Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Eon et le douzième dragon


Eon et le douzième dragon

Titre VO: Eon: Dragoneye Reborn

ISBN : 978-207062304-4
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Alison Goodman (Proposer une Biographie)

Ouvrage nominé au prix Elbakin.net 2010

Sous l’autorité de son maître, Eon, douze ans, s’est entraîné durement à manier le sabre et maîtriser les figures magiques. Il espère être choisi comme apprenti par l’un des douze dragons énergétiques qui protègent le pays - et acquérir ainsi, en devenant Œil du dragon, un extraordinaire pouvoir.
Mais Eon porte un dangereux secret. Il est en réalité Eona, jeune fille de seize ans, déguisée en garçon. Si son secret est découvert, elle mourra.
Plongée dans un monde flamboyant, plein de traîtrises, de fausses identités, d’alliances incertaines, de manifestations magiques, d’amitiés loyales, Eon est au coeur d’une lutte à mort pour le trône impérial. Avec l’aide de ses amis, trouvera-t-elle la force de combattre ?

Critique

Par Belgarion, le 11/03/2011

Après une vague de parutions remontant à il y a quelques années, les sorties de fantasy asiatique s’étaient faites plus rares ces derniers temps. C’est pourquoi Eon et le douzième dragon a constitué une bonne surprise qui pourrait, on l’espère, relancer les parutions de qualité dans ce domaine.
Car, en effet, ce roman signé Alison Goodman, plus orienté jeunesse et publié d’ailleurs en tant que tel, est indéniablement de bonne facture.
L’histoire principale est a priori classique avec avec une quête initiatique intérieure pour trouver son identité qui se déroule en parallèle à un complot politique destiné à renverser l’empereur en place.
Mais le récit est habilement construit et richement étayé par un monde oriental mystérieux fouillé au niveau des croyances et coutumes. La description des dragons et leur organisation en fonction des douze signes astrologiques chinois sont particulièrement intéressantes à découvrir. L’intrigue nous conduit de surprises en rebondissements et adopte au fil des pages un ton sombre et adulte qui apporte plus de profondeur à l’histoire tout en augmentant la tension ambiante.
Le personnage principal d’Eon/Eona partagé entre sa nature féminine et son caractère masculin, balloté par les épreuves, est particulièrement réussi et attire immanquablement la sympathie du lecteur. Ses états d’âme, sa relation avec les dragons, son passé douloureux et l’impression sans cesse grandissante qu’il/elle se trouve embarquée dans une lutte qui la dépasse sont traités avec une finesse toute féminine qui donne une véritable plus-value à notre héroïne. Même le personnage maléfique de sire Ido comporte des nuances et dispose d’un charisme indéniable qui le rendent intéressant.
Certains personnages secondaires sont toutefois moins fouillés ou plus stéréotypés comme Ryko, mais cela n’altère pas la qualité de la galerie de personnages.
Sur les points plus discutables de cette première partie de diptyque, on pourrait souligner que la consonance fort peu asiatique du nom Eon/Eona de l’héroïne cadre mal avec l’atmosphère du roman. Certes, la référence au célèbre agent secret français de Louis XV et Louis XVI qui est parvenu durant des décennies à entretenir la confusion sur son sexe est pertinente, mais elle dénote quelque peu. Par ailleurs, certaines situations a priori inextricables se résolvent de manière parfois un peu forcée. En outre, les descriptions supplémentaires de quelques endroits visités par Eona auraient permis d’approfondir encore plus ce monde déjà très riche.
La qualité d’Eon et le douzième dragon n’est altérée que de manière infime par ces quelques imperfections et constitue une jolie pépite que nous n’attendions pas particulièrement.
Il n’y a plus qu’à espérer que la suite et fin à venir de cette histoire confirme cette bonne impression.

7.5/10



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :