Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Bâtard de Kosigan > L'Ombre du pouvoir


L'Ombre du pouvoir

Tome 1 du cycle : Le Bâtard de Kosigan
ISBN : 978-235408172-0
Catégorie : Aucune
Auteur : Cerutti Fabien

Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d’élite triés sur le volet. Surnommé le “Bâtard”, exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d’Europe. En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, en inquiète plus d’un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu’au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis. A l’évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel…

Critique

Par Belgarion, le 17/03/2014

Le chevalier Pierre Cordwain de Kosigan est un homme dur et froid, un banni qui a appris à ne compter que sur lui-même et sa petite troupe de  coupe-jarrets tout aussi pragmatiques et désabusés que lui. Ce personnage central du récit constitue le principal point fort de ce premier tome, bien que sa personnalité ait besoin de quelques développements et enrichissements supplémentaires, notamment quant à son aspect séducteur par trop caricatural. Les quelques hommes et femmes qui les servent possèdent également un caractère atypique revêtu d’une chape de mystère qui ne peut manquer d’éveiller l’intérêt pour les différents protagonistes qui traversent la vie du mystérieux mais talentueux Pierre Cordwain de Kosigan. Par ailleurs, la narration à la première personne renforce le sentiment d’empathie du lecteur et permet de rentrer facilement dans le récit aux côtés du chevalier. Le récit proprement dit est double et se déroule sur deux époques différentes. Une partie se passe en 1899 en Europe et s’attache à suivre, sous forme d’échanges épistolaires, un archéologue aventurier, Kergaël de Kosigan, qui est à la recherche de son passé. Suite à un étrange héritage, il va aller de découverte en découverte concernant son aïeul. Mais la majeure partie de l’histoire prend place dans une Champagne uchronique en 1339 où les créatures féeriques disparaissent peu à peu, mais côtoient encore les hommes malgré la pression de l’Inquisition. Cette Champagne, décrite avec une grande précision historique, se révèle néanmoins ici un duché à dominante humaine dirigé par une noble elfe. Le chevalier Kosigan, employé en sous-main par plusieurs Puissances, se trouve dès le début entraîné dans plusieurs intrigues politiques imbriquées entre elles, où les retournements de situation sont légion et souvent potentiellement mortels. L’auteur, Fabien Cerruti, exploite avec  habileté ses deux histoires parallèles pour mieux tenir le lecteur en haleine.Le style d’écriture à la première personne est volontairement direct et épuré. Il va à l’essentiel sans s’embarrasser de fioritures, ce qui convient parfaitement à la personnalité pragmatique du héros, sans pour autant permettre au lecteur de s’extasier devant l’enchaînement de figures de style ou la richesse du vocabulaire. On peut toutefois regretter que, si les scènes de combat sont rendues avec un grand réalisme, notamment les phases du Tournoi, le livre manque par moments de descriptions plus approfondies pour mieux se représenter certains lieux. Ces précisions permettraient de mieux planter le décor et d’enrichir le monde prometteur posé par l’auteur.
Il convient également de souligner dans les points négatifs le caractère peu attractif de la première partie de l’histoire se déroulant en 1899 sous forme de courriers relatant de manière souvent impersonnelle les tribulations de l’archéologue. Le lecteur ignore au début comment appréhender cette histoire parallèle, ce qui est le but, mais ne parvient pas non plus à s’y intéresser jusqu’à ce que certains évènements apportent un éclairage nouveau qui redynamise le roman et lui apporte un peu de complexité. Les derniers chapitres corrigent toutefois en partie ce défaut initial.
Le bâtard de Kosigan, l’ombre du pouvoir, malgré plusieurs maladresses, donne lieu à une aventure originale où les combats chevaleresques côtoient les histoires d’espionnage. La mise en parallèle de deux récits, les nombreuses pistes restées encore sans réponse, les enjeux nouveaux qui découlent de la fin du livre et le charisme de Kosigan et de sa petite troupe de mercenaires qui n’a encore dévoilé qu’une partie de ses membres représentent autant d’éléments qui peuvent donner envie de connaître la suite des aventures de ce « James Bond moyenâgeux ».

6.5/10

Discuter de L'Ombre du pouvoir sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :