Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > L' Ange de la nuit > L'Ombre parfaite


L'Ombre parfaite

Titre VO: Perfect Shadow

Tome du cycle : L' Ange de la nuit
ISBN : 978-281121212-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Brent Weeks

Gaelan Feu du Ciel est un fermier, un époux heureux et un père de famille ; bref, un homme simple et discret. Pourtant, il est aussi immortel, et d’un talent inégalé pour les arts de la guerre. À travers les siècles, il a arboré de nombreux visages, mais bien trop souvent les événements l’ont sorti de l’ombre pour faire de lui un héros, portant ses différents noms à la postérité. Cette fois-ci, sa nouvelle mission commanditée par la dangereuse courtisane Gwinvere Kirena pourrait bien détruire tout ce en quoi il a toujours cru.

Critique

Par Gillossen, le 10/06/2014

Si comme moi vous préférez la trilogie de L’Ange de la Nuit au nouveau cycle en cours de Brent Weeks, la perspective de retrouver cet univers, et surtout Durzo, ne pouvait bien sûr que vous ravir. Avec bien sûr la perspective de gâcher un peu le souvenir laissé par la trilogie en question, voire de nous donner envie de la réévaluer, à la baisse…
Par chance, ce n’est pas vraiment le cas. Mais tout d’abord, il faut bien avoir en tête que nous avons affaire ici à une novella, et non à un roman complet. S’il ne s’agit pas d’une raison pour revoir nos exigences à la baisse, fatalement, l’auteur n’a pas le temps de proposer un contenu des plus profonds, d’autant que Weeks ne fait pas vraiment partie des écrivains sachant résumer son propos en un minimum de mots.
Cela étant, L’ombre parfaite se lit bien sûr très vite mais pour une histoire censée revenir sur les origines du mystérieux Durzo Blint, cet aspect-là demeure bien mystérieux. On pourra toujours rétorquer que c’est toujours mieux que de vouloir tout expliquer tout dévoiler, mais il y a de quoi rester sur sa faim. On dirait parfois que l’auteur n’a pas su concevoir un véritable roman traitement de ce sujet et s’est donc contenté d’une succession de scènes, entraînant ainsi un certain manque de cohérence d’ensemble. Or, si en tant que tel Durzo est un personnage plus complexe et donc plus intéressant qu’un Kylar au départ, cette complexité n’est pas vraiment creusée ici et dans le même temps, Durzo n’a rien de particulièrement attachant pour tenter de capter notre attention par un autre biais.
Bref, ces retrouvailles avec l’univers de L’Ange de la Nuit (et ses protagonistes marquants comme Mamma K) ne s’avèrent pas spécialement concluantes, sans être tout à fait déplaisantes pour autant, n’exagérons pas. Mais un texte monotone (un comble !), une histoire pas toujours très claire, et des “bonus” sans saveur n’aident pas à rehausser nos impressions. Et on ne parlera même pas de l’illustration de couverture, évidemment. Une lecture loin d’être parfait en somme, qui pourrait même rebuter une partie des fans initiaux.
Mais s’il vous faut votre dose…

5.5/10

Discuter de L'Ombre parfaite sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :