Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Abarat > Abarat


Abarat

Tome 1 du cycle : Abarat
ISBN : 978-222612974-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Clive Barker

Candy Quackenbush, 16 ans, habite une petite ville de l’Amérique profonde et semble destinée à une vie banale. Mais, traversant un champ, elle pénètre dans un univers parallèle, le royaume d’Abarat, composé d’îles représentant chacune une heure de la journée ou de la nuit, et complétées par la très mystérieuse île de la vingt-cinquième heure.
C’est un monde étrange, à mi-chemin entre le Moyen-Age et le cyber, peuplé d’êtres baroques aux allures de mutant. Plusieurs personnages s’en disputent le contrôle : le Prince de minuit, sorte de Dark Vador entouré de sinistres sbires, et un capitaliste assoiffé de pouvoir, inondant l’archipel d’affiches publicitaires…
Candy, héroïne candide et courageuse, qui n’est pas sans rappeler la Dorothy du Magicien d’Oz, va apprendre à survivre dans Abarat. Elle découvre petit à petit qu’elle n’est pas arrivée par hasard dans ce monde fantastique qui lui semble étrangement familier…

Critique

Par Gillossen, le 22/01/2009

Publié en 2002 pour la première fois, Abarat marque la grande entrée du très réputé Clive Barker dans la catégorie des publications “Jeunesse”. Un deuxième tome (Jours de lumière, nuits de guerre), sur cinq prévus au total, est paru en 2004, mais depuis, les fans attendent toujours de voir le troisième pointer le bout de son nez. Il est actuellement annoncé pour la fin de cette année, en version originale, si tout va bien.
En attendant, le premier tome vient de finalement paraître au Livre de Poche, et en voici la critique. Et votre serviteur d’admettre tout d’abord bien mal connaître l’œuvre de l’auteur anglais. Ce qui ne l’a pas empêché de se retrouver instantanément emporté dans cette plongée dans un univers particulièrement décalé, où chaque touche de couleurs souvent vives ne cache pas moins de noirceur, au détour du regard. Bien sûr, on pense rapidement au Magicien d’Oz et au parcours de Dorothy. Bien sûr, certains schémas, tels que ceux de l’héroïne perdue dans un autre monde au final pas si étranger que cela pour elle, et du grand “méchant” ambitieux sont bel et bien présents au cœur de l’intrigue, mais traités avec une subtilité de bon aloi et souvent mordante.
Car voilà un roman intelligent, et pas seulement malin. Barker a su créer de toutes pièces des visions saisissantes (ah, l’apparition de la mer !), un monde cohérent et magique, mais aussi redoutable et terrifiant, peuplé de créatures aussi étonnantes que cruelles, stupides, attachantes.
Et n’oublions pas non plus Candy : on le sait d’expérience, lorsqu’un récit nous entraîne dans les pas d’un héros découvrant une autre réalité, il faut pouvoir compter sur un personnage aussi attrayant que charismatique. Avec cette jeune fille, c’est une nouvelle réussite pour l’auteur ! Il faut dire qu’on l’apprécie dès les premières pages, voire les premières lignes. Et si elle n’a pas sa langue dans sa poche, elle ne manque pour autant de failles, à commencer par la famille qu’elle laisse derrière elle, avec cette vie morne dans une Amérique très loin de faire rêver quiconque…
Comment ne pas non plus mentionner les illustrations couleurs signées de la main de l’auteur, et reproduites également dans cette version poche ? A l’image du roman, elles se révèlent des plus adaptées à cette ambiance toute particulière et renforcent encore notre immersion, et ce, dès la couverture.
Aussi fascinant que dérangeant, Abarat prouve que Clive Barker est capable d’ouvrir son imaginaire déviant vers des contrées plus abordables et plus grand public, mais sans renier pour autant ses caractéristiques premières.
A ne pas réserver aux enfants !

8.5/10

Discuter de Abarat sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :