Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Le Cycle de Deverry

Le Cycle de Deverry

Titre VO: Deverry (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Katharine Kerr
Le Cycle de Deverry

Le Sortilège de la dague

Dans un vide en dehors de toute réalité, l’esprit vacillant d’une jeune fille plane entre les incarnations, ne connaissant ni son passé ni son futur. Mais dans le monde temporel il est une personne qui sait et qui attend : Nevyn, le sorcier errant. Lors d’une sanglante journée, voici bien longtemps, il renonça à la main de la jeune fille et noua ainsi un redoutable lien de destinée entre trois âmes qui durerait trois générations. A présent Nevyn est condamné à les suivre sur les plaines du temps, sans repos, jusqu’à ce qu’il répare l’erreur tragique de sa jeunesse…

Le Cycle de Deverry

Le Sortilège de l'ombre

Liés inextricablement au sort du pays, Nevyn, Rhodry et Jill luttent pour unir les humains de Deverry à la race mystérieuse et autrefois hostile des Elfes. Mais les sinistres et puissants sorciers de Annwn, sachant qu’une alliance entre les deux races menacera leur propre royaume maléfique, attaquent alors l’union par une délicate alliance entre les forces obscures. A présent, le vieux et rusé magicien, Nevyn, doit sauver ses compagnons ainsi que le destin de Deverry et se sauver lui même de la magie mortelle de Annwn…

Le Cycle de Deverry

Le Sortilège de l'aube

Voici plus de 1000 ans, le Peuple Elfe de Deverry fut chassé de son splendide royaume par ses ennemis, les Hordes, et forcé de se réfugier dans les lointaines forêts à l’Est de leurs terres où ils finirent par s’établir. Les générations successives se remémorent ces terribles événements - comme l’Incendie - et ils n’ont jamais oublié les cités, villes, et merveilles du fort lointain ouest.

Le Cycle de Deverry

Le Sortilège du dragon

Pendant des années, les provinces de Deverry furent bouleversées, mais le conflit atteint de nouveaux sommets avec l’enlèvement de Rhodry, héritier du trône d’Aberwyn. Afin de le secourir, sa bien aimée Jill et le magicien Elfe Salamander abordent l’île lointaine de Bardek, où Rhodry est détenu.
Lié à Deverry par de multiples obligations, le magicien immortel Nevyn commence à voir que tous les problèmes du pays proviennent d’une même source, son ancienne ennemie, une maîtresse en magie noire, soutenue par un réseau maléfique qui s’étend au delà des mers. Réalisant cela, Nevyn comprend que lui aussi est attiré vers Bardek, dans un piège subtil et mortel…


Critique

Par Brynhild, le 22/09/2004

A priori, les Cycles de Deverry (il y a deux suites, de 4 volumes chacune) reposent sur des thèmes classiques de la Fantasy : on y retrouve une ambiance fortement celtique, des magiciens, des sorciers, des Elfes, des combats, une société médiévalisante, la civilisation esclavagiste dans le sud, le tout pimenté par une histoire d’amour, bien compliquée, c’est vrai. Et n’oublions pas nos précieuses cartes, lexiques, guide de prononciation, etc… Bref, nous avons là un univers fort bien construit… Mais, c’est quelque chose que nous retrouvons fréquemment en Fantasy…
Pourtant, cette série se distingue… Déjà, purement anecdotique, on oublie l’ambiance irlandaise. Katharine Kerr préfère visiblement les ambiances galloises. Le guide de prononciation devient alors une nécessité absolue. Ainsi, le nom de l’un des principaux protagonistes, le vieux magicien Nevyn, se prononce-t-il No One, Personne. La genèse de ce nom est expliquée, rassurez-vous. Les noms sont déjà bien plus dépaysants que d’ordinaire… Même si l’auteur indique une relation étroite avec le Gallois, le Breton ou la langue de Cornouailles, nous n’avons cependant pas la copie conforme de l’une de ces langues. Il reste un nombre impressionnant de W, de RH, et des suites de consonnes à faire peur à tout amateur de scrabble ! (j’ai un faible pour le dieu Wmm…)
La qualité de l’univers, j’y reviens brièvement… Nous avons là une étude des différentes sociétés qui me paraît très intéressante, pertinente, et cohérente.
La principale originalité de Deverry reste la question de la réincarnation. La base même de tous les romans. Si l’action principale se situe au temps où les héros se nomment Rhodry et Gillian (Jill), l’auteur multiplie les flashbacks pour montrer leur relation au cours de leurs précédentes existences. Ces deux là ont vraiment un passé. Mais, aucune vie n’est semblable à la précédente. Des petits riens font évoluer les liens d’une vie à l’autre, en bien, ou en mal. Le cas le plus intéressant étant Cullyn, le père de Jill dans cette vie. Katharine Kerr joue ainsi de manière passionnante avec ses personnages, à différentes époques, et change même leur sexe de temps à autre. Même brefs, comparés à l’intrigue principale, ces flashbacks (non chronologiques) constituent des analyses des rapports humains très intéressantes, et contribuent à augmenter considérablement l’attachement que l’on porte aux protagonistes. Ce long passé fait de l’histoire d’amour une histoire peu banale, qui connaît une fin… Je ne dirai rien !
Autre grand attrait de ces cycles : les « Silver Daggers », ces guerriers bannis, mercenaires, que l’on retrouve dans tous les romans suivants. Leur histoire est une sorte de fil conducteur qui parcourt les existences, et ils sont les véritables héros. Pour connaître la totalité de l’histoire des Silver Dagger, la lecture des trois cycles est obligatoire…
Un léger bémol… L’auteur s’emmêle un peu dans les différentes vies. Un phénomène plus notable dans les cycles suivants, où certains détails ont été radicalement transformés. Un deuxième cycle était certainement prévu dès l’origine, mais, pas un troisième.

8.0/10


Discuter de Le Cycle de Deverry sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :