Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Dragon


Dragon

ISBN : 978-284344139-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Thomas Day

Bangkok. Demain.
Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus.
Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ?

Critique

Par Gillossen, le 16/02/2016

Dragon fait partie des premiers titres de la nouvelle collection du Bélial Une heure-lumière, présentée par Olivier Girard comme dédiée aux courts romans principalement SF et le plus souvent inédits, avec “pour ligne éditoriale et avant tout le sens of wonder, l’émerveillement, le choc, le vertige propre à la littérature de genre en général”. L’auteur de son côté considérant que Dragon possède un côté fantasy extrême-orientale très affirmé selon ses propres mots, il était donc normal de le retrouver chroniqué ici-même. 
Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’une lecture intense, pour ne pas dire parfois étouffante, et qui parvient en effet à évoquer le vertige, quand ce n’est pas, le temps d’une scène, un certain malaise presque palpable. Le texte fait 150 pages et chacune d’entre elles compte réellement. Ce qui n’est pas toujours le cas, en fantasy ou ailleurs, loin de là… 150 pages et pas une de trop. Thomas Day nous entraîne dans les rues de Bankgok et c’est un voyage dont on ne revient pas tout à fait indemne. Comme l’on pouvait s’y attendre, avec un tel sujet et un tel auteur, le lecteur ne doit pas compter se voir épargner certains détails pour le moins sordides, qui ancrent ainsi le récit dans une réalité qui pour le coup est celle d’aujourd’hui, ou peu s’en faut, à quelques années près sans doute.
Si la prostitution enfantine et les trafics en tous genres sont au cœur de l’intrigue, ce ne sont pas les seuls thèmes à s’entrecroiser au fil des pages. On en veut pour preuve le dernier tiers du roman, qui pour le coup bascule vraiment dans la fantasy, avec en fil rouge comme le sang le parcours cathartique d’un personnage interlope qui ne cesse de courir après ses propres chimères, dans un pays qui n’a pas oublié -ou ne peut oublier - son passé et ses traditions, à différents niveaux d’ailleurs.  
Si l’on sent venir la fin de loin, elle se révèle aussi implacable et en dehors de quelques images parfois un peu en-dessous du reste - la jungle comparée à un sexe féminin, on ne peut pas dire que ce soit très original -, Dragon peut également compter sur une écriture âpre et sans fard, mais loin de se retrouver dépouillée de visions saisissantes.  
Voilà typiquement une histoire vite lue, plus pour l’ambiance à part qui s’en dégage et le dépaysement qui va avec que pour un réel suspense sur le plan de l’enquête, mais certainement pas vite oubliée.  
Largement recommandé, comme souvent avec l’auteur ! 

7.5/10

Discuter de Dragon sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :