Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Espoir-du-Cerf


Espoir-du-Cerf

Titre VO: Hart's Hope

ISBN : 978-284172724-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Orson Scott Card

Palicrovol prit la cité d’Espoir-du-Cerf, tua le roi et s’empara du royaume en violant Asineth, sa fille héritière, sur l’autel du Grand Cerf. Faute de cruauté, on ne saurait être roi. Mais faute de compassion mérite-t-on d’être roi? Palicrovol lui fit grâce de la vie. Et la vengeance d’Asineth serait effroyable.
Trois cents ans s’écouleraient avant que naquît Orem, en qui les dieux enchaînés investiraient à son insu leur dernier espoir…
Conte cruel et flamboyant, Espoir-du-Cerf est un joyau noir dans l’oeuvre d’Orson Scott Card. Sa fascination pour la trame des destinées féroces y trouve les accents envoûtants des légendes.

 

Critique

Par Erkekjetter, le 09/10/2016

Espoir-du-Cerf s’ouvre sur un « proème », un prologue qui narre une rencontre singulière, celle de Palicrovol et de la princesse des Fleurs, quelques temps avant que le dit Palicrovol ne revendique le trône du Burland, et que l’histoire ne commence vraiment. Et les ennuis, aussi.
Orson Scott Card malmène allègrement ses personnages tout au long du roman, avant de les mener à la résolution finale, qui ne fait pas vraiment figure de happy end. Espoir-du-Cerf raconte en effet comment Palicrovol s’empare du pouvoir contre le vil roi Nasilee, et les conséquences qui en découlent. Mais là où on pourrait s’attendre à un récit épique, où le Bien triomphe du Mal avec flamboyance et fulgurance, il va autrement ici. Et si l’on sait dès le début que Palicrovol parviendra à ses fins, il va devoir en payer le prix. Un prix conséquent.
Au fil des pages, le récit prend les allures d’un conte cruel. On y trouve des personnages qui rappellent les archétypes des contes de fées. La princesse des Fleurs est la plus belle femme qui soit, et seule la vérité sort de sa bouche, le plus puissant des magiciens se laisse aveugler par l’étendue de ses connaissances, la méchante est à la fois très puissante et très méchante, et l’on a également droit à une malédiction qui va durer 300 ans. Cependant, on n’est pas dans la « gentille » malédiction de type sommeil éternel, mais plutôt dans la torture quotidienne : déchéance physique, humiliations répétées… Card n’épargne pas ses personnages : ils souffrent tous, sans exception. Les Dieux eux-mêmes ne sont pas à l’abri.
Au final, Espoir-du-Cerf dévoile un monde très dur et une histoire douloureuse et amère. A la lecture, c’est assez éprouvant, et tous les lecteurs ne s’y retrouveront pas. On est loin, ici, d’un optimisme débordant : Espoir-du-Cerf est un chemin de croix, pavé d’humiliations, de douleurs et de sacrifices.

7.0/10

Discuter de Espoir-du-Cerf sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :