Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Chevauche-Brumes


Chevauche-Brumes

ISBN : 978-235408709-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Latil-Nicolas, Thibaud

Au nord du Bleu–Royaume, la frontière est marquée par une brume noire et impénétrable, haute comme une montagne. De mémoire d’homme, il en a toujours été ainsi. Mais depuis quelques lunes, le brouillard semble se déchirer. Tandis que ce voile enfle et reflue tel un ressac malsain, de violents éclairs strient ses flancs dans de gigantesques spasmes. La nuée enfante alors des créatures immondes qui ravagent les campagnes et menacent d’engloutir le royaume tout entier. 

Critique

Par Aerendhyl, le 06/03/2019

Depuis maintenant deux ans, le début d’année est l’occasion pour les Indés de l’imaginaire de nous présenter leurs « pépites ». Une appellation risquée par la mise en avant d’un jeune auteur qui peut se retrouver à supporter le poids de ce terme…
Pour cette édition 2019, Mnémos nous présente donc « Chevauche-Brumes », un roman prenant place dans un cadre nous rappelant bien plus la Renaissance que l’habituelle période médiévale. Une époque parfaitement mise en scène par un cadre chatoyant qu’est celui de Bleu-Royaume et agrémenté d’un cheptel d’armes à poudre qui ravira les amateurs. Cette association permet une mise en abyme dans l’ambiance du roman très réussite. 
Est-ce pour autant une pépite ? Il faut le dire, c’est un coup d’essai réussi pour l’auteur en signant ce premier roman. Outre le cadre, le côté horrifique que la quatrième de couverture nous promet est bien là. Tel un membre de la Neuvième, nous y reviendrons, l’angoisse de cette brume nous prend et ne nous lâche pas tout le long de la lecture. La découverte de son origine, le face-à-face avec la Compagnie, les affrontements décrits de façon à nous y immerger. Tout est fait (et bien fait !) pour nous faire ressentir l’horreur de la situation. 
Le récit ne s’égare absolument pas dans son développement. On pourrait le regretter tant la politique, la religion, la magie ont de quoi fournir des pages et des pages en plus sans nous perdre. Thibaut Latil-Nicolas distille l’imaginaire de son Bleu-Royaume au fil des péripéties, entre deux voyages, lors d’une conversation anodine. Et d’un Royaume qui nous semble, de prime abord, quelconque, on en ressort avec une complexité et l’envie d’en savoir plus bien ancrée dans notre esprit. 
Il faut dire que tout va vite. Très vite. Malgré cette rapidité et ces enchaînements, le récit est maîtrisé, ne s’égare pas. Il vous suffira d’une dizaine de pages pour être immédiatement plongé dans l’intrigue. Et cela ne s’arrêtera qu’à la toute dernière page en nous laissant le sentiment d’avoir lu un excellent roman. Point à ne pas omettre, la fin ouverte, concept qui laisse souvent pantois, nous promet une suite que l’on espère mémorable et à même de lever le voile sur la complexité de ce royaume. 
Finalement, bien que l’action s’enchaîne sur une large partie de ce Bleu-Royaume, l’auteur nous fait un peu vivre un huis-clos. La Neuvième nous accompagne tout au long de la lecture. On se prend à aimer les personnages, sans exception. L’auteur réussit à nous retranscrire l’esprit de camaraderie qui se dégage d’une telle compagnie. On se prend à faire partie intégrante de celle-ci, à se morfondre de ce qui lui arrive, à les haranguer lors des batailles… En somme, ce parti-pris de centrer le roman sur cette compagnie et presque exclusivement sur elle est une véritable réussite pour le plaisir du lecteur. 
Le roman aurait mérité d’être plus long, de s’intéresser un peu plus à la construction du Royaume et de ses systèmes. La magie, bien présente, mériterait également qu’on s’y attarde d’autant plus le rôle qu’elle joue dans le récit. C’est court, trop court. Mais on ne boude pas notre plaisir à la lecture. Thibaut Latil-Nicolas réussit son entrée dans la littérature de l’imaginaire et ce Chevauche-Brumes mérite bien son appellation.

 

 

8.0/10

Discuter de Chevauche-Brumes sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :