.0/10

Discuter de La Messagère du ciel sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :