Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >L' Arcane des épées

L' Arcane des épées

Titre VO: Memory, Sorrow, and Thorn (Ce Cycle est Terminé)

Auteur : Tad Williams

En novembre 2012, les éditions Pocket ont publié une intégrale du cycle de Tad Williams en trois volumes et au format semi-poche, agrémentée notamment de couvertures inédites, de même que d’une préface pour le tome 1.

L' Arcane des épées

Le Trône du Dragon

Simon, quatorze ans, n’a jamais quitté le château du Hayholt où il a grandi dans les jupes des chambrières. Il n’a jamais connu son père et sa mère. Un jour, il deviendra mage, pourvu que le destin lui soit favorable. Un mystère plane sur le grand château. Le roi Jean, tueur du dragon Shurakai et souverain de toutes les nations humaines, est à l’agonie. Bientôt son fils aîné, le prince Elias, ira siéger sur le Trône du Dragon. Et des complots se trament dans l’ombre. La mort du roi Jean est très attendue. Elle pourrait libérer un terrible maléfice… En fait, c’est la conquête du pays par les hommes, cinq siècles plus tôt, qui a créé la malaise. Les Sithis, anciens maîtres de la terre, ont brusquement disparu. Seraient-ils morts ? Peu plausible : ils sont immortels. Alors, il y a un problème, et Simon n’en sait rien. Seule une société plus ou moins secrète, la Ligue du Parchemin, voit venir le danger. De grands desseins sont en jeu. Pour que survive le monde, Simon devra résoudre un jour l’énigme légendaire des Épées du Pouvoir. Mais on ne l’a pas prévenu.

L' Arcane des épées

Le Roi de l'Orage

Simon, orphelin, quatorze ans, n’a jamais quitté le château du Hayholt, où il est remarqué par le docteur Morgénès. La chance de sa vie ? Mais le vieil excentrique, au lieu de lui enseigner la magie, ne lui apprend qu’à lire et à écrire. À la mort du roi Jean, son fils Elias s’est assis sur le trône du Dragon. La sécheresse, la peste et le banditisme frappent aussitôt le royaume. Même Miriamélé, la fille d’Elias, se défie du conseiller Pryrates. Simon voit le docteur confier des messages à de mystérieux oiseaux. Bientôt la garde vient l’arrêter ; le vieil homme tombe ; Simon s’enfuit dans les souterrains, creusés jadis par les Sithis. Puis les hommes ont pris le Hayholt et les Sithis ont disparu. Ces immortels seraient-ils morts ? Simon ressort loin du château, assiste clandestinement à une cérémonie étrange (où Elias reçoit une épée nommée Peine) et part demander l’aide du prince Josua, frère d’Elias. Parviendra-t-il à traverser l’épaisse forêt d’Aldhéorte ? En réponse au message du vieux docteur, un troll nommé Binabik vient lui porter secours. Mais leurs adversaires surnaturels se déchaînent.

L' Arcane des épées

La Maison de l'Ancêtre

On le sait, la magie du Roi de l’Orage ne pourra être mise en échec que par trois épées dont la fameuse ‘Epine’ qui appartient au plus grand chevalier du défunt roi Jean Presbytère. La résistance contre le Roi maléfique se poursuit au travers de cette quête des épées avec le prince rebelle Josua Mainmorte et son petit groupe de fidèles. Poursuivis par les Norns, ils traversent une forêt sous la conduite de Géloé la sorcière qui les mettra sur la voie de ‘La Pierre de l’Adieu’, lieu sacré des Sithis. Cet endroit nimbé de mystère et de magie est aussi le point de ralliement que cherchent à atteindre Simon et ses compagnons ; nous retrouvons le jeune apprenti, élève de Morgénès, ainsi que le troll Binabik et le sithi Jiriki. Simon en a eu la vision c’est à ‘La Pierre de l’Adieu’ qu’il lui faut se rendre, mais pour cela, il devra marcher et vaincre de nombreuses embûches.

L' Arcane des épées

La Pierre de l'Adieu

Sur le Trône du Dragon siège le Souverain des nations humaines ; le Roi de l’Orage évincé n’est plus qu’un mort vivant qui attend sa revanche. Quelques humains savent que celui qui réunira les Trois Épées régnera sur le monde ; ils forment la Ligue du Parchemin clandestine. Élias, le nouveau Souverain, est sous l’emprise de son conseiller Pryrates, qui lui fait remettre Peine, l’épée grise. Aussitôt, le royaume est frappé par la sécheresse et la peste. Josua, frère d’Élias, se réfugie sur ses terres ; chassé par la magie du Roi de l’Orage, il se replie dans la forêt où Géloé, la femme-sage, lui conseille d’aller à la Pierre de l’Adieu, lieu sacré des Sithis. La fille du souverain, Miriamélé, se rend à Nabban chercher de l’aide pour Josua ; elle y trouvera le Lecteur de la Sainte Église, attaquée par les fanatiques Danseurs de Feu, qui disent voir le Roi de l’Orage en rêve. Quant à Simon l’orphelin, il vient de prendre Épine, l’épée noire, au dragon qui la gardait. Ramenant l’épée vers la Pierre de l’Adieu, il s’aventure sur la Route des Rêves, puis se retrouve prisonnier de la jeune Skodi, qui tente d’invoquer le Roi de l’Orage pour lui annoncer qu’elle détient Épine.

L' Arcane des épées

Le Livre du Nécromant

Tandis que l’ombre d’Ineluki, le Roi de l’Orage, s’étend peu à peu sur Osten Ard, et que le Roi souverain Elias et son âme damnée, Pryrates le prête rouge, assurent leur domination sur le royaume, les chances de ceux qui veulent encore s’opposer à eux s’amenuisent. Simon, Binabik et Sludig ont trouvé Epine, l’une des trois épées qui, réunies, pourront défaire Ineluki, mais les voici maintenant confrontés à la sorcière Skodi. Quant à leurs alliés, leur situation n’est guère plus réjouissante. Il leur reste néanmoins un espoir rejoindre la Pierre de l’Adieu, d’où ils pourront organiser la résistance. Mais il leur faudra pour ce faire traverser bien des épreuves, et peut-être trouver de nouveaux alliés certaines des forces en présence n’ont pas encore choisis leur camp.

L' Arcane des épées

Le Cri de Camaris

Les maigres forces du roi déchu Josua Mainmorte semblent devoir céder sous les assauts d’Ineluki le Roi de l’Orage et de ses séides maléfiques. Au coeur du pouvoir, dans le secret du château du Hayholt, c’est maintenant l’odieux Pryrates le Prêtre Rouge qui tire les ficelles du royaume et prépare l’écrasement final des opposants au règne de terreur absolue d’Ineluki. Une seule solution semble se dessiner pour Simon Mèche-blanche et les derniers partisans de la Ligue du Parchemin aller défier les maîtres du mal dans leur place forte. Mais n’est-ce pas la une tâche impossible pour une armée si frêle ? Tandis que les événements se précipitent et que le siège du Hayholt, forteresse réputée imprenable, s’annonce, Simon sait qu’il lui faudra percer le secret des épées magiques, ou que mourra avec lui tout espoir de sauver la Terre d’Osten Ard.

L' Arcane des épées

L' Ombre de la Roue

Le camp de l’armée du prince Josua Mainmorte, dernier espoir des forces du Bien, subit un assaut brutal des Norns, séides du Roi de l’Orage. L’incendie y fait des ravages. La cible de cette attaque était-elle le chevalier Camaris, ou bien seulement l’épée magique Épine ? Les survivants de la Ligue du Parchemin devinent que leur victoire dépend des trois épées, É,pine, Clou-Radieux et Peine. Comment découvrir le secret de ces épées ? Comment celles-ci ont-elles été créées ? Leur pouvoir vient-il du métal avec lequel on les a forgées ? Autant d’énigmes qu’il faut percer pour espérer sauver la terre d’Osten Ard du chaos. A la lisière des Marches Gelées, le conseil des Sithis se réunit. La haine ancestrale qui oppose les Norns et les Sithis se rallume, tandis que le conte Éolair tente de rallier ces derniers à la cause des alliés de Josua. Mais y parviendra-t-il ?

L' Arcane des épées

La Tour de l'Ange Vert

Simon Mèche-blanche et ses compagnons progressent tant bien que mal sous les fondations du Hayholt, la forteresse à toute épreuve convertie en sanctuaire des forces du mal. Ils s’apprêtent à y livrer le combat décisif, celui qui percera au grand jour les secrets des trois épées magiques Épine, Peine et Clou-Radieux. C’est là aussi qu’aura lieu le dénouement du conflit qui oppose le prince Josua Mainmorte à son frère Élias l’usurpateur.


Critique

Par Belgarion, le 22/12/2012

La fantasy épique dispose de ses propres caractéristiques pour se démarquer des autres sous-genres de la littérature de l’imaginaire.
Ainsi, ce type de récit donne notamment la part belle aux conflits géopolitiques à grande échelle, aux écheveaux d’intrigues alimentées par les points de vue croisés des différents protagonistes tout en mettant souvent en avant des quêtes diverses et variées.
De nombreux auteurs se sont essayés à la fantasy épique, mais rares sont ceux qui sont parvenus à trouver l’équilibre délicat entre la reprise des ingrédients classiques inhérents au genre tout en conservant une part importante d’originalité.
C’est toutefois le cas de Tad Williams avec L’Arcane des Épées, qui a utilisé des éléments classiques tels qu’une sombre magie qui se répand dans un royaume médiéval fantastique en péril, des épées ou bien encore un dragon, tout en se démarquant de ses prédécesseurs en adoptant son style propre doté d’un réel parti pris, d’une véritable voix.

La principale force de l’auteur est sans conteste son style alerte et précis, aussi facile que plaisant à lire. Ses descriptions imagées et sa bonne connaissance de la psychologie des personnages renforcent la crédibilité du récit et évitent au lecteur de décrocher au cours de cette aventure riche en péripéties.

Mais la qualité de la trilogie tient aussi à l’univers dans lequel elle prend place, que l’auteur a su rendre aussi vivant que vaste par ses descriptions, bien que la carte soit limitée et par endroits peu remplie. De nombreux lieux merveilleux ou inquiétants parsèment ainsi le chemin des différents protagonistes pour le plus grand plaisir du lecteur.

Ce dernier ne peut s’empêcher de ressentir la morsure du froid avec Simon, le jeune héros, au cours de ses pérégrinations dans les montagnes du nord. Ce froid vorace est aussi omniprésent que la sombre malédiction des Sithis qui plane sur le royaume d’Osten Ard, et il constitue un élément fondamental du récit, à l’instar du cycle de L’épée des ombres de J V Jones qui se déroule lui aussi dans le Grand Nord. Le château du Hayholt, point central de l’histoire, constitue un monde à lui seul avec ses labyrinthes souterrains angoissants, ses couloirs tentaculaires et ses tours menaçantes que la princesse Miriamélé apprendra petit à petit à redouter. Il serait dommage de ne pas citer la cité cachée des sithis qui ne peut manquer de dérouter tout en nous faisant rêver par son côté féerique.

Cette richesse du monde de L’Arcane des Épées se retrouve renforcée par une intrigue réaliste, sombre et très prenante qui garde son lot de surprises et de rebondissements jusqu’à un final apocalyptique. Les apparences sont souvent trompeuses, comme Simon s’en apercevra rapidement.

Par ailleurs, cette trilogie se démarque également de bien d’autres représentants du genre par la profondeur de ses personnages. Loin du caractère monolithique d’un Richard Rahl dans L’épée de vérité de Terry Goodkind, la galerie des protagonistes que l’on découvre au fil des pages nous propose des personnalités contrastées et attachantes qui sont toutes passées par le feu et la douleur avant de véritablement se développer. Ainsi, le jeune Simon subit au début du récit les aléas de l’infortune et évolue difficilement avant de prendre petit à petit son destin en main. La princesse Miriamélé, quant à elle est dotée d’un caractère bien trempé, mais devra elle aussi subir les conséquences de sa témérité. De nombreux autres personnages mériteraient aussi une mention ici, à l’instar du troll Binabik qui apporte une touche d’optimisme et de bonté dans un monde qui en est de plus en plus dépourvu, ou encore le prince Josua Mainmorte, écartelé entre sa famille et son devoir. Le seul bémol dans le traitement des personnages concernerait le sorcier Pyrates qui ne dispose pas d’une motivation suffisamment complexe et crédible et ne parvient pas à s’extraire de son rôle de méchant.
Cette critique enthousiaste tendant vers le panégyrique ne fait cependant pas abstraction de certaines longueurs dans le récit comme c’est le cas de la fuite de Simon dans les souterrains du château. De même, certaines rencontres et quelques coïncidences opportunes font avancer l’intrigue de manière un peu trop visible. Néanmoins, à l’échelle de l’ensemble, ces rares défauts restent anecdotiques.

Tad Williams a souvent connu le succès, avec notamment le très original roman de La Guerre des Fleurs, mêlant conte de fées et urban fantasy, ainsi qu’avec le cycle de science-fiction Autremonde. Avec L’Arcane des Épées, l’auteur nous offrait un cycle équilibré et de grande qualité qui n’a pas pris une ride plus de vingt ans après sa publication originelle.
Cette constance lui permet de se placer aujourd’hui encore parmi les meilleures œuvres de fantasy épique que l’on puisse découvrir.

8.5/10


Discuter de L' Arcane des épées sur le forum.