Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >La Mallorée

La Mallorée

Titre VO: The Mallorean (Ce Cycle est Terminé)

Auteur : David Eddings

Eddings poursuit son œuvre dans la continuité de la Belgariade et nous offre une autre saga fascinante. Si bien construite, avec des héros tellement sympathiques et vivants, et des méchants monstrueux, une action toujours soutenue, des paysages et des situations si originaux… Suivez les Gardiens du Ponant dans leur quête folle à la recherche de l’enfant de Garion, enlevé par Zandramas. La Division qui est au cœur de la Création cessera bientôt et l’ultime combat entre le Bien et le Mal sera livré à l’Endroit-qui-n’est-plus. Quel sort réserve Zandramas à l’enfant de Garion et Ce’Nedra ? Qu’est-ce que le Sardion, la pierre tombée du ciel ? Les Ténèbres sont-elles véritablement vaincues ? Une saga où Démons, Dieux, Hommes et Magie se côtoient majestueusement et dont la fin se conclut en apothéose. Véritablement, un cycle immense.

La Mallorée

Les Gardiens du ponant

Voici venus les temps où les peuples respirent. Torak est mort, le dieu-dragon, l’Enfant des Ténèbres, et la menace cosmique paraît conjurée. Tout est calme en tout lieu dans les royaumes du Ponant. Pourtant la Prophétie des Ténèbres est bien gravée dans les mémoires : une parole, ça ne peut pas mourir. Et le vieux Gorim, dans sa grotte, entend gémir et gronder la terre : une pierre maléfique s’est réveillée à l’autre bout du monde. Le culte de l’Ours aurait-il encore, contre toute attente, des adeptes secrets ? Ça et là, on complote, on assassine, on repère les enfants marqués par le destin. Déjà la guerre s’allume dans les États du Sud. Puis, une nuit, la Voix parle à Garion. Qu’est-ce que le Sardion, la pierre tombée du ciel dont le nom fait frémir les Ulgos ? Où est “l’Endroit qui n’est plus” ? Faut-il combattre encore les Ténèbres vaincues ? Bien, les Gardiens du Ponant vont reprendre du service…

La Mallorée

Le Roi des Murgos

Les Gardiens du Ponant, au gré des prophéties, poursuivent la quête folle qui les conduit de pays en pays pour conjurer une terrible menace : il faut retrouver le petit enfant de Garion, enlevé par le mystérieux Zandramas. La perte d’un enfant, dans la vie d’un homme, c’est ce qui peut arriver de pire. Mais dans la vie de l’univers ? Torak est mort, sans doute, mais les forces du mal peuvent-elles mourir ? Zandramas emmène le petit captif à l’Endroit qui n’est plus pour l’égorger devant la pierre maléfique ; le Dieu Noir renaîtra aussitôt. Et le Père des dieux sait que tous ses efforts, depuis l’origine des âges, seront anéantis. Alors les forces obscures s’agitent. Quand les Ténèbres viendront, un Grolim pourrait devenir grand-prêtre ; et le roi des Murgos, hanté par la folie ancestrale qui a dévoré sa famille, se verrait bien en roi des rois. Allons, il faut agir, car le jour approche où ce qui a été divisé doit être réuni. Le sort de l’univers va se décider pour des millénaires, mais où ? Le ravisseur a plusieurs mois d’avance sur Garion et ses compagnons, et la piste refroidit…

La Mallorée

Le Démon majeur de Karanda

La course bat son plein ; tout l’univers retient son souffle. Zandramas est en fuite avec un moyen sûr d’imposer la domination des forces obscures ; encore faut-il échapper à ses poursuivants, les Gardiens du Ponant, régulièrement contrariés par des obstacles imprévus : cette fois, c’est l’empereur de Mallorée qui les fait prisonniers. Or, tout va mal en Mallorée. Urvon, le dernier disciple de Torak, est devenu fou : le Nouveau Dieu des Angaraks, c’est lui, il en est sûr. D’autres misent sur Nahaz, le Démon Majeur, qui, à la tête de ses sombres hordes, met le pays à feu et à sang ; des crânes humains badigeonnés de sang remplacent l’effigie de Torak au fronton des temples. Le temps presse. L’Enfant de Lumière et ses amis doivent coûte que coûte accomplir la Prophétie. Sinon, toutes sortes de gens vont chercher le Sardion et ce qui triomphera, ce n’est même pas le mal, mais le chaos…

La Mallorée

La Sorcière de Darshiva

Lis ça, ordonna implacablement Belgarath. Garion prit le livre et ce fut comme si l’exécration titanesque de Torak, le Dieu mutilé, montait vers lui, par-delà les siècles.
- Salut à toi, Belgarion, lut-il tout haut, d’une voix étranglée. Salut à toi, ô mon frère de haine, et adieu. Si tu prends connaissance de ma parole, c’est que tu auras réussi à me détruire. Dans ces conditions, je dois te charger d’une mission. Il n’y a pas d’autre issue. Ce que j’annonce dans ces pages est une abomination. Point ne dois la laisser survenir. L’ultime horreur t’attend à l’Endroit-qui-n’est-plus. Tu t’y rendras pour l’affronter, et si tout le reste échouait, tu n’aurais plus qu’à ôter la vie de ton fils unique comme tu m’auras ravi la mienne…
Garion lâcha le livre. Ses genoux se dérobèrent sous son poids et il se laissa tomber à terre, incapable de résister à la vague de désespoir qui le submergeait. En même temps, l’horrible révélation le soulageait d’un autre fardeau. Inutile désormais de poursuivre Geran dans sa grande course autour du monde. Il savait où tout cela finirait.

La Mallorée

La Sibylle de Kell

Le jour est proche où cessera la Division qui est au cœur de la Création. Bientôt les forces de la Lumière et des Ténèbres se livreront leur ultime combat à l’Endroit-qui-n’est-plus. D’ici quelques mois à peine, quelques semaines peut-être, la Sibylle procédera au Choix qui décidera du sort de tout ce qui est, de tout ce qui fut, de tout ce qui aura jamais été. Mais Garion et ses amis n’ont pas réussi à localiser ce lieu paradoxal. Et Zandramas s’efforce toujours de tuer l’un d’eux pour vaincre par défaut. Lequel mourra, comme l’a prédit la Sibylle ? Qui Garion désignera-t-il pour lui succéder, ainsi que le lui demande la Voix de la Prophétie ? Et ce Nouveau Dieu des Angaraks, dont la venue est annoncée dans le Livre des Cieux, sera-t-il un Dieu d’amour ou à l’instar de Torak, le Dieu-Dragon, un Dieu de haine ? Tant de dramatiques questions se posent encore…


Critique

Par Gillossen, le 08/01/2002

Eddings se dirige vers son aboutissement, une fin sublime qui clôt l’une des plus admirables décalogies de la Fantasy. Qui prétendrait que ces livres ne font pas partie d’une “grande littérature” ? Encore une fois, Eddings fait usage d’un humour de situation, plus qu’en rapport direct avec la Fantasy elle-même, comme le fait Pratchett. A dire vrai, on pourrait dire que peu importe l’histoire, on est déjà tellement attaché aux héros qu’on les suivrait n’importe où ! En même temps… On peut concevoir certaines réticences, du fait que les héros ne semblent parfois pas très pressés malgré leur mission. L’action est donc parfois un peu lente. Mais on sent combien Eddings aime ses personnages.

8.0/10


Discuter de La Mallorée sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :