Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >The Meq

The Meq

Titre VO: The Meq (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Steve Cash
The Meq

The Meq

Le 4 mai 1881, la vie de Zianno Zezen–Z, douze ans, changea pour toujours.
Après un accident de train qui aurait dû lui coûter la vie, il apprend qu’il n’est pas un être humain, mais appartient à la race des Meq, des êtres dont le corps ne vieillit plus.
Ceux-ci ont oublié tous leurs souvenirs. Ils ne savent pas pourquoi ils guérissent si vite, ni pourquoi ils ne vieillissent plus passé douze ans.
Traqué par Fleur-du-Mal, un Meq renégat, Z va devoir trouver des alliés…

The Meq

Time Dancers

Cela fait trente huit ans maintenant que Zianno a douze ans. Comme seulement quatre de ses camarades, ils portent l’une des précieuses Pierres, celle des Rêves.
Mais Fleur-du-Mal est toujours présent lui aussi, recherchant une hypothétique sixième Pierre, et balayant quiconque voudrait se mettre en travers de sa route.


Critique

Par Gillossen, le 14/07/2006

Trilogie entamée début 2005 alors que le second tome est paru il y a quelques semaines de l’autre côté de l’Atlantique, les romans de Steve Cash - oui, chanteur de son état - ne manque pas de saveur et d’une certaine originalité.
Si le thème de l’immortalité ne l’est guère en tant que tel, l’exécution n’en est pas moins souvent très prenante, à travers des romans qui se lisent un peu comme le journal du héros… Sa sincérité ou ses travers n’en ressortent que mieux. Il faut dire que l’auteur dispose d’une plume riche et vive, aux accents rêveurs, parfaite pour retranscrire tout cela, de même que les ambiances, sautant de continent en continent ou d’époque en époque, l’histoire qui nous est ici narrée courant sur des décennies entières, à travers le monde.
On peut y trouver d’ailleurs une petite saveur “pulp” pas désagréable, avec ses aventures colorées, ses développements quelquefois farfelus, et ses personnages bien campés (les origines basques du héros, Fleur-du-Mal, terrible assassin à l’apparence d’un enfant…).
Ce qui pourrait néanmoins faire hésiter certains lecteurs, ce sont sans doute quelques longueurs, par le biais d’une intrigue principale souvent un peu trop évasive… Il est question d’une quête certes, de personnages devant trouver leur “âme-soeur” s’ils veulent devenir “adultes”, mais certains passages deviennent répétitifs, l’auteur ayant tendance à expliquer plutôt qu’à montrer. Pas toujours facile d’entretenir une réelle tension par ce biais ! L’influence du temps qui passe, là encore, n’est peut-être pas assez évidente… Si Z possède un caractère bien trempé, on aurait pu penser le voir changer de façon plus marquée.
Toutefois, en attendant la conclusion et les mystères que celle-ci devraient enfin lever, Z et sa bande de “garnements” immortels conservent aisément notre capital sympathie ! L’envie de connaître le pourquoi du comment de leur destinée ne nous quitte jamais.

8.0/10


Discuter de The Meq sur le forum.


Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :