Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Cycle des dieux > L'Île des sortilèges


L'Île des sortilèges

Tome 1 du cycle : Le Cycle des dieux
ISBN : 978-225311728-5
Catégorie : Aucune
Auteur : Bernard Werber

Quelque part, loin, très loin, se trouve une île que ses habitants appellent Aeden.
Là, perchée sur un haut plateau, une ville : Olympie. Dans son cœur, une étrange institution, l’École des Dieux, et ses professeurs : les 12 dieux de la mythologie grecque, chargés d’enseigner l’art de gérer les foules d’humains pour leur donner l’envie de survivre, de bâtir des cités, de faire la guerre, d’inventer des religions ou d’élever le niveau de leur conscience.
La nouvelle promotion ? 144 élèves dieux qui vont devoir s’affronter à travers leurs peuples, leurs prophètes, chacun avec son style de divinité.
Mais la vie sur Aeden n’est pas le paradis. Un élève essaie de tuer ses congénères, un autre est tombé fou amoureux du plus séduisant des professeurs, Aphrodite, déesse de l’amour, et tous se demandent quelle est cette lumière là-haut sur la montagne qui semble les surveiller…

-> Lire les premières pages !

Critique

Par Gillossen, le 10/10/2007

Et revoilà le prolifique Bernard Werber, qui poursuit son parcours atypique dans le panorama de la littérature française, souvent à la croisée des genres, et sans oublier d’adresser à ses lecteurs des leçons de choses, voire de philosophie…
Cette entame de trilogie ne déroge pas à la règle, d’autant plus que l’on retrouve les héros des Thanatonautes et de l’Empire des anges, - sans doute les deux meilleurs romans de l’auteur - Michael Pinson en tête. Les voilà maintenant devenus élèves dieux, dans une cité perdue au milieu de l’océan, et recélant force créatures chimériques et autres monstres de légende, sans parler évidemment des dieux eux-mêmes, et de l’aura de mystère les entourant, eux et leurs cours.
Un concept assurément excitant et plein de promesses, dont on serait pourtant tenté de dire une fois le roman refermé qu’il n’est qu’à demi réussi. Car après une introduction claire, et permettant y compris au lecteur novice de prendre le train en marche s’il le désire, Werber, notamment durant un second tiers de roman aux allures de partie de jeux vidéo façon Populous, entrecoupée de banalités, s’enlise, au point d’en devenir tout simplement irritant, notre candide héros le premier là encore. La perspective de mise en abime du récit à travers le prisme de l’évolution de la nature humaine et ses aspirations, les parallèles évidents avec notre histoire, ou les allusions au fait de se retrouver comme dans un roman, tout cela ne fonctionnant pas à plein, ce qui joue là aussi sur l’intérêt fluctuant. Certaines séquences perdent également de leur impact potentiel, du fait de la présence trop envahissante de l’auteur, par le biais de sa célèbre Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, soulignant des messages pourtant déjà limpides…
Heureusement pour le lecteur, le dernier acte nettement plus consistant redresse la barre, et attise suffisamment la curiosité pour avoir envie d’en connaître plus, d’autant que l’auteur ne pouvait pas choisir “pire” moment pour interrompre sa prose. Toutefois, ceux qui se sont lassés de la “formule Werber” ne doive pas s’attendre à la voir renouveler en profondeur, quand bien même le cadre se fait ici plus fantasy…

7.0/10

Discuter de L'Île des sortilèges sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :