Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Paris des merveilles > L'Elixir d'oubli


L'Elixir d'oubli

Tome 2 du cycle : Le Paris des merveilles
ISBN : 978-284228204-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Pierre Pevel

A première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Epoque, avec ses messieurs en col dur et chapeau melon, ses élégantes en corset et ses tacots rutilants… mais la tour Eiffel est en bois blanc, des chats ailés parlent philosophie, les magiciens tiennent des cabinets de consultation, et les fées ont une ambassade dans le VIIIe arrondissement. Bienvenue dans le Paris des Merveilles.
En 1909, enquêtant sur le meurtre d’un antiquaire apparemment sans histoire, le mage Louis Denizart Hippolyte Griffont découvre que ce dernier pourrait bien avoir été la victime d’un ambitieux sorcier, Giacomo Nero. Les investigations le ramènent à l’époque de la Régence : jeune mage et gentilhomme libertin, il s’apprêtait alors à combattre une puissante société secrète, l’Eridan, en compagnie d’une nouvelle venue appelée à devenir son amie de cœur et complice, la déjà très mystérieuse et fantasque baronne Isabel de Saint-Gil.
Les intrigues de l’Eridan et les menées de Nero seraient-elles liées, malgré le temps passé ?
Griffont et Isabel, en s’opposant aux plans du sorcier en 1909, parachèveront une affaire qu’ils croyaient résolue depuis un siècle. Mais ce faisant, ils pourraient bien lever le voile sur un secret d’Etat susceptible de déclencher une nouvelle guerre, sur Terre comme dans l’Outremonde…

Critique

Par Sylvaner, le 10/07/2004

Pierre Pevel nous ramène dans son Paris des Merveilles quelques semaines après nous avoir quittés à la fin des Enchantements d’Ambremer. On retrouvera donc les mêmes protagonistes, notamment le couple Griffont - Saint-Gil et leurs proches. Ce second roman est cependant plus ambitieux que le premier à bien des égards : pour les descriptions des créatures et de la politique de l’Outremonde, d’une part, mais aussi pour la maîtrise de l’intrigue policière. Cette fois, des éléments de réponse sont donnés au lecteur de telle sorte qu’il est possible de deviner certaines choses avant les personnages… ou de croire deviner … Je n’en dis pas plus, ce serait dommage pour le suspense !
Du côté des personnages, si on retrouve la plupart des acteurs du premier livre, l’importance des personnages historiques ou imaginaires empruntés s’accroît. Parmi les invités d’honneur, on peut citer Merlin, et je n’ai qu’à mentionner la petite annonce passée dans le Petit Journal à l’intention d’un certain Raoul d’Andrésy pour que les connaisseurs comprennent…
Autre preuve d’ambition plus importante, l’auteur nous offre un important retour en arrière, à l’époque de la Régence pour être précis (début XVIIIe siècle). Avec un léger changement de police de caractères, nous voilà dans une atmosphère de « Cape et d’Epée » virevoltante, tout en gardant une cohérence totale de l’intrigue.
C’est mieux, donc, pratiquement à tous les égards - si ce n’est le style et les descriptions, qui gardent ce côté très explicatif et redondant déjà remarqué dans le premier livre. On nous rappelle trois fois ce qui s’est passé entre deux personnages, on nous explique longuement pourquoi on donnera toujours le même nom à tel personnage bien qu’il en ait changé, et on a droit à un cours sur les Brigades Mobiles de Clémenceau et sur les capacités de déguisement d’un certain cambrioleur bien connu … tout cela casse un peu le rythme de la lecture et risquerait même de gâcher le plaisir, si l’action n’était pas si trépidante. Enfin, ces mises au point sont faites sur un ton très franc puisque l’auteur apostrophe fréquemment le lecteur directement - qu’on aime ce procédé ou non, il a au moins le mérite de la franchise.
En bref, L’Elixir d’oubli est un retour plus achevé dans le Paris des Merveilles ébauché dans les Enchantements… Comme le précédent, il s’agit d’un livre très facile d’accès, presque trop facile tant l’auteur tient à tout nous expliquer. Mais cette fois, même si le pittoresque du cadre reste le ciment du livre, les péripéties de l’action et de la narration sont plus à même de vous tenir en haleine. En espérant que Louis Denizart Hippolyte Griffont a trouvé son rythme de croisière, et nous réserve de nombreuses aventures …
N.B. : ce livre a parfois été référencé sous le titre : L’Athanor noir.

7.5/10

Discuter de L'Elixir d'oubli sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :