Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > L'Epouse de bois


L'Epouse de bois

Titre VO: The Wood Wife

ISBN : 978-225311692-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Windling, Terri

Maggie Black est écrivain, auteur d’études sur des poètes. Elle apprend qu’un de ses plus anciens correspondants, David Cooper, vient de mourir en lui laissant tous ses biens en héritage. Maggie décide d’aller s’installer dans l’ancienne maison de Cooper, pour enfin s’atteler à la rédaction d’une biographie du grand écrivain. Mais elle n’avait pas prévu que Cooper habitait en plein désert, dans les montagnes de l’Arizona (près de Tucson). Là, la vie n’a pas le même rythme qu’ailleurs. Les choses sont plus pures, les formes plus essentielles, les mystères plus profonds… Pourquoi Cooper est-il mort noyé dans un lit de rivière asséché ? Pourquoi des coyotes rôdent-ils autour de sa maison ? Qui est l’étrange fille-lapin qui s’abrite sous les grands cactus ? La magie de ces collines désertiques est puissante, Maggie Black devra prendre garde à ne pas y perdre la raison — ou la vie.

Critique

Par K, le 05/03/2015

Avec L’épouse de bois, paru en 2010 aux éditions des Moutons électriques puis chez le Livre de Poche en 2011, Terri Windling, éditrice américaine de fantasy, signe son premier roman. Cet ouvrage de 320 pages suit les pas de Maggie Black, poétesse et écrivain héritant de la maison d’un de ses correspondants, David Cooper, auteur solitaire mort mystérieusement noyé en plein désert.
Ce livre nous entraîne vers une terre peu foulée dans les œuvres de fantasy : le désert d’Arizona, près de Tucson, dans les monts Rincon. Une terre aride, de cactus et de coyotes, contenant pourtant un bestiaire fourni et bigarré se dévoilant petit à petit. Le surnaturel apparaît par touches progressives, pleines de poésie. En suivant l’installation de l’héroïne dans cette contrée étrange, rude et pauvre en apparence, on se prend d’affection pour ce désert et ces habitants, pour ses paysages et leur richesse insoupçonnée. L’ouvrage de Terri Windling est un superbe hommage à cette région, à la nature et aux originaux y vivant, aux marges de la société.
L’auteur parvient à dépeindre dans ce cadre des créatures certes oniriques mais fortement ancrées dans un environnement qu’elles imprègnent, dans une atmosphère rappelant le réalisme magique cher à certains sud-américains. A la fois touchantes et amorales, émouvantes et étrangères, originales et en cela fascinantes dans leurs rapports aux hommes et aux lieux, elles constituent un des atouts de ce roman entrecoupés de courts extraits de poèmes. Extraits rappelant l’amour des mots et des belles tournures, exprimé par un auteur rendant ici hommage à l’art sous toutes ses formes, de la musique à la peinture ; hommage à la création sous ses aspects les plus humbles et les plus inspirés, donnant certains des passages les plus poignants d’un livre atypique.
Atypique par son scénario, lent mais enchanteur, qui, loin de nous plonger dans une enquête riche en rebondissements, nous immerge progressivement dans un environnement fantasmatique à la suite d’une héroïne attachante. Car ce n’est pas la moindre réussite de L’épouse de bois que de nous entraîner dans le quotidien d’une femme à la personnalité fouillée, profondément humaine, pleine de doutes mais non dénuée de forces, un personnage que l’on aime suivre, citadine et poète nous incitant à rêver à ce désert dont la beauté l’a touchée.
Une turquoise brute, fort éloignée d’une fantasy tournée vers les exploits grandioses et les batailles.

8.5/10

Discuter de L'Epouse de bois sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :