Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Bertram le Baladin


Bertram le Baladin

ISBN : 978-237579029-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Leboulanger, Camille

Il y avait un temps où l’on savait écrire, et surtout où l’on savait créer le plus miraculeux des matériaux : le papier.
Cependant, le secret de sa fabrication s’est depuis longtemps perdu. Désormais, des centaines de Musiciens parcourent les Terres Hautes, indifférents aux limites des domaines et des fiefs, pour récolter des histoires. Bertram le Baladin, célèbre Musicien de la Guilde, a perdu son luth – ou plutôt, on le lui a dérobé. Bien décidé à le retrouver, il est contraint de s’associer avec une femme, Sans-Nom, témoin du larcin.
C’est ainsi que l’étrange duo part en quête du luth, dans un monde où la magie réside dans toutes les histoires : ragots, chansons ou légendes.

Critique

Par Saffron, le 27/10/2017

Cette rentrée 2017 est décidément riche en sorties fantasy pour les éditions Critic (la période de « rentrée » prenant fin aux alentours de la Toussaint, nous sommes encore dans les temps) : après Satinka et son Grand Ouest américain en septembre, Bertram le Baladin nous emmène tout début novembre sur les traces d’un musicien itinérant.
Le résumé du roman est d’une simplicité déconcertante : Bertram, baladin de son état, s’est fait voler son luth. Et comme un musicien sans instrument n’est plus que l’ombre de lui-même, il va tout mettre en œuvre pour le récupérer. Et… c’est à peu près tout. Si le scénario ne manque pas de péripéties diverses et d’astucieux retournements de situation, il n’est pas question ici de trônes que l’on se dispute, de batailles épiques ou d’affrontements magiques ébouriffants. Camille Leboulanger se contente de nous raconter l’histoire d’un type et nous offre dans le même temps une fantasy à échelle humaine incroyablement rafraîchissante.
Qui dit échelle réduite dit également galerie de personnages restreinte. Ce dramatis personae resserré permet même aux plus secondaires d’entre eux de bénéficier d’un « temps de parole » conséquent et aux plus méchants de se rendre attachants… à leur façon. Le cadre médiéval classique et confortable, exempt de (presque) toute trace de fantastique ou de magie, est lui aussi limité, découpant de fait le roman en trois parties distinctes. Ce que l’on découvre du monde de Bertram se limite à une auberge, à la ville de Strid et à la Citadelle de la Guilde, mais ces trois lieux n’en ressortent finalement que plus riches et vivants.
Après vérification, il s’avère que Camille Leboulanger publie là son deuxième roman – ce que l’on aurait bien du mal à deviner en se basant sur son style. L’écriture ciselée, subtil mélange de simplicité et de finesse, appartient davantage à un romancier vétéran qu’à un quasi-novice. La musique est un art difficile à faire vivre au travers des mots, mais l’auteur s’en sort ici haut la main, en s’appuyant principalement sur les sensibilités variées de ses personnages, mélomanes et musiciens à des degrés très divers.
Dans le fond comme sur la forme, tout est réuni dans ce roman autonome pour faire passer un excellent moment de lecture. Espérons que la renommée de son auteur saura atteindre les sommets de celle de son personnage !

7.5/10

Discuter de Bertram le Baladin sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :