Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Nouveaux mystères d'Abyme > La Cité exsangue


La Cité exsangue

Tome 1 du cycle : Les Nouveaux mystères d'Abyme
ISBN : 978-235408636-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Mathieu Gaborit

Abyme, ville merveilleuse et baroque, est aussi l’unique cité des Royaumes crépusculaires où les peuples mortels peuvent cohabiter avec les démons et leurs seigneurs infernaux… Jusqu’à aujourd’hui. 
Après dix ans d’absence, Maspalio, farfadet flamboyant et ancien Prince-voleur de renom revient dans sa cité de coeur sur une énigmatique injonction de son ancienne amante Cyre. Mais dès son arrivée, rien ne se passe comme prévu. Abyme a changé et souffre d’une mystérieuse affliction. Aspiré dans un tourbillon de mésaventures, l’arrogant Maspalio devra se révéler d’une improbable humilité pour venir à bout des fléaux qui s’abattent sur lui et les siens…

Critique

Par Nephtys, le 16/06/2018

Une poésie étrange règne-t-en Abyme, que Mathieu Gaborit nous propose de (re)découvrir par un sentiment de perte et de crépuscule. En Abyme, la beauté n’est pas la même qu’ailleurs : souvent l’ignoble est sublime et le lecteur doit jouer entre un dégoût parfois inné et humain, et l’émerveillement de Maspalio qui lui, humain, ne l’est pas. 
Pourtant, on se retrouve vite envoûté non pas par la cité, mais par le souvenir qu’en porte le farfadet, ce souvenir ne correspondant plus en rien à la réalité. Le roman nous entraîne dans une mélancolie et une amertume tendre, nous dévoile une cruauté sombre, se vit presque comme le début d’un rêve sur le point de devenir cauchemar, et d’une ivresse pour peu que l’on y soit sensible.
En nous retranscrivant la beauté d’Abyme comme il le fait, Mathieu Gaborit nous offre en plus du récit, tous les sentiments de Maspalio sur ces choses qui ont été mais ne sont plus : la cité, sa jeunesse, les personnes ayant peuplé ses souvenirs…. Les seules choses qui finalement restent sans bouger, ce sont les sentiments, au grand dam du farfadet préférant se cacher dans son arrogance.
Si le travail d’introspection est fin, les scènes d’action savent donner du punch au roman et les péripéties interviennent au bond moment pour en faire rebondir l’histoire : il ne s’agit pas simplement du récit d’un vieil homme venant en pèlerinage dans sa cité et ses souvenirs. La lecture du premier cycle n’est également pas une obligation, il est aisé de s’intéresser aux personnages et tous, même ceux simplement croisés, portent leur histoire en eux et nous en livrent assez pour qu’ils peuplent le récit sans nuire à la lecture. 
Le dernier chapitre propose quant à lui un souffle épique et intimiste tout à la fois, nous faisant refermer le livre et attendre la suite avec contentement.

7.0/10

Discuter de La Cité exsangue sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :