Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Voie du sabre > L'Homme qui voulait tuer l'empereur


L'Homme qui voulait tuer l'empereur

Tome 2 du cycle : La Voie du sabre
ISBN : 978-207030698-5
Catégorie : Aucune
Auteur : Thomas Day

En refusant de faire don à l’Empereur de sa concubine, la sublime Shirôzaemon Reiko, le seigneur Ichimonji Daigoro a signé l’arrêt de mort de son clan. Unique survivant de la terrible bataille qui a vu son nom définitivement rayé de la surface du Poisson-Chat Kyûshû, Daigoro ne doit sa vie qu’à l’intervention d’un démon : le feu primordial, désormais incarné dans celle qui fut son amour. Et maintenant il ne souhaite plus qu’une chose, tuer l’Empereur-Dragon à l’origine de toute cette tragédie.
Mais on n’arpente pas impunément la Voie de la Vengeance. Accompagné de son étrange allié et d’un infréquentable bretteur gaijin, Daigoro découvrira dans les entrailles du Mont Fuji le prix de ses funestes desseins.
Quarante ans après La Voie du sabre, dans un Japon du XVIIe siècle où la magie et les dragons existent, voici l’histoire édifiante d’Ichimonji Daigoro, l’homme qui voulait mettre l’Empire à feu et à sang.

Critique

Par Luigi Brosse, le 20/04/2005

Le premier tome était caractérisé par l’audace d’un écrivain français qui se frottait à l’une des plus populaires “légendes” du Japon. Malgré quelques petites faiblesses scénaristiques, le pari était brillamment réussi. Thomas Day était arrivé à créer un univers oriental fantastique à l’occidentale, difficile mariage intelligemment mis en scène.
Nous voici à présent de retour sur la terre des exploits de Myamoto Musashi, quatre décennies ont passé et il ne reste de cette épopée que des on-dit. Que vous ayez lu ou non le précédent volume, la plongée au cœur de ce Japon magique est immédiate. L’action vous emporte directement au cœur du malstrom. La plume de l’auteur est directe, rapide, épurée, presque économique dans sa retranscription de l’action. Elle n’est pourtant pas dénuée de beauté, ni de finesse à la manière d’un kana finement tracé. On sent qu’un réel travail a été fourni lors de l’écriture. Et si jamais certains termes peuvent se révéler choquant (langage cru, érotisme très prononcé), ils s’inscrivent parfaitement dans le réalisme de l’histoire.
L’influence asiatique se fait très fortement sentir dans nombre d’aspects : que ce soit dans la philosophie du récit, ou encore dans la structure des combats. Le livre fait très fortement penser à l’adaptation d’un film des Pays du Levant, tant certaines descriptions (comme les gerbes de sang) sont caractéristiques de ce cinéma. La fin elle-même est particulièrement typique par tous ses non-dits, pourtant soulevés à la dernière page et que l’on s’attend à voir éclaircis en guise d’épilogue. Le côté occidental plus présent dans ce volume-ci s’y mêle pourtant. Se basant sur le folklore japonais, Thomas Day enrichit ce dernier avec une description des Enfers proche de celle de Dante, parsemant ici et là d’autres figures mythologiques tel Prométhée. Le tout concilie donc le meilleur des deux cultures à notre plus grand plaisir.
Cette optique épurée se traduit également par un nombre de personnages étonnamment réduit : quatre principaux et à peine plus de secondaires. Ce qui pourrait conduire à une pauvreté littéraire se révèle être l’un des points forts du livre. Tous ont juré de conduire l’Empereur à sa perte et ce simple choix leur donne déjà une dimension exceptionnelle. Et leurs différences de points de vue n’en ressortent que plus flagrantes, bien que complémentaires. A la manière d’un conte philosophique, chacun affronte ses propres démons, essayant de sublimer son destin. Un livre psychologiquement fort.
Lorsque l’on s’interroge sur un roman de fantasy asiatique, assurément Thomas Day est un auteur à recommander, car il a le don d’amener l’Asie à portée de votre regard. Parcourez donc avec lui les routes des quatre Poissons-Chats et peut-être vous aussi vous pourrez participer à la chute de l’Empereur.

8.0/10

Discuter de L'Homme qui voulait tuer l'empereur sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :