Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Jessie Shimmer

Jessie Shimmer

Titre VO: Jessie Shimmer (Ce Cycle est En Cours)

Auteur/Autrice : Lucy Snyder (Proposer une Biographie)
Jessie Shimmer

Liens infernaux

En plein cœur de l’Ohio, Jessie Shimmer vit une histoire d’amour où la magie et la passion s’entremêlent car Cooper Marron, son amant aux airs de mauvais garçon, lui enseigne l’art de se servir de ses pouvoirs surnaturels. Mais alors qu’ils tentent de mettre fin à une sécheresse en invoquant la pluie, un portail démoniaque s’ouvre et Cooper est aspiré hors de notre monde, laissant Jessie affronter seule un démon féroce soudain lâché dans la nature.
À la suite de ces événements, Jessie, qui ignore encore presque tout de son identité véritable, est déclarée hors-la-loi. Pour survivre, elle ne peut compter que sur son sens de la débrouillardise, ainsi que sur l’aide de son familier, un furet du nom de Palimpseste.
Poursuivie par une cohorte d’ennemis mal intentionnés, Jessie est bien décidée à découvrir ce qui est arrivé à Cooper. Mais en remuant ciel et terre pour retrouver son homme, elle va être abasourdie par ce qu’elle va mettre au jour, et ce qu’elle va devoir finalement faire pour sauver le monde.

Jessie Shimmer

Le Baiser de la sorcière

Attention, ce résumé révèle des moments clés de l’intrigue ! Tout a changé dans la vie de Jessie Shimmer depuis son aller-retour en enfer pour sauver son amant, Cooper. Après avoir affronté des forces surnaturelles et occis un esprit majeur réputé indestructible, Jessie hérite de pouvoirs obscurs fabuleux… à moins qu’il ne s’agisse d’une malédiction : lorsqu’elle fait l’amour avec Cooper, ses orgasmes mettent le feu à la maison tout entière… la maîtrise de ses nouveaux dons devient de plus en plus pressante !
Traversant des portails dimensionnels camouflés dans le ciel, croisant des moissonneuses d’âmes diaboliquement sexy, Jessie fonce tête la première à la rencontre d’ennemis, d’horreurs, de merveilles et d’amants pour se découvrir enfin elle-même… ou se détruire.

Jessie Shimmer

La Lame de la sorcière

A peine Jessie a-t-elle le temps de savourer sa victoire contre Miko, une déesse de la mort aussi sexy que cruelle, qu’elle doit repartir sauver les âmes de ses victimes et se débarrasser de la divinité une bonne fois pour toutes. En effet, la sadique demi-déesse a pris le contrôle d’un enfer privé peuplé d’une foule d’innocents tourmentés que Jessie se doit de délivrer. Son amant Cooper devant s’occuper de catastrophes magiques provoquées par ses frères, la jeune magicienne et son familier, pal, sont une fois de plus seuls pour mener à bien ce dangereux périple. Leur quête poussera Jessie à explorer ses nouvelles capacités, à vivre des expériences torrides, ce qui mettra son idylle avec Cooper sur le gril… Voire pire. L’amour de Cooper et Jessie sera-t-il plus fort que le chaos et la mort qu’ils combattent ?


Critique

Par Gillossen, le 05/10/2011

Il était un peu plus de 23h en ce jour d’avril.
Vous venez d’enchaîner la lecture de près d’une dizaine de romans en quelques jours et le sommeil commence à vous manquer. Vous avez l’impression de toujours vouloir aller plus vite que la musique. Dans la pièce d’à côté, la lumière va rester allumée encore de longues heures (c’est comme ça, quand on a un rapport de thèse à rendre pour la fin du mois).
Et là, sans savoir pourquoi - bon, la couverture, sans doute… -, votre main se pose sur Liens infernaux. Autant le dire tout de suite, il y a parfois des rencontres hautement improbables. C’est le cas ici. Un coup d’oeil à la quatrième de couverture et c’est une faute de frappe de repérée. Sans parler d’un nom de personnage qui vous paraît aussitôt ridicule en diable - Cooper Marron.
On s’arrête parfois sur des détails, mais ce sont souvent ces mêmes détails qui comptent. Voilà qui présage en tout cas du lourd. De la Bit-Lit de compétition, dans ce que ce sous-genre peut offrir de pire, que l’on s’apprête à suivre d’un œil avant de la broyer au fil de la présente chronique.
Et pourtant… Si les premières pages n’ont rien de rassurant et si au final l’histoire principale du roman tient sur un ticket de caisse de supermarché (et pas après avoir fait ses courses pour le mois…), on ressort de cette lecture avec un petit sourire aux lèvres. L’auteur ne ménage pas ses personnages (et son héroïne en particulier), bâtit mine de rien un certain univers sous l’apparente décontraction du tout et l’on se surprend même petit à petit à rentrer dans son jeu, notamment par le biais de dialogues piquants. L’accent est mis sur l’action et certains concepts sont tout simplement… déroutants.
Un autre jour, une autre fois… Ce roman aurait peut-être pu se retrouver gratifié d’un 3 ou d’un 4. Voire ne pas être chroniqué du tout, comme nous le faisons de temps à autre. Après tout, il y a tant de bons bouquins à lire.
Votre serviteur aurait également pu pester contre la surenchère permanente, le manque de naturel de certaines réactions de Jessie, le traitement ridicule d’un personnage aussi inutile que son petit ami justement… N’en jetez plus ! Nous sommes loin d’être devant un chef-d’œuvre, ne serait-ce que du (sous-)genre. Certes. Mais l’on y trouve de quoi se distraire un petit moment, ce qui n’est déjà pas si mal finalement, quand le temps et le ton s’y prêtent. Que voulez-vous, il était 2h du matin, et cette couverture…
Rebelote avec ce deuxième tome, paru fin septembre ? L’auteur semble vouloir en tout cas capitaliser sur les bizarreries de son univers (qui n’a pas à la maison une petite statuette de phallus pour savoir s’il souffre ou pas d’IST ?), tout en accordant une part encore plus grande à l’érotisme qui baigne (ou enflamme ?) cette histoire, essentiellement à travers son héroïne coincée dans un “bled maudit”, évidemment (y compris via des analepses). Il n’est donc pas question d’avoir froid aux yeux cette fois encore !
Toutefois, mieux vaut ne pas nourrir de trop grandes espérances à l’égard de cette suite, si tant est que l’idée puisse vous avoir traversé l’esprit. L’intrigue proprement dite est toujours aussi effilochée malgré quelques idées nous changeant du premier démon venu, Cooper Marron désespérément falot, et l’équilibre grossièrement atteint dans le premier tome bascule clairement dans le camp des hormones, fauteuil de bondage inclus.
Cela dit, on évite au moins les horribles couvertures à base de photographies qui ornent tant de romans du genre… Et remercions donc au passage une fois de plus Daniel Dos Santos.
Artiste que l’on peut également féliciter pour sa couverture du tome 3. Mais pas de quoi masquer le virage grotesque au sens premier du terme des aventures de notre héroïne, dont le destin l’entraîne toujours plus loin face à Miko la déesse perverse. Un aspect What the Fuck!? - pour coller au ton des romans de Lucy A. Snyder - prononcé, qui alterne le chaud et le froid. On se sent presque admiratif devant certaines idées poussées à l’extrême mais tout aussi dubitatif quelques pages plus loin.
Joyeux foutoir, la “trilogie” Jessie Shimmer se lit avec le genre de gourmandise où l’on se demande bien pour quelle raison on trouve ça bon.

5.5/10


Discuter de Jessie Shimmer sur le forum.


Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :