Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >La Rose du prophète

La Rose du prophète

Titre VO: Rose of the Prophet (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Margaret Weis
Auteur : Tracy Hickman
La Rose du prophète

Le Désir du dieu errant

Au commencement étaient vingt Dieux, chacun sur leur facette du Joyau… Puis la discorde survint, et deux d’entre eux s’entre-tuèrent. Et il sembla que Quar avait tout fait pour les empêcher, aussi les autres Dieux lui en furent-ils reconnaissants.
Tous, sauf un. Akhran, le Dieu des nomades du désert, était persuadé que Quar était un fourbe. Mais comment se faire écouter ? Il lui vint alors une idée, plutôt tordue, pour sauver le monde…
Khardan et Zohra sont les enfants des chefs de deux tribus ennemies. Aussi, quand Akhran fait connaître sa volonté, à savoir qu’ils doivent se marier et le rester tant que la Rose du Prophète n’aura pas fleuri…il y a des cris et des grincements de dents ! Mais on ne s’oppose pas à la volonté d’un Dieu.
…oui, bon, peut-être, mais allez faire entendre raison à Khardan et Zohra…

La Rose du prophète

Le Paladin de la nuit

Après la grande bataille des tribus contre l’Emir de Quar, Khardan et Zohra ont disparu avec le “fou”, ce jeune magicien vêtu d’habit de femme. Ceux des tribus sont persuadés que le fils du Cheik s’est lâchement enfui et maudissent son nom alors qu’ils sont emmenés en esclavage.
Mais Khardan, Zohra et le fou ont en fait été capturés par le mystérieux et terrifiant Auda ibn Ja, serviteur du Dieu Zakhrin, ce dieu qui a semble-t-il péri par les manigances de Quar. Et le terrible paladin les emmène sur une île désolée, où sont réfugiés les derniers de son ordre. Ils n’ont qu’un objectif : faire renaître leur Dieu - qui, soit-dit en passant, est l’un des Dieux du Mal…

La Rose du prophète

Le Prophète d'Akhran

Nos trois héros, Khardan, Zohra et Matthew “le fou” ont triomphé des adeptes de Zakhrin. Aux portes de la mort, Khardan a voué sa vie à Akhran. Auda Ibn Ja, le paladin, a cru entendre Zakhrin, et il a prêté le serment de sang avec Khardan. Quand il comprend son erreur, il est trop tard…
Mais, tout cruel et impitoyable qu’il soit, c’est un homme d’honneur… Il accompagne les héros lors de leur fuite. Et il leur reste beaucoup à faire… que ce soit sur terre ou dans le ciel, Quar a pratiquement gagné la partie…


Critique

Par Belgarion, le 04/06/2006

Cette trilogie exotique est l’œuvre des talentueux mais inégaux écrivains Margaret Weis et Tracy Hickman, qui sont notamment connus pour leur ambitieux cycle des Portes de la mort ou encore pour leur saga Lancedragon, qui n’est pas, à mon avis, leur œuvre la plus réussie. En tant que scénaristes de jeux de rôles et conteurs de talents, ces deux auteurs débordent littéralement d’imagination et ont les moyens de mettre en application des idées très originales avec un scénario complexe et passionnant.
C’est le cas ici avec une histoire qui se déroule dans une ambiance des milles et une nuits qui se centre principalement sur les nomades du désert du Dieu Akhran mais qui adopte aussi le point de vue d’un mage issu d’une civilisation plus occidentale. On s’éloigne donc du monde médiéval fantastique classique, pour laisser la place aux senteurs piquantes du désert, aux génies logés dans leur lampe et aux éfrits tourbillonants. La culture des différents peuples qui y vivent et l’ambiance orientale sont très bien retranscrites et offrent un réel dépaysement.
L’histoire en elle-même se révèle complexe et construite sur trois niveaux, avec une alternance de narration. Ainsi, à la base nous avons le Dieu Quar qui a décidé de supplanter les autres divinités. Au plan intermédiaire nous découvrons la guerre qui en résulte entre les anges, djins et génies immortels, servants des dieux. Enfin, sur le plan humain des civilisations nous avons la guerre sainte entre les différentes peuplades du désert qui n’est pas sans rappeler l’invasion irrésistible des berbères d’Afrique du nord par l’Islam au 8ème et 9ème siècle de notre ère. Ces trois plans d’existence se superposent et s’influencent les uns les autres pour former un tout complexe et brillant qui laisse la part belle au suspense pour au final permettre aux deux auteurs de retomber admirablement sur leurs pieds. Le point de vue du mage occidental, perdu dans une contrée étrangère et hostile après le massacre de ses collègues est très bien trouvé et offre un point de vue différent qui permet de mieux apprécier les personnages hauts en couleurs tels que Khardan, Zora ou encore le génie Pukha et l’ange Asrial.
L’écriture est recherchée et agréable, sans pour autant atteindre l’érudition et la complexité d’un Steven Erikson ou d’un Guy Gavriel Kay.
Bien entendu, la trilogie n’est pas exempte de défauts. En voulant forcer certains traits de caractères des personnages, les auteurs en ont parfois trop fait, au point que certaines de leurs réactions manquent de naturel, comme c’est le cas pour Pukah. De plus, en dépit de la construction solide et logique de leur histoire, les auteurs ont eu recours à certaines facilités scénaristiques, alors que l’histoire aurait pu être mieux exploitée sur ces points.
Cependant, ne boudons pas notre plaisir car La Rose du prophète vaut vraiment la peine d’être lu et a peu de chance de ne pas plaire. Facilement accessible, avec une histoire originale et complexe, dans un monde oriental bien décrit, ces trois livres sont une invitation au voyage de la pensée et promettent aussi bien des éclats de rire que des moments plus tendus et poignants.
Laissez-vous donc porter par le vent brûlant du désert !

8.0/10


Discuter de La Rose du prophète sur le forum.