Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Green > Jade


Jade

Titre VO: Green

Tome 1 du cycle : Green
ISBN : 978-236270026-2
Catégorie : Aucune
Auteur : Jay Lake

Ouvrage nominé au prix Elbakin.net 2011.

Elle est née dans la poussière et la pauvreté d’un village écrasé sous le soleil de l’équateur. Elle ne se rappelle pas de sa mère, elle ne se rappelle même plus son nom. Son plus ancien souvenir remonte au jour où son père l’a vendue à ce grand homme au teint de lait. Dans la cour du Grenadier, où on lui a enseigné à devenir une grande dame et une courtisane accomplie, elle fut baptisée Émeraude, joyau parmi les beautés sélectionnées pour un duc immortel.
Elle s’est choisi un autre nom : Jade.
Au centre de ce monde, où les dieux s’immiscent dans les affaires des hommes, règne le duc immortel de la cité de Hautcuivre, qui contrôle tout le commerce de la mer des Tempêtes. Mais le duc n’est pas tout-puissant, et l’œuvre des siècles n’a pas éradiqué tous ses ennemis. Jade a été éduquée pour devenir le jouet des hommes. Certains voient en elle le moyen de parvenir jusqu’à lui, et de le tuer en brisant le sortilège qui le maintient en vie. C’est ainsi que Federo et la Chorégraphe deviendront les seuls amis de Jade, et que la réussite du complot visant à débarrasser Hautcuivre du tyran reposera entièrement dans les mains d’une jeune esclave rebelle.

Critique

Par Gillossen, le 14/06/2011

Encore méconnu en France, Jay Lake signe avec Jade une très bonne surprise, un portrait de (jeune) femme réussi doublé d’une intrigue solide, le tout situé dans un univers volontiers capiteux. 
Débutant comme le “simple” journal d’une petite fille arrachée à sa famille du fait de la pauvreté de celle-ci, découvrant un monde dont elle ne comprend pas les codes qu’elle va devoir peu à peu apprendre à maîtriser tout en demeurant à la merci de ses “ravisseurs”, le roman prend bien vite une tout autre ampleur. 
On peut d’ailleurs à ce sujet remercier au passage les éditions Eclipse pour ne pas nous révéler les trois quarts de l’histoire via leur résumé, comme cela arrive encore trop souvent.
Le contraire eût été regrettable : le lecteur prend peu à peu ses marques, tout comme l’héroïne, dans cet univers qui évoque évidemment un parfum d’Orient, ses couleurs chamarrées et sa philosophie, tout en disposant d’une identité propre et même marquée. Il y a vite quelque chose de fascinant dans ce récit, tout comme dans le comportement et le témoignage de Jade, dont le caractère bien trempé s’affirme vite malgré de réelles failles qui ne la rendent que plus humaine, réelle. Elle doute, fait des erreurs. On pourra bien sûr la trouver particulièrement mature pour son âge, voire un peu trop, mais n’oublions pas de tenir compte des circonstances de l’intrigue.
Divisée en trois grandes parties, l’histoire que brosse Jay Lake sait en tous les cas conserver un véritable fil directeur, tout en prenant le temps de s’étoffer ici ou là. À travers ses personnages - les seconds rôles marquants ne manquent pas - mais aussi tout simplement les lieux et les codes de ce monde, quand il ne s’agit pas de ses enjeux. Pour autant, nous sommes loin d’un “simple” récit introspectif. 
L’apprentissage et les épreuves que traverse notre héroïne donnent en effet lieu à plusieurs séquences d’action de haute volée, qui devraient être à même de contenter les amateurs du genre. Sans pour autant que le rythme en devienne échevelé. La question n’est pas là. Le voyage compte plus que ses diverses destinations. 
Mais au-delà de tout cela, le roman de Jay Lake ne se refuse jamais à l’âpreté, à l’amertume. Les erreurs se paient. Les regrets ne servent à rien. Le sang et les larmes ne font pas tout. Jade elle-même peut sembler parfois froide, clinique, mais avec elle, l’émotion bouillonne à fleur de peau. Il arrive même qu’elle nous prenne à la gorge sans crier gare au détour de certaines scènes.
Son histoire nous est contée avec talent, l’auteur disposant d’une plume racée, rehaussée de quelques jolies images, parfois audacieuses, mais aussi empreinte de tournures de phrases parfois un peu lourdes. Il ne s’interdit en tout cas aucun sujet. Le roman est donc avant tout centré sur ses personnages et bien entendu son héroïne en premier lieu, sans négliger pour autant tous les autres aspects qui font une bonne histoire. 
Reste une conclusion forcément frustrante, car on s’attendait à accompagner Jade encore longtemps… Et pourtant, chaque partie du roman aurait presque pu alimenter un livre à part entière. La richesse de l’univers est là, tout comme la complexité des personnages qui le peuplent, le poids des enjeux se joue de la légèreté des êtres, la vacuité des existences. 
Mais il y a des choses que l’on n’oublie pas, peu importe les vicissitudes de l’existence. C’est aussi le cas de Jade.

8.0/10

Discuter de Jade sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :