Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Cité des Lamentations


La Cité des Lamentations

ISBN : 978-291565369-4
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Gal Paul Martin

Baroudeur, aventurier, chasseur de trésors, Irvin Murray est un peu tout cela à la fois.
Alors qu’il tente d’échapper à dix assassins, Murray découvre les ruines d’une ville antique perdue dans le désert : la Cité des Lamentations.
Pensant se réfugier parmi les ruines afin de semer ses poursuivants, il tombe dans un piège qui le conduit au cœur d’un labyrinthe sans âge. Il comprend alors pourquoi les hommes lui ont donné ce nom… Dans les profondeurs de la cité, les souterrains bruissent d’un même murmure : celui d’un peuple des abîmes qui attend de se repaître des inconscients pris dans ses filets… Tous ses talents vont-ils suffire à Murray pour échapper à la Cité des Lamentations ?

Critique

Par Asavar, le 01/10/2016

Il y a quelques années, lors du podcast Elbakin.net numéro 12 consacré à Robert E. Howard, Patrice Louinet expliquait que nous verrions arriver en France des auteurs qui se revendiqueraient de l’influence du Texan. Même s’ils sont encore rares, nous pouvons dire qu’il avait raison.
Outre la note de l’éditeur le confirmant en quatrième de couverture, on ne peut s’empêcher à la lecture de ressentir l’influence des pulps en général et du personnage d’El Borak en particulier dans le recueil de nouvelles que nous offre Paul Martin Gal. Mêlant habilement histoire, légendes locales et fantastique, l’auteur nous entraîne au fil de sa plume aux côtés d’Irving Murray, l’aventurier dont on suit les péripéties, situées dans le Moyen-Orient de l’entre-deux guerres. Il y a dans ces nouvelles l’ambiance très particulière de cette époque, alors que la « magie » et les « blancs des cartes » laissent peu à peu place à un savoir universel grâce aux avancées technologiques et scientifiques.
Paul Martin Gal ne s’est pas contenté de revisiter habilement les pulps des années 20-30, il a su en tirer le meilleur pour nous proposer une histoire qui trouve le juste équilibre entre tradition et modernité.
Bien entendu, le héros est confronté aux civilisations perdues, aux anciens seigneurs plus vieux que le temps racontant l’histoire de leur peuple depuis la création du monde et autre bêtes sorties du folklore local, comme il sied à ce genre de recueil. Si vous n’êtes pas friands de ce genre d’histoires, vous risquez de grincer des dents mais si, comme moi, vous l’appréciez, vous allez adorer.
A cela s’ajoute une couverture signée Daniel Balage (connu pour avoir travaillé, entre autres sur les jeux vidéo Alone in the Dark ou Assassin Creed Unity), avec un côté très Darkest Dungeon et qui retranscrit à merveille l’ambiance noire du livre.
Nous sommes donc en présence d’un titre attractif à plus d’un titre. Si vous n’êtes pas familiers avec l’univers des pulps, ce titre constitue une bonne entrée en matière avec une écriture fluide et moderne. Pour les amateurs de la collection « L’Age d’or de la Fantasy » des éditions Callidor, de Lovecraft, d’Ashton Smith et de Howard, foncez le lire, vous ne serez pas déçus.
Nestiveqnen n’est plus aussi prolifique qu’autrefois mais réussit toujours à nous surprendre par ses publications.

7.5/10

Discuter de La Cité des Lamentations sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :