Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > L' Épée de vérité > L'Âme du feu


L'Âme du feu

Titre VO: Soul of the Fire

Tome 5 du cycle : L' Épée de vérité
ISBN : 978-291554962-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Terry Goodkind

Richard et Kahlan ont sauvé leurs vies et leur amour au prix d’incroyables sacrifices. Ils ne savent pas encore à quel point… Pour arracher à la mort l’homme qu’elle aime, Kahlan, la mère inquisitrice, a prononcé les trois Carillons. Sans le vouloir, elle a ainsi invoqué des êtres chaotiques de l’au-delà et libéré une puissance destructrice inimaginable.
Car les trois Carillons volent les âmes des vivants ! Ces forces maléfiques à nulles autres pareilles attaquent l’essence même du monde et menacent de le détruire en absorbant toute sa magie. Richard, Kahlan et Zedd se lancent dès lors dans une effrayante course contre la montre.
Le vieux sorcier traque ces ennemis insaisissables pour les mettre hors d’état de nuire avant qu’il ne soit trop tard, tandis que Richard et Kahlan partent pour Anderith à la recherche du journal d’un sorcier qui a vaincu les Carillons en des temps anciens. Anderith où deux peuples s’affrontent, laissant le champ libre à l’invasion des hordes de l’empereur Jagang…

Critique

Par Gillossen, le 27/07/2009

Joli timing que de sortir ce tome 5 de L’Épée de vérité en ce mois de février 2006 ! En cette période de psychose concernant la grippe aviaire, une chasse au poulet maléfique sur une centaine de pages, que demander de mieux pour commencer ?
Non, non, votre serviteur n’invente pas ou ne fait pas erreur. Et on a beau vouloir nous faire sentir à quel point l’esprit traquant nos héros sous cette forme peut être redoutable et mauvais, impossible de ne pas sourire, à tout le moins, devant certaines répliques. Par la suite, parvenu à la moitié des 600 pages de ce tome, on se rend compte que rien n’a encore vraiment démarré. Un comble pour de la fantasy épique qui n’a aucune prétention à être contemplative…
Il faut dire que l’on a droit à du Goodkind pur jus : tandis que d’un côté, Richard se voit déverser des tombereaux d’explications en tous genres par quasiment chaque personne croisée sur sa route, l’auteur nous présente de l’autre, essentiellement, les “méchants” ou nuisibles de l’histoire, puissants ou non, mais souvent outranciers, dans leurs actes ou pensées… Goodkind semble par moment avoir une étrange fascination pour des protagonistes dont il nous fait pourtant sentir la vilenie à grands renforts de détails souvent bien peu nécessaires pour faire passer le message.
Le message, précisément… A chaque tome un peu plus, Goodkind affiche la prétention de certaines conceptions politiques engagées, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est le cas ici aussi avec le fameux pays Anderith, mais le propos s’avère si peu subtil, si pesant, et surtout si vain, que l’on soupire plus souvent qu’à son tour en attendant la conclusion, une conclusion d’ailleurs en queue de poisson et atypique, ce qui pour une fois, n’a rien de négatif.
Saluons également la couverture de Keith Parkinson, toujours aussi réussie, alors que l’artiste nous a malheureusement quittés, frappé par la leucémie.

5.5/10

Discuter de L'Âme du feu sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :