Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Fable : par les liens du sang


Fable : par les liens du sang

Titre VO: Fable: Blood Ties

ISBN : 978-281121289-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Peter David (Proposer une Biographie)

Le sang… un lien puissant, que l’on fait couler si facilement !
Lorsque la grande histoire de l’Albion sera écrite, un nom sera honoré entre tous : celui de Ben Finn.
Mais en attendant, me revoilà sur les routes. J’ai dû laisser derrière moi la belle et courageuse Page, et je me suis récupéré un tout autre genre de compagnon, un gnome vulgaire et insolent, incapable de la boucler. Je me rends à la ville fortifiée de Blackholm, qui résiste à un envahisseur implacable. L’endroit rêvé pour un guerrier errant comme moi, qui cherche à vendre son épée.
Malheureusement, une force sombre sera bientôt déchaînée sur la ville, une force qui porte en son sein un secret intimement lié à mon propre sang…

Critique

Par Gillossen, le 22/08/2014

Précisons tout d’abord que nous n’avons rien contre Peter David ou l’univers des jeux vidéo Fable en général, même si les jeux en question n’ont jamais su exploiter leur plein potentiel, une habitude avec les promesses de Peter Molyneux.
De même, le travail du prolifique Peter David sur La Tour Sombre version comics par exemple n’avait rien de honteux et le bonhomme peut notamment s’enorgueillir d’être un spécialiste des romans dérivés, ayant œuvré dans des univers comme Babylon 5 ou diverses novélisations de films.
Mais ce roman Fable représente sans aucun doute l’une des pires illustrations du genre. Qu’un auteur réussisse malgré un cahier des charges imposé à faire sentir sa patte, on ne dirait pas non, au contraire. Malheureusement, ce n’est pas du tout le cas ici. Les personnages déjà croisés ici ou là sur la console de Microsoft semblent totalement dénaturés, de façon plus ou moins inexplicable, à commencer par un Ben Finn dans le cas présent agaçant au possible. Idem avec le traitement des gnomes : drôle dans Fable III - pour peu que l’on ne soit pas très regardant, certes, mais les injures étaient souvent amusantes… -, le traitement de cette figure s’avère ici indéniablement raté et avant tout d’une paresse rarement égalée. C’est l’un des éléments que l’auteur aurait pu exploiter en étoffant l’univers d’Albion, mais non, il semble préférer rester sur ses acquis.
Quant à l’histoire, outre le fait qu’elle ne parlera sans doute pas beaucoup à celles et ceux qui n’ont jamais joué à l’un des trois volets de la saga, et en particulier au troisième, elle se révèle fade et ressemble plus à un enchaînement de scènes bancales qu’à un ensemble formant une intrigue cohérente. Il faut bien admettre aussi à la décharge du roman que Fable III était sans doute le plus mauvais des trois jeux et en particulier côté scénario, ce qui n’aide certainement pas l’auteur dans sa tâche. Bizarrement d’ailleurs, Par les liens du sang est en fait le second roman tiré de cet univers, toujours de la main de Peter David, mais le premier publié en français.
A moins donc de se considérer comme un fan absolu de la franchise, pour ne pas dire un fan aveugle, impossible de recommander non seulement l’achat mais même la lecture de cet ouvrage. Pour un poche de 8 euros et 300 pages, vous pouvez trouver bien mieux à faire pour ne serait-ce que passer le temps, franchement. Car il ne faut de toute façon pas espérer en tirer autre chose que combler un moment d’ennui, dans le meilleur des cas.
Même si l’on se doute bien que cette chronique n’aura aucune incidence sur les ventes du livre…

2.5/10

Discuter de Fable : par les liens du sang sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :