Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Le Cycle de Gor

Le Cycle de Gor

Titre VO: Gor (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : John Norman
Le Cycle de Gor

Le Tarnier de Gor

Tarl Cabot, jeune professeur d’histoire, part camper en solitaire. Un voyage qui le mènera vers son véritable destin : la planète Gor, cette anti-Terre cachée de l’autre côté du Soleil. A peine remis du choc de cette découverte, Tarl suivra le terrible entraînement de la Haute Caste des Guerriers. Un privilège qui cache une redoutable contrepartie : pour le bien de Ko-ro-ba, sa Cité d’adoption, il devra par la seule force de son épée s’emparer de la Pierre de Foyer d’Ar, la plus grande des Cités de Gor. En coulisse, les Prêtres-rois, divinités mystérieuses, tissent leurs intrigues et s’apprêtent à placer sur le chemin de Tari une redoutable et magnifique jeune femme…

-> Lire les premières pages (format Acrobat Reader)

Le Cycle de Gor

Le Banni de Gor

Après sept longues années, les insondables Prêtres-rois rappellent Tarl sur Gor. Le sang du guerrier coule à nouveau dans ses veines : il va pouvoir retrouver Talena, sa Libre Compagne, et tous ses amis de la Cité de Ko-ro-ba. Epée au poing, il se dirige à pas vigoureux vers sa ville… pour n’y découvrir qu’un champ de ruines. Hurlant sa colère à la face des cieux, ivre de vengeance, Tarl se jure de faire couler le sang des dieux : les Prêtres-rois paieront ! Sur sa route se dresse alors la Cité de Tharna, une bien étrange ville dominée par les femmes, dirigée par la Tatrix Lara, au visage dissimulé en permanence par un masque d’or…

Le Cycle de Gor

Les Prêtres-rois de Gor

Pour Tarl Cabot l’heure de la vengeance a sonné. Franchissant sans peur les portes noires qui marquent l’entrée des Monts Sardar, il pénètre sur le territoire des Prêtres-Rois. Le guerrier vient réclamer réparation pour sa cité détruite par caprice, et rien ne pourra l’arrêter. Mais on ne défie pas impunément ces formidables demi-dieux qui tiennent les rênes du pouvoir sur Gor depuis des centaines de milliers d’années. Leur contrôle est tel qu’ils ont eux-mêmes programmé la venue du guerrier au cœur de leur fief, où ils nourrissent des projets bien précis pour lui…

Le Cycle de Gor

Les Nomades de Gor

Toutes les Cités de Gor craignent les Peuples des Chariots. Farouches guerriers, nomades intrépides, ils méprisent les villes et leurs castes. L’honneur est leur guide, le combat leur passion, le pillage leur mode de vie. C’est à ces rudes nomades que les Prêtres-Rois ont jadis confié en secret leur dernier veuf, l’espoir de tout un monde. Tarl Cabot, que ces êtres millénaires ont choisi pour agent, est à présent chargé de s’infiltrer dans les rangs des nomades afin de récupérer cette précieuse essence vitale. Le guerrier de Ko-ro-ba saura-t-il se faire accepter des Peuples des Chariots ? Il le faut, car si les nomades comprennent la véritable nature de ce qu’ils possèdent, Gor est perdue.

Le Cycle de Gor

Les Assasins de Gor

Au cœur de la Cité-Etat d’Ar la glorieuse, la Maison de l’esclavagiste Cernus prospère si vite et si bien qu’elle a fini par attirer l’attention des Prêtres-rois de Gor. Ces entités divines qui président à la destinée de la planète suspectent qu’un ennemi autrement plus dangereux se cache derrière les agissements de Cernus.
A peine revenu de son long voyage dans les terres du Sud, Tart le Guerrier est renvoyé vers Ar. Grimé, vêtu de la tenue noire de la caste des Assassins, il retrouve la cité dont il a volé la Pierre de Foyer, bien des années plus tôt.
Ce n’est que lorsqu’il se retrouve dans la gueule du loup qu’il apprend qu’à Ko-ro-ba, sa ville d’adoption, un homme qui lui ressemblait trait pour trait a été abattu…

Le Cycle de Gor

Les Pirates de Gor

Tarl, qui a décidé de prendre ses distances avec les manipulations des Prêtres-rois, prend le chemin du seul endroit accessible aux apatrides comme lui : Port Kar, cette redoutable cité autonome peuplée de bandits, de hors-la-loi et d’esclaves fugitifs, la seule de tout Gor privée de Pierre de Foyer, celle que personne n’a jamais conquise.
Mais avant d’atteindre la ville, Tarl voit de nouveau son destin basculer. Capturé par d’anciens esclaves réfugiés dans les marais, il se retrouve face à un terrible choix : l’infamant esclavage, ou une mort noble et rapide….


Critique

Par Gillossen, le 14/11/2006

Avec la fantasy connaissant actuellement un vif renouveau, une “explosion”, à tout le moins au niveau des ventes, il fallait bien que certains éditeurs, et notamment de grands anciens tel que J’ai Lu, dépoussièrent leur catalogue à la recherche de titres à remettre en avant, histoire de surfer sur la vague…
Et pourquoi pas entreprendre de rééditer le Cycle de Gor, avec de nouvelles couvertures à la clé pour débuter ? Et qu’est-ce donc que ce cycle comptant plus de vingt tomes en version originale, pour ceux qui - contrairement aux expéditeurs de un ou deux mails incendiaires par an nous reprochant notre silence à ce sujet - ne connaissent pas l’œuvre de John Norman ?
Eh bien, rien de plus que du sous-Burroughs, où le souffle de l’aventure retombe rapidement à plat, tandis que l’auteur accumule les poncifs, sans jamais ignorer une occasion de mettre en avant sa grande théorie philosophique : la femme aime être soumise à l’homme, et c’est là que se trouve son bonheur. Si cette “brillante” idée peut se résumer simplement, il n’en va pas de même dans ces romans, et ce dès les deux premiers.
Quel homme que ce Tarl Cabot, un vrai mâle, lui ! Qui a su dépasser sa condition de Terrien soumis aux femmes (sic…). Ah, tiens, les gueuses n’ont que ce qu’elles méritent, et finalement, elles en redemandent ! De quoir ravir le petit Eric Zemmour qui sommeille chez certains, assurément… On peut évoquer tout le politiquement correct du monde, cela ne doit pas empêcher d’ouvrir les yeux sur un discours phagocytant, d’autant qu’il n’est à aucun moment question de pastiche.
Et surtout de quoi littéralement saboter l’aspect aventure (pas plus mauvais qu’un clone de Conan), sans compter la surenchère d’action et les passages parfois verbeux (l’auteur ne laisse guère de place à l’imagination, décrivant “tout”), hors toutes considérations précédemment abordées.
Une chose est sûre, ces deux premiers tomes ne sont pas les pires, et mériteraient peut-être un point de plus. Mais les choses ne vont pas tarder à se gâter, plus qu’elles ne l’étaient déjà, le virage aventures SM “fantaisistes” se faisant quasiment à chaque tome un peu plus marqué…

3.5/10


Discuter de Le Cycle de Gor sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :