Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Furor


Furor

ISBN : 978-229003954-0
Catégorie : Aucune
Auteur : Fabien Clavel

Des soldats romains, perdus dans la forêt de Teutobourg après la défaite du même nom, tombent sur une zone très étrange, où ils croisent des tribus de créatures humaines, mais monstrueuses. Même la végétation, à la fois différente et familière, semble se moquer d’eux. Et puis ils découvrent une construction pyramidale telle qu’ils n’en ont jamais vu. Les Egyptiens eux-mêmes seraient incapables d’un tel travail de précision, et pour ce que les Romains en savent, ces derniers ne disposent pas d’un matériau de construction aussi solide, aussi lisse, noir comme de l’obsidienne. Et quel est cet étrange symbole apposé ad nauseam sur l’édifice, ce cercle entouré de trois hélices ?

Critique

Par Atanaheim, le 30/09/2012

Difficile de classer ce nouveau roman de Fabien Clavel.
Je pense que l’on peut exclure la science-fiction facilement. Les éléments “extraordinaires” n’ont pas d’explication scientifique. Ce serait donc du fantastique ? Pas si sûr car si la différence entre le fantastique et la fantasy est que, dans le premier, le surnaturel vient casser les règles de l’univers décrit, tandis qu’en Fantasy l’aspect fabuleux est accepté par tous et fait partie des codes, alors Furor se place à mi-chemin des deux genres…
En effet, les personnages sont confrontés à quelque chose qui ne fait pas partie de leur quotidien. Il n’y a aucune raison apparente à ce phénomène. Pourtant, ils choisissent de rattacher ça à quelque chose qu’ils connaissent : leur religion et les interventions régulières des membres du panthéon romain dans la vie des Hommes.
D’ailleurs, étant donné le symbole qui figure en bonne place sur la couverture, je craignais que le secret entourant la nature exacte de l’élément perturbateur, cette mystérieuse pyramide, soit éventé. Au final, savoir ce qu’est réellement ce bâtiment est primordial mais pas la découverte du secret. 
Mieux, il vaut mieux savoir de quoi il retourne pour pouvoir confronter notre regard “savant” avec celui des personnages. Leurs interprétations des phénomènes qu’ils vivent sont d’autant plus poignantes que l’on sait à quel point elles sont fausses. Avec cette couverture, l’auteur est assuré de cette opposition de parallaxe entre lecteur et acteurs.
L’une des grandes forces du roman se trouve ici : dans ce double jeu entre notre vision de la pyramide et celle des protagonistes de l’histoire. Ce livre est donc essentiellement centré sur la psychologie. Ce sont les réactions face à l’impensable qui comptent plus que les quelques scènes de batailles (pourtant très bien rendues). Ça tombe bien, Clavel est très doué dans ce domaine. Il nous avait déjà fait forte impression avec son personnage de Jen dans Nephilim et, là, il met la barre encore plus haut. Les personnages perturbés lui réussissent ! Les craintes, la volonté de fuir, de s’extraire de cette vie militaire qui n’a pas de sens, ces envies de vengeances irrépressibles, le besoin de tout rationaliser qu’ont certains, sont exprimés avec justesse. Et l’impression de partager les pensées intimes des personnages est renforcée par l’énonciation. Le narrateur est externe mais pas omniscient. Il a vraiment un regard neutre, de spectateur sur ce qui arrive aux personnages. Mais, très souvent, une partie à la première personne, différenciée aussi par l’utilisation de l’italique et l’absence totale de ponctuation, nous plonge directement dans la tête d’un des acteurs du drame qui se joue devant nous. L’absence de ponctuation est d’ailleurs déroutante au départ, pourtant elle retranscrit très bien l’impression de flot de pensées, ces idées qui s’enchaînent, les coq-à-l’âne qui caractérisent le fonctionnement de l’esprit. C’est une belle trouvaille.
Ajoutez à cela une chute digne des meilleures nouvelles (comprendre que tout était sous nos yeux mais que l’on n’a rien vu venir) et vous obtenez un roman très abouti. Batailles de grande ampleur et pensées intimes font très bon ménage du moment que cette différence d’échelle est rendue avec brio par l’auteur !

 

7.5/10

Discuter de Furor sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :