Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Dieu de la guerre > Cavaliers du vent - 1


Cavaliers du vent - 1

Titre VO: Wind Rider's Oath

Tome 3 du cycle : Le Dieu de la guerre
Partie 1 de "Wind Rider's Oath"
ISBN : 978-284172608-0
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : David Weber (Proposer une Biographie)

Un hradani champion de Tomanãk, le dieu de la Guerre ? Comment l’admettre quand on est un Sothõï, un ennemi héréditaire de cette race maudite ? Une menace pèse pourtant sur le royaume sothõï et ses fabuleux coursiers qui, s’ils s’unissent à un homme, en font un formidable cavalier du vent. Une menace qui exigera l’intervention conjuguée de pas moins de deux champions, Bahzell Bahnakson et Kae-ritha Seldandottir. De plus puissants dieux des Ténèbres sont à l’œuvre dans l’obscurité et leurs plans sont diaboliques.

Critique

Par Gillossen, le 12/11/2012

Si les illustrations de couverture de ce cycle de fantasy signé David Weber s’améliorent de volume en volume, il n’en va pas forcément de même des romans, ce troisième tome se retrouvant une fois encore coupé en deux au passage.
En même temps, la formule Weber n’a jamais vraiment changé au fil des ans. Dès lors, pourquoi en aurait-il été question ici ? Mais même sans songer à un complet retournement de situation, on pouvait toujours espérer mieux. Eh oui, notre éternel optimisme nous perdra…
Bref, Bahzell continue son petit bonhomme de chemin, un chemin entrecoupé de révélations qui n’en sont pas, d’apparitions et de disparitions de personnages dont le lecteur n’a que faire et de rebondissements aussi inconsistants que le nombre de coups d’épée et autres distribués au fil des pages… L’ennui s’abat bien vite sur le lecteur en question. Vos paupières sont lourdes, écoutez mes redondances, vos paupières sont lourdes…
Sans aucun véritable attachement pour les protagonistes de cette histoire, comment éprouver un réel intérêt pour leurs combats ? S’il s’agit généralement de l’une des forces de l’auteur, les scènes d’action ne suffisent pas ici à nous sortir de notre torpeur, d’autant que les dialogues déroulés au kilomètre ont la part belle.
En abordant le premier tome, désolé, les deux premiers volumes, nous avions mis en avant l’impression persistante que l’auteur se voulait presque parodique. On peut à nouveau se poser la question, en songeant par exemple à la conclusion de ce Cavaliers du vent. Certaines scènes concernant un certain temple sont à tout le moins… surprenantes.
Au final, Le dieu de la guerre reste avant tout réservé aux amateurs ardents de David Weber. On ne voit pas qui pourrait être véritablement intéressé autrement par de tels romans, plats.

5.0/10

Discuter de Cavaliers du vent - 1 sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :