Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Je suis un dragon


Je suis un dragon

ISBN : 978-222114494-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Page, Martin

“On s’habitue à être surhumain, et très vite on comprend que ce n’est qu’une des multiples façons que la vie a trouvées pour nous dire qu’on est un inadapté. “
Margot est une jeune orpheline timide et solitaire. Un jour, elle découvre sa véritable nature : elle est douée de capacités extraordinaires. Ces pouvoirs la terrifient, elle les dissimule jusqu’à ce qu’un événement tragique la contraigne à se dévoiler. On lui demande alors de mettre ses dons au service de l’humanité. Sa vie se partage désormais entre son quotidien de jeune fille espiègle et des missions d’une grande violence. Adulée et crainte, elle devient une icône. Mais peut-on sauver le monde si l’on s’y sent étranger ?

Critique

Par Gillossen, le 05/02/2015

Après s’être frotté aux zombies avec La nuit a dévoré le monde, le prolifique et déroutant Martin Page (alias Pit Agarmen) s’attaque cette fois aux superhéros.
Si l’on peut dire, car l’auteur aborde en fait toute une succession de thèmes qui recoupent les codes de cet univers mais sans jamais s’y enfermer. Une jeune fille qui se découvre des pouvoirs qui lui font peur et qui cherche à les dissimuler puis à éviter de se faire manipuler par ceux qui voudraient se servir d’elle ou plutôt de ses dons… Avec un tel point de départ, on pouvait imaginer bien des cheminements possibles : de Carrie à Un jour, je serai invincible.
Mais Je suis un dragon possède sa propre identité, gravée au cœur même de chaque mot. Martin Page fait le choix de chapitres courts, à la mise en scène carrée, restant le plus souvent dans les pas de Margot, son héroïne propulsée bien malgré elle sur le devant d’une scène mondiale. L’auteur n’hésite pas à jouer également sur le registre de la violence (ou le spectaculaire), parfois frontale, parfois plus psychologique. Cette violence fait après tout partie de la vie de tout un chacun. Et Margot n’est pas épargnée de par ses pouvoirs, au contraire. Ainsi, la jeune fille a beau avoir ses failles, nées de son parcours mouvementé comme de la nature même de son caractère, nous n’avons pas à faire à un personnage falot ou peu sûr de lui. Elle occupe évidemment le centre de l’action, mais les autres protagonistes de l’intrigue, même ceux que l’on croise seulement l’espace de quelques chapitres, ont chacun le temps d’apporter un plus à l’histoire, même quand il s’agit d’incarner une figure ô combien ingrate. Certains rôles se révèlent avant tout archétypaux, mais ils jouent en tout cas leur partition avec précision, campant tour à tour le confident, le traître, la Némésis, etc, etc…
En réalité, même si l’intrigue se veut ancrée dans le monde réel (il est question de conflits géopolitiques, Margot parcourt la planète pour mettre un terme à telle ou telle guerre, mais tente aussi de vivre sa vie d’adolescente comme les autres…) tout en évitant, et c’est tant mieux, de multiplier les références qui risqueraient immanquablement de « dater » le roman, Page donne souvent l’impression de nous conter une fable à fleur de peau, ayant pour sujet principal la quête de sa place dans un monde qui semble ne pas vouloir de nous. L’auteur le confirme d’ailleurs dans ses remerciements, dédiant son roman à tous ceux qui ont été blessés, laissés de côté, à tous ces superhéros qui ne portent pas de cape mais changent le monde petit à petit, pas à pas, discrètement, dans l’ombre.
A ce titre, le parcours de Margot, s’il n’est pas seulement initiatique, peut tout à fait se placer dans un contexte fantasy, l’origine de ses pouvoirs présentés à plusieurs reprises comme « surnaturels » n’étant jamais clairement expliquée. Peu importe, ce n’est bien entendu pas le vrai sujet du roman. Je suis un dragon nous conte l’histoire d’une jeune femme à la fois terriblement ordinaire et extraordinairement attachante, qui va prendre son destin en main et décider de se réinventer au gré de ses rencontres et de ses désirs de différences.
En moins de 300 pages ciselées, intenses et malgré tout toujours limpides, l’auteur lève finalement le voile quelques instants sur une (super)héroïne et la façon dont celle-ci influence les gens qui l’entourent, au fil de ses décisions, une jeune femme dont les pouvoirs les plus enivrants ne sont pas forcément ceux que l’on croit.
Rien n’est jamais simple quand on croit être condamné à la solitude. Et on ne peut sauver le monde qu’en silence, en effet. 

8.5/10

Discuter de Je suis un dragon sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :