Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Quand les dieux buvaient > L'Immortalité moins six minutes


L'Immortalité moins six minutes

Tome du cycle : Quand les dieux buvaient
ISBN : 978-225311929-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Catherine Dufour

Il était une fois trois fées qui vivaient heureuses dans leur forêt enchantée. L’une d’elle était amoureuse d’un elfe noir. Un jour, hélas, elle le quitta pour un Korrigan et il décida de se venger. Il sabota le miroir magique de la fée volage.
Or, si fabriquer un miroir magique est horriblement compliqué, le détruire est terriblement dangereux…

Critique

Par Luigi Brosse, le 18/07/2007

Catherine Dufour, on la compare parfois à Terry Pratchett, si ce n’est qu’elle est une femme et française de surcroît. A coup sûr, il ne faut pas ouvrir l’un de ses livres en comptant garder son sérieux. L’immortalité moins six minutes ne fait pas exception.
Et ca commence très fort avec un trio de fées plus atteintes les unes que les autres. Ajoutez à cela, un amoureux elfe noir éconduit, des métis ogro-nains, et vous commencez à avoir une idée de ce que cela peut donner. Grosso modo, la fin du monde approche à grand pas !
L’accroche est donc très dynamique, servie par un style vif, direct et audacieux. C’est d’ailleurs le point fort de l’auteur : elle a clairement un don pour les formules, non pas magiques, mais marquantes et tant mieux quand en plus c’est drôle. Sans chercher à vouloir à tout prix glisser le bon mot, on assiste au contraire à de petites touches habiles d’humour. Un très bon point pour le coup.
Néanmoins, si les premier et dernier tiers sont originaux et très frais à lire, le second s’avère plus rebutant à cause du thème abordé. En effet, il est consacré à une parodie de quête. Devinez laquelle ? Celle du Seigneur des anneaux, bien sûr ! C’est dommage car l’on passe 100 pages dénuées de suspens. On aurait souhaité retrouver un autre procédé stylistique, voire un minimum de différences, même si l’éclairage apporté par les fées sur le périple de Frodo et l’anneau reste très humoristique.
En conclusion, ce volume laisse une sensation mitigée. Certaines blagues sont vraiment bien trouvées et la fin sait se montrer novatrice. Mais le milieu du volume avec sa lenteur vient pénaliser l’ensemble. Une lecture tout indiquée donc pour se faire un petit plaisir sur la plage.

6.5/10

Discuter de L'Immortalité moins six minutes sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :