Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Caliban


Caliban

Titre VO: Caliban's Hour

ISBN : 978-284362362-2
Catégorie : Aucune
Auteur : Tad Williams

Minuit. L’heure à laquelle les secrets se révèlent. Dans la cité endormie, la belle Miranda doit faire face à son destin.
Mû par les fantômes jumeaux de la vengeance et de l’amour, le monstrueux Caliban a fini par retrouver la fille de Prospéro, qui vingt ans plus tôt a trahi sa confiance. Son courroux réclame une victime, mais avant l’issue fatale de leur rencontre, il forcera la femme qu’il a jadis adorée à écouter la vérité longtemps cachée sur leur passé commun ; à comprendre comment son île bien-aimée est devenue une infernale prison…

Critique

Par Gillossen, le 20/01/2008

Enfin !
13 ans après sa parution outre-Atlantique, cet ouvrage manquant de la bibliographie de Tad Williams dispose maintenant d’une édition française ! Comme souvent avec Terre de Brume, on peut souligner l’opiniâtreté de l’éditeur, ainsi qu’une édition particulièrement soignée, sans parler d’une très bonne idée : la présence de la pièce de théâtre originelle de William Shakespeare en “apéritif”, si l’on peut dire.
Car le récit de Tad Williams est court. Ce qui ne signifie pas qu’il ne soit pas dense, ou bien aride. Il s’agit là tout de même d’une entreprise osée : donner une “suite”, en prose, à l’une des pièces de Shakespeare parmi les plus marquantes, et alors que la figure du “monstrueux” Caliban a déjà été reprise bien souvent, y compris par notre Aimé Césaire national.
L’auteur s’en sort toutefois avec une maîtrise certaine, et surtout une fascination très bien retranscrite pour le personnage de Caliban, et son triste destin, seul et abandonné de tous durant vingt ans. Le récit de son enfance puis de son existence, ses interrogations, son amour désavoué pour la belle Miranda, tout cela se révèle tour à tour dramatique et poignant, entre magie, mystère et trahisons. On sent alors Williams particulièrement inspiré par cet autre point de vue narré par Caliban en personne, le temps d’une nuit, d’une simple nuit si importante pour lui, quelques heures qui vont voir trois destins basculer.
Tout s’accélère sur la fin, quand Caliban parvient au bout de son récit, au bout de sa douleur, exprimée par le final de la pièce et la propre conclusion de Tad Williams, qui, pour le coup, emploie un véritable coup de théâtre. L’auteur démontre qu’il s’agit pour lui de quelque chose de plus profond qu’un simple exercice de style, et la brièveté de cette histoire n’en prend que plus de force.
Il ne manquait plus que les illustrations de la main de Tad Williams que l’on peut trouver dans l’une des éditions américaines de l’ouvrage pour assister à un sans faute ! En tous les cas, une très bonne initiative, portée par une passion sincère, dont on ne peut que se réjouir de voir qu’elle a finalement pu se concrétiser.

8.0/10

Discuter de Caliban sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :