Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Merry Gentry

Merry Gentry

Titre VO: Merry Gentry (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Laurell K. Hamilton
Merry Gentry

Le Baiser des ombres

Merry Gentry est détective privée à Los Angeles. Une détective un peu particulière. L’agence qui l’emploie est spécialisée dans les dossiers étranges, elle a pour slogan «à affaires surnaturelles, solutions magiques». Merry est aussi la princesse elfe disparue trois ans plus tôt que recherchent encore tous les paparazzi de la planète. Elle ne veut surtout pas qu’on la retrouve, car si elle retombait aux mains de sa tante, la Reine de l’air et des ténèbres, sa punition serait longue et horrible.
Tout va pourtant bien pour elle : réussite professionnelle, vie discrète, amant sans une goutte de sang humain… mais l’enquête qui se présente sent mauvais.
Un membre de la cour procure à des humains un produit magique interdit capable de déchaîner une folie sexuelle. Des femmes meurent de tortures et d’extase. Même si à la cour des fées, le sexe et la douleur vont de pair, les accords passés avec les humains et la Reine n’autorisent pas ce genre de contacts entre les simples mortels et les êtres doués de pouvoirs magiques. Plongée au cœur même de l’enquête, Merry est désormais l’objet d’une traque impitoyable. Quelqu’un veut sa mort et ses pouvoirs surnaturels ne suffiront pas à la protéger…

Merry Gentry

La Caresse de l'aube

Qui a libéré les Affamés, ces dieux décharnés qui ne sont pas assez bons pour le ciel et pas assez mauvais pour l’Enfer, qui ne peuvent ni vivre ni mourir et restent coincés entre les deux ? Qui leur livre des troupeaux d’humains pour qu’ils sucent leur âme ? Et qui est vraiment cette reine de Hollywood, dont la longévité étonne, sinon une déesse évadée de son paradis, pour vivre une vie de mortelle pleine de paillettes et d’amour ?
Mais le temps file et les corps exsangues aux lèvres bleuies s’entassent. Et dans un Los Angeles où les paparazzi sont avides des moindres indiscrétions sur la Cour de l’Air et des Ténèbres, la Princesse Merry doit tout mener de front : avoir un enfant grâce à l’un de ses beaux gardes du corps pour devenir Reine de la Cour Unseelie ; déjouer les complots du fils de la Reine actuelle et de ses sbires magiques ; maîtriser ses pouvoirs enfin révélés, et surtout découvrir son nouvel ennemi, car sa propre vie est en danger.

Merry Gentry

L' éclat envoûtant de la lune

” Je sais Merry Gentry, détective à Los Angeles et Princesse Fey, héritière du trône Unseelie. J’ai réveillé une incroyable magie qui a sommeillé pendant des milliers d’années. Du coup, ma tante, la Reine de l’Air et des Ténèbres, n’est plus distraite par ses passe-temps sadiques. Son obsession, c’est moi. Super ! Et, puisque je ne suis toujours pas enceinte, malgré toute ma bonne volonté, elle se met à jouer les marieuses ! Mais ce n’est plus ma seule préoccupation : mes pouvoirs deviennent incontrôlables. Sans le vouloir, j’ai invoqué un Calice très ancien… De quoi d’autre suis-je capable ? “

Merry Gentry

Les Assauts de la nuit

“J’ai l’impression que le sort s’acharne : mon cousin, depuis sa cellule, multiplie les tentatives de meurtres contre moi et mes gardes ; gérer ma tante psychotique me demande des nerfs d’acier ; mes pouvoirs me submergent sans que je puisse les contrôler ; et la Déesse semble compter sur moi pour rendre sa puissance à mon peuple… On pourrait se dire que cela suffit. Eh bien, il faut croire que non : des meurtres ont eu lieu dans le sithin, au cœur de la Féerie. Et devinez qui est chargée de l’enquête ?”

Merry Gentry

Mistral's Kiss

“Je suis Merry Gentry. Héritière potentielle du trône de la cour Unseelie. En tentant de prouver ma fertilité à ma tante, la Reine de l’Air et des Ténèbres, j’ai réveillé des pouvoirs endormis depuis des siècles. Je ne connais pas mes propres limites, et peut-être ne les connaîtrai-je jamais… Mes gardes et moi sommes arrivés sur le territoire du Roi Sholto… et qui sait si j’en sortirai vivante.”

Merry Gentry

L' étreinte mortelle

La suite des aventures de la princesse Meredith NicEssus, qui mène une double vie pour fuir son cousin. Célèbre dans le monde entier, elle travaille à l’agence de détectives Grey, où personne ne connaît sa véritable identité.


Critique

Par Gillossen, le 13/04/2005

Après une série encore en cours dans le domaine du Fantastique/Horreur, avec Anita Blake, Laurell K. Hamilton demeure dans la mouvance d’Anne Rice. Mais c’est au tour du monde des fées et autres créatures magiques d’être exploré.
L’auteur joue beaucoup sur l’ambiance qu’elle instaure, urbaine, dangereuse, sulfureuse, évidemment. Meredith, en tant que détective privé, ne ménage pas ses efforts et fait don de sa personne, souvent sans retenue d’ailleurs… On tient là un personnage de forte tête, qui ne s’en laisse pas compter, et qui n’hésite pas à jouer de son charisme… et de ses charmes. Bien entendu, Hamilton s’appuie un maximum sur cet état de fait, ce qu’on pourrait difficilement lui reprocher.
Vous vous en doutez, l’érotisme occupe une part importante de l’intrigue, qui ne néglige pas pour autant les manigances et autres retournements de situation plus “politiques”. La Reine de l’air et des ténèbres n’est pas une enfant de chœur, et le monde des elfes se révèle souvent aussi tortueux que cruel, l’auteur ayant replongé dans les mythes et légendes d’autrefois, et non pas une vision actuelle de race sage aux oreilles pointues… Mais les fréquentes rencontres de Merry avec la “faune locale” prennent donc souvent une tournure plus radicale, et l’auteur ne lui épargne pas grand chose non plus dans ce domaine. Le parler est cru sans verser dans la vulgarité, la passion parfois débordante, les situations souvent déconcertantes… Bref, une lecture à réserver tout de même à un public averti.
Cependant, si les scènes de sexe s’enchaînent souvent, scènes qu’Hamilton ne veut jamais gratuites mais au service de l’histoire (On se permettra tout de même d’en douter au bout d’un certain temps…), il faut bien avouer que celle-ci affiche quelques longueurs, voire évite de peu la confusion. Il arrive même que l’on s’interroge sur les tenants et aboutissants des multiples fils de cette sensuelle tapisserie, au canevas cependant par trop mince par endroits.
Il n’en demeure pas moins que la lecture est souvent prenante, cet entre deux-mondes assez fascinant, et son héroïne, autour de laquelle papillonnent tant de prétendants, suffisamment séduisante pour donner envie au lecteur d’en savoir plus sur son sort. Néanmoins, il manque toujours un peu de rigueur dans la structure et un peu moins de passages versant dans un sentimentalisme soap tranchant nettement avec l’atmosphère plus sombre et élaborée qui prévaut.
Dommage qu’au bout de quelques tomes, les parallèles négatifs avec Anita Blake se multiplient : romans de plus en plus courts comptant malgré tout de nombreuses longueurs, le sexe comme béquille (hum…) pour combler certains trous scénaristiques, personnages secondaires toujours plus nombreux et toujours plus inutiles…

7.0/10


Discuter de Merry Gentry sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :