Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > L'âme des horloges


L'âme des horloges

Titre VO: The Bone Clocks

ISBN : 978-282360829-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Mitchell, David

Holly Sykes, une adolescente de 15 ans, décide de fuguer à la suite d’une dispute avec sa mère.
Mais Holly n’est pas une fugueuse comme les autres : hypersensible, elle entend des voix depuis son enfance, provenant de personnages mystérieux qu’elle appelle ” les gens de la radio “. Sa fugue prend soudainement un tour paranormal quand des visions cauchemardesques viennent remplacer la réalité : Holly se retrouve au milieu du conflit qui oppose deux factions d’immortels, les Anachorètes et les Horlogers…
Disparitions et mystères se multiplient autour d’elle.

Critique

Par Tatiatalante, le 04/06/2017

L’âme des horloges a reçu le prix World Fantasy Award du meilleur roman en 2015 (ce que l’éditeur français n’a pas indiqué…).Votre servante vénérant tous les écrits de cet auteur (tout en essayant d’être impartiale), elle trépignait déjà depuis quelques temps pour l’avoir enfin entre ses mains.
David Mitchell est un auteur britannique d’une nouvelle génération qui ne met pas de barrières entre les différents genres littéraires pour la construction de son histoire. Dans un même roman, vous trouverez du policier, de la S.F, du fantastique et de la littérature « blanche ». Ces précédents romans (que je vous conseille) Écrits Fantômes et La Cartographie des nuages (adapté au cinéma par les Wachowski sous le titre de Cloud Atlas) étant le parfait exemple de sa littérature : globale, trans-temporel, pluriculturelle, à l’image de notre société actuelle. L’auteur n’hésite pas, comme un scénariste de séries télévisées, à faire des clins d’œil à ces anciens univers créant ainsi un monde ouvert où chaque livre répond à l’autre.
L’âme des horloges c’est la vie d’Holly Sykes racontée par elle, puis à travers le regard d’autres personnages qui lui seront plus ou moins proches tout au long de son existence. Six histoires imbriquées qui nous font traverser le temps de 1984 à 2043. C’est le récit d’une vie humaine banale, joyeuse et acide qui deviendra extraordinaire (dans le sens d’inattendu) et fantastique lors d’événements mystérieux, qui traverseront sa vie tranquillement ou la bouleverseront à certaines occasions.
Le surnaturel surgit un mois d’été dans l’univers d’Holly Sykes, adolescente de 15 ans dans les années 80, au caractère irlandais bien trempé, ayant toutes les espérances et la folie de la jeunesse, jusqu’à ce jour dont elle oubliera une partie et qui bouleversera à jamais sa famille et sa vie ; le jour où elle rencontra les horlogers et les anachorètes, personnages dissimulant une réalité parallèle qui ne bruissera qu’en filigrane le long du récit, juste de quoi titiller l’intérêt du lecteur immergé dans la vie des narrateurs. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est leur lien avec Holly ? Quels sont leurs pouvoirs? Autant de questions distillées qui trouveront leur conclusion dans un final explosif.
David Mitchell est le maître de l’immersion (il l’a prouvé à chaque roman), avec son verbe précis et sa narration à la première personne,. Il ancre son monde passé et futur dans un moment réel, bruissant de vie tout en créant une impression d’intemporalité. Tout s’imbrique parfaitement à l’exemple de ce motif de labyrinthe qui nous poursuivra tout le long de l’histoire. On rit, on pleure avec ces personnages, on entend la même musique qu’eux, on les déteste ou on les aime dans ce monde qui vit à travers le lecteur dont les références culturelles, les espoirs et les doutes sur l’avenir de notre monde sont décrits avec une parfaite justesse dans le roman. Le personnage d’Holly est merveilleux (les autres aussi ne vous inquiétez pas), il nous émeut à travers son regard et celui que les autres posent sur elle : elle est notre meilleure amie, notre mère, notre grand-tante, notre grand-mère à travers toutes ces époques. Elle est tout, elle est l’humanité altruiste et coupable, pleines de doutes et d’espoirs, forte devant l’adversité.
Je ne vous révélerai pas le découpage de ces six parties, ce serait déjà en dire trop et gâcherait le plaisir de la découverte et le suspens lié aux personnages fantastiques. Tout ce que je peux vous dire c’est que chaque partie tourne autour d’une dualité abordant des thèmes universels : la guerre, la culture, l’Histoire, l’esclavage etc. et ce jusqu’à l’heure du bilan au dernier chapitre. Une fin triste et mélancolique qui nous interrogera sur notre avenir, pas si lointain et où on laissera une amie sur le bord d’une rive entre deux mondes : le passé et le futur.
Servi par une écriture lumineuse, ce roman riche, d’une profonde humanité, à la mélancolie douce-amère, vous fera traverser l’Histoire de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle avec toutes ses références culturelles (objets, musique, marques, littérature) et ses crises humaines à l’échelle mondiale ou individuelle, sans jamais oublier de citer toutes ces qualités humaines qui font qu’ils veulent nous sauver : l’amour, l’altruisme, la solidarité etc. Chef d’œuvre à lire.

9.0/10

Discuter de L'âme des horloges sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :