Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >La Part des ombres

La Part des ombres

(Ce Cycle est Terminé)

Auteur : Gabriel Katz
La Part des ombres

La Part des ombres - 1

La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n’est plus aujourd’hui qu’un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Dix ans déjà que les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes pour « pacifier » le pays, règnent en maîtres sur le royaume. Discipline, terreur, corruption, tout semble fonctionner sans le moindre accroc jusqu’au jour où tout bascule. Une noce qui tourne au drame, un massacre tenu secret… et un homme qui se dit revenu d’entre les morts, pour lever le peuple contre l’occupant. On l’appelle le Fantôme, et pour animer la lame de fond qui renversera le régime, il a besoin de combattants – des mercenaires de haut niveau, capables d’encadrer, de former, et d’affronter les terribles guerriers de la Trace.
C’est ainsi qu’entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde (et surtout des autres séries de Gabriel Katz) : une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et… un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s’est fait entraîner là-dedans.

La Part des ombres

La Part des ombres - 2

Dans le royaume de Goranie déchiré par l’occupation, la nasse se resserre autour de la rébellion naissante. Sous la poigne du redoutable chef de guerre Akhen Mekhnet, les Traceurs sont en chasse, et la fragile résistance menée par celui qu’on appelle le Fantôme semble vivre ses dernières heures.
Mais rien n’est encore joué. La lutte se poursuit sur tous les fronts, par le sang, la diplomatie ou la trahison, de forêts en marécages, de chaumières en palais… Pourquoi la princesse Miljena, après avoir échappé à un mariage forcé, est-elle retournée d’elle-même épouser une brute sanguinaire ? Où se trouve le dernier témoin du massacre qui a donné naissance à la révolte ? Dans un jeu de miroirs et de faux semblants, le roi, le gouverneur et les grandes figures de cette guerre civile s’affrontent pour le contrôle du pays.Ce deuxième et dernier volet de La Part des ombres mènera Olen, Kaelyn et Desmeon jusqu’aux montagnes interdites de la Trace, ce royaume inconnu, tribal et sauvage, où les villes culminent au-dessus des nuages. C’est là que se jouera la dernière manche de ce vaste jeu de dupes…


Critique

Par Saffron, le 22/10/2016

Il n’y a pas que les États-Unis pour produire des auteurs prolifiques enchaînant avec enthousiasme les séries se déroulant dans le même univers ; chez nous aussi, certains s’en donnent à cœur joie. C’est ainsi que Gabriel Katz revient chez Scrineo pour nous proposer un nouveau diptyque synthétisant brillamment ses œuvres précédentes.
La quatrième de couverture n’en fait pas mystère, La Part des Ombres rassemble un personnage issu de chacune des séries antérieures de l’auteur : Kaelyn la maîtresse de guerre, Olen le séducteur invétéré et Desmeon la tête à claques, parfaitement fidèles à eux-mêmes. Le roman y gagne un petit goût d’Avengers med-fan qui ajoute un piquant supplémentaire au scénario et excite l’imagination du lecteur fidèle. Car la situation des trois protagonistes a bien changé depuis la fin de leurs séries respectives, et on ne peut que se demander ce qu’ils ont bien pu vivre une fois les livres refermés. C’est sans doute une évidence, mais précisons-le à tout hasard : La Part des Ombres réunissant des personnages déjà connus, il est préférable (sinon indispensable) d’avoir lu les trois séries précédentes de Katz pour apprécier pleinement les retrouvailles et les références au passé (et au passif) des héros.
Avec sa noce tragique qui pousse un homme à la révolte, ses rois fantoches, ses princesses au caractère bien trempé et son lot de méchants qui se tirent la bourre, les prémices de l’histoire ne sont pas sans rappeler celles de Braveheart. Mais on ne parle ici que de la trame générale, et la chouannerie menée par le Fantôme prend bien vite une toute autre direction.
La première moitié du diptyque pose les bases de la révolution gorane et répartit les pions sur l’échiquier, promettant à notre trio de choc des places aux premières loges dans le coup d’État qui s’annonce. Malheureusement, la seconde partie ne décolle jamais vraiment et les trois phénomènes peinent à trouver leur place dans une guerre qui ne les concerne finalement que de très loin. Certaines intrigues plus marginales, comme le destin d’Ivanka et Vlajad, laissent elles aussi un goût d’inachevé, et on referme la série sur une curieuse impression de « tout ça pour ça ». Au final, et comme le fait remarquer le Danseur lui-même, les mercenaires n’auront pas servi à grand-chose…
Pour équilibrer cette relative déception, les personnages secondaires, des Traceurs aux amoureuses éconduites, font bien plus que de la figuration et donnent une vraie consistance à l’univers, comme toujours chez Katz. Sans surprise, l’écriture reste percutante, efficace et pleine d’humour. Et pour ajouter au côté madeleine de Proust de cette nouvelle série, l’auteur semble jouer volontairement et en mode second degré avec ses propres gimmicks, comme en témoigne le chien de Desmeon.
Si La Part des Ombres se situe un cran en dessous du Puits des mémoires ou d’Aeternia, la lecture du diptyque n’en reste pas moins très agréable – surtout pour ceux qui auraient attendu la sortie du deuxième tome pour se lancer et n’auront donc pas à subir le cliffhanger impitoyable de la première partie. Reste à voir désormais si Gabriel Katz poursuivra ses pérégrinations dans un univers déjà bien établi ou si sa prochaine série fantasy rebattra les cartes.

6.5/10


Discuter de La Part des ombres sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :