Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > L'héritière du chaos


L'héritière du chaos

ISBN : 978-226511842-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Vanhoorde Rodolphe

Le destin de l’Héritière du Chaos enfin révélé !
La belle Estrée a quitté en secret la cour de son père et son bien-aimé Cellendhyll pour l’anonymat d’une vie simple et humble. Mais ses démons, eux, ne l’ont pas abandonnée, et continuent de la tourmenter pour ses fautes. Son sang bouillonne toujours dans ses veines, et son tempérament de feu prend trop souvent la commande de ses actes. Celle qui se voulait discrète fille d’auberge ne peut dissimuler bien longtemps ses talents de guerrière et s’engage dans une compagnie de mercenaires. Une ombre la suit, un ange gardien veillant sur sa vie si précieuse.
Mais qui, mieux qu’elle, peut protéger l’Héritière du Chaos ?

Critique

Par Belgarion, le 17/03/2019

Depuis la sortie du volume 9 de L’Agent des ombres, Ruisseaux de sang, en 2016, les aventures de Cellendhyll de Cortavar dans le monde des Plans étaient restées au point mort. Il aura fallu attendre début 2019 pour voir enfin une nouvelle sortie, avec cette fois un auteur différent, Rodolphe Vanhoorde, et une histoire centrée sur un autre personnage principal, Estrée d’Eodh, avec l’héritière du chaos.
Le début de ce qui s’annonce comme une trilogie est écrit par un admirateur de la première heure du cycle de l’agent des ombres qui maîtrise parfaitement l’univers créé par Michel Robert. Son récit a vocation à s’intégrer et s’entrelacer avec l’histoire de Cellendhyll en apportant le point de vue d’Estrée qui vit ici ses propres aventures depuis sa séparation avec l’Ange du Chaos. Intrinsèquement liés, les deux récits sont censés se rejoindre sur la fin.
Le style de Rodolphe Vanhoorde se rapproche de celui de Michel Robert avec une fluidité dans le rythme et une narration qui va à l’essentiel, tout en s’en détachant sur plusieurs points. On retrouve le même parti pris avec un récit résolument tourné vers l’action, des méchants à la fois charismatiques et caricaturaux qui rappellent certains tristes individus de « western spaghetti », et une narration bien huilée qui alterne entre scènes de combat et passages plus érotiques sur fond d’intrigues politiques.   Le passage des livres de Michel Robert à l’héritière du chaos n’est donc pas trop brutal et permet de considérer ce livre comme une continuité.
L’histoire générale et les sombres intrigues autour de la gestion de la ville de Coruscante sont bien construites en dépit de quelques baisses de rythme, et donnent envie de connaître la suite. Certains retournements de situation s’avèrent certes convenus, avec le recours récurrent à des Deus ex machina, mais cela n’influence qu’à la marge l’intérêt du lecteur qui recherche plus ici l’action débridée et la richesse du monde des Plans.
C’est pourquoi les descriptions de combats sont très prenantes, avec une réelle dynamique dans la narration et des enchaînements, des rebondissements qui rajoutent de la tension et du plaisir de lecture. Ces moments de lutte parfaitement relatés constituent la marque de fabrique du cycle qui est devenu une référence en la matière. Le retour de quelques personnages connus et l’introduction de nouveaux caractères à la forte personnalité rajoutent au plaisir de lecture. A l’inverse, on peut regretter quelques passages moins inspirés, et certaines lourdeurs dans le récit. On sait qu’Estrée d’Eodh est parfaite physiquement, c’est donc d’autant plus redondant de le répéter toutes les vingt pages. De même, chaque introduction d’un nouveau personnage donne lieu d’emblée à une description détaillée de son physique qui se présente comme un passage obligé récurrent qui peine à s’intégrer dans le récit.
En dépit de ces maladresses touchant nombre de premiers romans, le retour au monde des Plans créé par Michel Robert par le biais d’un nouvel auteur est réussi, et redonne une dynamique et une richesse nouvelles à l’intrigue générale.
Les amateurs du cycle et d’action ne seront certes pas déçus ; quant à ceux qui découvrent cet univers, je leur conseillerai plutôt de commencer par le premier tome de L’Agent des ombres en raison des nombreuses références à l’œuvre initiale.

6.5/10



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :