Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Léviathan

Léviathan

Titre VO: Leviathan (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Scott Westerfeld

Le tome 1, Léviathan, a reçu le Prix Elbakin.net 2011 du meilleur roman de fantasy jeunesse traduit.

Léviathan

Léviathan

1914. A l’aube de la Première Guerre mondiale. D’un côté, les darwinistes (Anglais, Français), adeptes du tout biologique et rois de la manipulation génétique. De l’autre, la civilisation ultra-mécanique, les clankers (Allemands, Autrichiens.) La guerre éclate avec l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand. Alek, son fils, menacé lui-aussi de mort, prend la fuite sur un robot de combat bipède bardé de mitrailleuses.
Pendant ce temps, la jeune Écossaise Deryn Sharp, orpheline, s’habille en garçon et se fait engager dans l’Air Service (forces aériennes britanniques). Après un premier vol d’essai mouvementé aux commandes d’une méduse volante, elle rejoint l’équipage du Léviathan, sorte de baleine géante gonflée à l’hydrogène. A son bord, un chargement biologique, classé secret défense.
Ils volent vers Constantinople, mais les Allemands les attaquent et le Léviathan s’écrase dans les Alpes. C’est là que Deryn, toujours déguisée en homme, fait la rencontre explosive d’Alek…

Léviathan

Béhémoth

1914. A l’aube de la Première Guerre mondiale.
Deryn est écossaise et orpheline ; Alek est un jeune héritier qui fuit l’Empire austro-hongrois. Elle s’habille en garçon et combat dans les forces aériennes darwinistes ; lui est poursuivi par le pouvoir clanker et cache ses origines.
Alliés malgré eux, ils se retrouvent à bord de l’extraordinaire Léviathan. Ils n’auront qu’une solution pour éviter la guerre: se faire confiance… et compter sur la créature la plus redoutable des darwinistes britanniques : le Béhémoth.


Critique

Par Aléthia, le 12/09/2011

Après le succès de sa série Uglies, l’auteur américain Scott Westerfeld revient avec une nouvelle trilogie dont Léviathan est le premier tome. Autant le dire tout de suite, Léviathan est un très bon roman. Il est même, à n’en pas douter, un des meilleurs romans jeunesse de l’année, si ce n’est le meilleur.
Imaginez un monde alternatif, à l’aune de la Grande Guerre. Les forces en puissance sont identiques mais les armes sont différentes : si la Grande-Bretagne a choisi de s’appuyer sur les découvertes révolutionnaires de Charles Darwin et les manipulations génétiques, l’Empire austro-hongrois tire sa puissance des machines. Lorsque l’archiduc François-Joseph est assassiné, c’est le monde entier qui plonge dans la guerre.
Tout en s’appuyant avec talent sur des évènements réels et des personnages historiques (au lecteur de savoir démêler le vrai du faux car certaines références sont plus subtiles que d’autres), Scott Westerfeld a réussi à construire un univers riche et surprenant. Son incursion dans le monde du steampunk est une réussite. L’auteur a ainsi su donner vie à une multitude de personnages attachants que le lecteur suit sans déplaisir. A ce propos, le langage fleuri de Deryn est un véritable bonheur ! Scott Westerfeld a un don pour les jurons bien sentis !
La plume de l’auteur est donc toujours aussi vive et l’action du roman se déroule sans temps mort. Le lecteur se laisse emporter par les aventures de Deryn et Alek, de la Suisse à l’Empire ottoman, sans jamais avoir envie de poser le roman.
Léviathan rappellera aux amoureux de récits d’aventures les œuvres de Jules Verne, considéré comme une des figures tutélaires du steampunk. D’ailleurs, la couverture de Léviathan évoque celles des éditions Hetzel si aimées des amateurs de l’auteur de 20 000 lieues sous les mers.
Il est aussi important d’ajouter que Pocket Jeunesse a soigné la mise en forme de Léviathan avec des illustrations pleines pages et des cartes. Ces illustrations de Keith Thompson sont très réussies et rappellent les dessins d’Alfred Robida. Léviathan est un excellent roman d’aventures à mettre d’urgence entre toutes les mains !

Béhémoth reprend là où s’arrête Léviathan. Maintenant que les éléments du récit sont posés, le lecteur est donc immédiatement plongé dans l’action et suit Deryn et Alek au cours de leurs pérégrinations à Istanbul. La ville d’Istanbul est merveilleusement décrite et offre une alternative nouvelle aux machines Clankers et aux créatures Darwinistes que nous avons pu rencontrer dans le premier tome. De nouveaux personnages apparaissent et offrent une plus grande diversité au récit maintenant que nos héros ne sont plus confinés à bord d’un aéronef.
Dans Béhémoth, le suspense monte crescendo jusqu’à la rencontre avec celui qui donne son nom au récit. Les personnages évoluent, grandissent et certains secrets risquent bien d’en pâtir. Une chose est sûre, ce second tome est aussi addictif que le premier !

9.0/10


Discuter de Léviathan sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :