Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Couleur de la faim


La Couleur de la faim

ISBN : 978-291562113-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Johan Héliot

Morcaï Treznor est un ogre. Solitaire, violent, hargneux, dénué de scrupules, il se laisse souvent dominer par son instinct le plus puissant : la faim. Et celle-ci le fait tellement souffrir qu’il se résigne à gagner la cité de Perdition… Il tombe là en pleins préparatifs de la Rencontre des Héros, foire exhibition de combats qui attire tous les gros bras du pays. Or, ceux-ci sont assassinés les uns après les autres… Morcaï se trouve bientôt impliqué, soupçonné, et doit enquêter malgré lui !
Il croise alors une galerie de personnages plus étranges et dangereux les uns que les autres ; monstres luttant vainement contre leurs propres instincts, et rejetant les anciennes coutumes pour s’assurer le pouvoir dans cette ère moderne qui s’annonce… Face à leur cruanté et à leurs machinations, Morcaï l’affamé ne risque-t-il pas d’être, à son tour, croqué par des créatures aux dents plus longues que les siennes ?

Critique

Par Gillossen, le 15/09/2006

Nouvel auteur à rejoindre l’écurie des éditions Octobre, voilà que nous retrouvons nul autre que Johan Héliot, dont les romans sont généralement très remarqués… Dès lors, qu’en est-il ?
Eh bien, voici un nouvel ouvrage à la lecture trépidante, et où la patte de l’auteur se fait irrésistiblement sentir. Partant d’un parti-pris à l’univers et aux personnages plutôt originaux, les craintes - l’entrée en scène de Morcaï éructant tant et plus n’est pas forcément le passage le plus réussi… - sont vites dissipées.
Plus qu’un décor, l’auteur a développé tout un univers autour de la cité de Perdition avec une véritable attention et un mélange des genres - des peuples en exil à cheval entre deux cultures, un niveau technologique de fin XIXeme siècle, des allusions plus qu’appuyées au vaudou, entre autres choses ! - qui ne tarde pas à prendre.
Si l’aspect enquête du roman pâtie par moments notamment des recours à la magie, il se dégage toutefois un vrai fumet de roman noir, Héliot sachant manier la plume avec bonheur quand il s’agit de placer une réplique saignante ou de mettre en images une scène haute en couleurs, et ne lésinant généralement pas sur une ironie mordante.
La fin peut sembler un peu confuse, encore que, les rouages se révèlant suffisamment huilés, avec quelques retournements de situation bien sentis. Une fois refermée, cette lecture promet de s’oublier assez vite, mais la faconde des personnages et de leur petit univers méritent bien que l’on s’y attarde un moment !

7.5/10

Discuter de La Couleur de la faim sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :