Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Les Sœurs de la Lune

Les Sœurs de la Lune

Titre VO: The Sisters of the Moon (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Yasmine Galenorn (Proposer une Biographie)
Les Sœurs de la Lune

Witchling

Nous sommes les sœurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents de la CIA d’Outremonde. Être une fée dans votre monde confère bien des avantages : nous sommes plutôt bien perçues, contrairement à nos congénères un peu moins, disons… sexy.
Malheureusement, notre ascendance nous joue parfois des tours. Quand elle panique, ma sœur Delilah se transforme en chat. Menolly, elle, est un vampire qui tente de s’adapter à sa condition. Quant à moi ? Je suis Camille… une sorcière. Sauf que ma magie est aussi imprévisible que la météo, et ça, mes ennemis vont l’apprendre à leurs dépens !

Les Sœurs de la Lune

Changeling

Nous sommes les sœurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents de la CIA d’Outremonde. Ma sœur Camille est une sorcière. Menolly, elle, est un vampire. Moi ? Je m’appelle Delilah et dans les situations stressantes j’ai tendance à me transformer en chat.
En parlant de stress : Zachary Lyonnesse, le représentant de la troupe de pumas, nous a engagées pour trouver le coupable d’une série de meurtres qui frappe les siens. On a tout de suite compris que cette bonne vieille Ombre Ailée se cachait derrière tout ça. Notre job sera donc de découvrir pourquoi. Mais le sang humain qui coule dans nos veines va nous faire courir un danger mortel.
On ne m’y reprendra plus à passer la patte derrière mon oreille !

Les Sœurs de la Lune

Darkling

Nous sommes les sœurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents qualifiés – et sexy – de la CIA d’Outremonde. Quand elle est stressée, Delilah se transforme en chat. La magie de Camille est aussi imprévisible que la météo. Quant à moi ? Je suis Menolly, une acrobate devenue vampire et je donnerais ma canine droite pour me venger de mon sire.
Partout dans Seattle, des humains disparus réapparaissent avec des dents qui rayent le parquet : signe qu’un vampire renégat se promène dans les parages. Tout porte à croire que Dredge, celui qui est à l’origine de mes cicatrices, y est pour quelque chose et qu’il s’est allié à l’Ombre Ailée. Si c’est le cas, la Terre et l’Outremonde sont dans de sales draps !

Les Sœurs de la Lune

Dragon Wytch

Nous sommes les sœurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents qualifiés – et sexy – de la CIA d’Outremonde. Ma sœur Delilah se transforme en chat. Menolly, elle, est un vampire qui tente de s’adapter à sa condition. Quant à moi ? Je suis Camille, une sorcière, qui essaie de jongler entre ses pouvoirs imprévisibles, ses différents amants et la guerre contre les démons.
À l’approche de l’équinoxe de printemps, le chaos nous guette. Un artefact légendaire qu’on nous a confié disparaît et des hordes de gobelins et de trolls ont investi Seattle. Je pourrais gérer si Flam, le plus sexy des dragons, n’avait pas décidé au même moment de réclamer son dû : moi ! Et pour couronner le tout, le troisième sceau spirituel a fait son apparition et l’Ombre Ailée est à sa recherche. Bon, en réglant les problèmes les uns après les autres je pourrais peut-être éviter la fin du monde… Question d’organisation !

Les Sœurs de la Lune

Night Huntress

Manifestement les sorcières du destin ont décidé de s’amuser avec moi !
Mon petit ami Chase murmure le nom d’une autre femme dans son sommeil tandis que le seigneur de l’automne me place au centre de projets très spéciaux. Les choses empirent encore quand Karvanak refait son apparition… et prend Chase en otage.
Mes sœurs et moi devons maintenant un moyen de sauver l’homme que j’aime sans mettre en péril la sécurité d’Outremonde et de la Terre…


Critique

Par Gillossen, le 27/05/2010

Consternant.
Voilà le terme qui nous vient immédiatement à l’esprit dès les premières pages du premier tome, et qui ne nous quittera plus jusqu’à la fin du vingtième et dernier chapitre de la chose.
Comme tous les « sous-genres », la bit-lit a forcément ses réussites et ses moutons noirs. Comme avec tous les sous-genres, chacun affiche une sensibilité différente face à ce courant qui monte en force. On peut bien évidemment ne pas aimer sans condamner pour autant.
Mais que l’on prenne des gants ou pas, il est parfois des rencontres qui se passent mal. Et c’est le cas ici. Les soldes viennent de se terminer, mais c’est une véritable avalanche de clichés qui se déverse sur le lecteur, digne des meilleures promotions de masse. Une intrigue creuse et décousue, des longueurs à n’en plus finir sur des détails sans importance, un style insipide qui se contente de jouer la carte du langage parlé, faussement relâché donc, des pointes d’humour tombant à plat les unes après les autres, et surtout des personnages, des personnages…
La caractérisation des trois héroïnes frise la catastrophe : là encore, les clichés vont bon train : on parle chiffons, maquillage, les références sont à la hauteur du reste – des fesses à la J.Lo… et même Highlander et Christophe Lambert, pour l’anecdote… - et leurs portraits nous sont peints au pistolet à peinture pour mieux les distinguer.  On peut presque sentir son QI descendre à chaque page (oui, oui, il n’était déjà pas forcément bien élevé, merci) ! Si des lectrices se sentent flattées ou fières devant de tels personnages féminins, c’est à n’y rien comprendre.
Finalement, face à ce fatras axé autour d’un univers de fantasy urbaine sans aucune imagination (et qui pourtant mange à tous les râteliers possibles et imaginables – on pense forcément à Charmed et ce serait presque méchant de comparer cette série inoffensive à l’œuvre de Yasmine Ganelorn – et aux mécanismes rappelant précisément les séries TV dans ce qu’elles peuvent avoir de pire, la citation de Jung – oui, oui, Carl Gustav en personne – qui ouvre le roman n’en est que plus savoureuse.
Les tomes suivants ont beau alterner les points de vue entre nos héroïnes, on ne sent pas de réelle différence sur le plan de l’écriture proprement dite, et ce ne sont pas les intrigues tout aussi interchangeables et donnant très vite dans la redite qui vont nous aider à réévaluer d’un œil plus clément ce cycle dans son ensemble.
Et dire qu’il reste encore quatre tomes à supporter, sans compter une dizaine d’autres romans si l’on se fie à la bibliographie globale de l’auteur, véritable caricature ambulante elle-même.

3.0/10


Discuter de Les Sœurs de la Lune sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :