Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Première loi > Déraison et sentiments


Déraison et sentiments

Titre VO: Before They Are Hanged

Tome 2 du cycle : La Première loi
ISBN : 978-275640296-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Joe Abercrombie

Le Supérieur Glotka a un problème. Comment défendre une cité cernée par les ennemis et emplie de traîtres, quand on ne peut croire aucun de ses alliés, et que votre prédécesseur a disparu sans laisser de trace ?
Les Northmen se sont répandus sur la frontière de l’Angland et sèment le feu et la mort à travers le pays. Le prince Ladisla est supposé les renvoyer chez eux et se couvrir de gloire. Mais il dirige l’armée la plus mal entraînée et la plus mal équipée au monde, ce qui rend la tâche pour le moins hasardeuse.
Enfin, Bayaz, le Premier des Magi, mène à travers les ruines du passé une équipe d’aventuriers, composée de la femme la plus détestée du Sud, l’homme le plus craint du Nord, et le soldat le plus égoïste de l’Union, le tout dans la haine la plus cordiale…

Critique

Par Publivore, le 31/03/2009

Une excellente nouvelle pour ce deuxième tome (en VO) du cycle est que les défauts d’écriture que l’on avait pu rencontrer dans Premier sang ont quasiment tous été gommés… à l’exception peut-être des froncements de sourcils récurrents ! Mais au-delà d’un premier tiers dans l’esprit du premier volume, où l’action reste assez lente, le deuxième tome passe ensuite la vitesse supérieure, avec moult batailles et combats, à grande échelle ou en plus petit comité, où l’auteur fait preuve de tout son talent descriptif, produisant des scènes d’une réalité bluffante et qui laissent parfois le lecteur groggy et mal à l’aise.
A cela viennent s’ajouter une véritable évolution de l’intrigue et des personnages principaux, des explications fort bienvenues, en particulier sur les raisons des agissements de Bayaz, le Premier des Magi, et cela très naturellement dans le cours de l’histoire. La toile de fond historique, voire mythique du monde est certes classique mais très bien pensée.
Alors certes, certains personnages secondaires restent caricaturaux, et certains passages trop explicites ou répétitifs dans le procédé - du type des pensées de Glotka, dont le cynisme systématique est réjouissant à la base mais peut devenir lassant -, mais il serait dommage de bouder votre plaisir, particulièrement si vous aimez des œuvres comme La Compagnie noire ou Le Trône de fer.
Bref noir, c’est noir, mais quand c’est si savamment distillé…

8.0/10

Discuter de Déraison et sentiments sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :