Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >L' Appel de Mordant

L' Appel de Mordant

Titre VO: Mordaunt's Need (Ce Cycle est Terminé)

Auteur : Stephen R. Donaldson
L' Appel de Mordant

Le Miroir de ses rêves

Térisa Morgan existe-t-elle vraiment ? Elle n’a personne, ni ami ni famille pour le lui confirmer, seulement un indicible sentiment de futilité et de transparence. Le soir venu, elle erre seule dans son grand appartement new-yorkais dont elle a tapissé les murs de miroirs, vaines preuves de sa présence. Aussi, quand Géraden fait irruption par enchantement au beau milieu de son salon et l’implore de le suivre pour sauver son monde, Mordant, Térisa obtempère : jamais personne ne lui avait témoigné tant d’intérêt. Plongée dans un univers qui dépasse l’entendement - un monde où des magiciens peuvent invoquer des dragons à travers les miroirs, où des princesses aspirent à prendre le pouvoir, où des royaumes se font la guerre - Térisa, promise à un destin hors du commun qui l’amènera dans les plus hautes sphères du pouvoir et de la magie, va peu à peu découvrir qui elle est vraiment et ce dont elle est capable.

L' Appel de Mordant

Un Cavalier passe

L’invocation du Champion a échoué, et le royaume se prépare à la guerre. L’un après l’autre, les derniers alliés du roi Joyce se détachent de lui, jusqu’à ses propres filles. Orison sera bientôt assiégé. Et Maître Eremis semble de plus en plus à même de prendre le contrôle du Congrégat des Imageurs.
Pendant ce temps, Teresa et Geraden enquêtent en vain pour découvrir pourquoi ils sont la cible de tentatives d’assassinat. Derniers fidèles du souverain de Mordant, ils cherchent à percer les mystères de l’Imagerie, et de leurs dons particuliers. Mais cela ne semblent pas suffisant pour venir à bout de la duplicité et de la puissance de leurs ennemis…

L' Appel de Mordant

Le Feu de ses passions

La guerre est déclarée entre Mordant et ses voisins. Les adversaires du roi Joyce se dévoilent enfin. Celui-ci a mis fin à son inaction et révélé ses plans, mais ils semblent sur le point d’échouer. Teresa et Geraden ont enfin découvert la véritable nature de leur pouvoir et leur statut d’ArchI-mage. Mais cela suffira-t-il à empêcher le chaos de l’Imagerie de se répandre sur Mordant et sur les royaumes alentour ?


Critique

Par Cyrion, le 20/01/2005

L’appel de Mordant est un texte fascinant.
Tout d’abord par l’idée particulièrement originale de magie qu’il introduit. Les miroirs font des Imageurs des êtres tout-puissants, capables de tout invoquer, depuis des créatures démoniaques jusqu’à des catastrophes naturelles, telles qu’avalanches, lave, raz-de-marée. Mais l’Imagerie est un art beaucoup plus subtil, que découvre le lecteur au fil du récit, tandis que Teresa et Geraden prennent peu à peu conscience de leurs pouvoirs.
Ces deux personnages sont d’ailleurs très intéressants. Teresa est tellement insignifiante au début du roman qu’elle peut rapidement énerver le lecteur par sa passivité. Mais la manière dont sa personnalité évolue, alors qu’elle rejette peu à peu toutes les inhibitions provoquées par son enfance est d’une rare cohérence. Il en est de même de son attirance pour ces deux personnages si dissemblables, Geraden, l’Aspirant le plus maladroit qui ait jamais existé, honnête, droit, touchant, et Eremis, Maître en Imagerie et en manipulation, dont la sensualité ne cesse de troubler Teresa et de l’attirer dans ses rets. On ne cesse (surtout dans le premier tome) de se lamenter sur les erreurs ou les défaillances de l’héroïne, mais on ne peut s’empêcher d’admirer la maîtrise de l’auteur dans la description de ses errements.
De même, le personnage de Joyce, roi déchu en qui tout amateur du Seigneur des Anneaux ne peut manquer de reconnaître un avatar de Théoden au premier abord, et dont la personnalité et l’abnégation ne cessent ensuite d’émouvoir le lecteur. Lebbick, le Gouverneur tiraillé entre son amour pour le roi et la folie qui le guette après la mort de sa femme, Nyln, frère de Geraden aux allégeances douteuses, et tant d’autres constituent une galerie de personnages réalistes et souvent touchants.
L’histoire elle-même est très bien menée. Echecs et réussites des personnages principaux sont si souvent entremêlés qu’on ne peut s’empêcher de craindre le pire pour eux à chaque instant. De même, les allégeances de nombreux personnages sont suffisamment flous, et leurs projets suffisamment subtils pour captiver le lecteur. Si le premier tome et le début du second sont majoritairement dominés par les intrigues de la cour d’Orison, la suite tient par contre de la fresque épique, alors que les plans de chacun se dévoilent et que Teresa et Geraden découvrent l’étendue de leurs pouvoirs.

8.5/10


Discuter de L' Appel de Mordant sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :