Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Manga Fantasy >Dusk Maiden of Amnesia

Dusk Maiden of Amnesia

Titre VO: Tasogare Otome × Amunejia (Ce Cycle est Terminé)

Auteur : Maybe
Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 1

Teiichi Niiya est un étudiant sans histoires en 1re année au Collège Seikyô. Il est loin de se douter qu’il va rencontrer une fille bien étrange,Yûko Kanoe, en arpentant les couloirs du bâtiment désaffecté de son collège. Étrange c’est le moins que l’on puisse dire puisque très vite, Teiichi va se rendre compte qu’il s’agit… d’un fantôme ! 
Ne se rappelant plus de son passé, Yûko va tenter -avec l’aide de Teiichi- de résoudre les phénomènes étranges qui frappent leur école en espérant que ces mystères leurs permettent d’en apprendre plus sur le sombre passé de Yûko.

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 2

Elle est morte et hante le collège. Il est le seul à la voir. Ensemble ils s’attaquent aux phénomènes étranges qui frappent leur école !

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 3

Alors que Kirie a rejoint le club des enquêtes paranormales, un nouveau mystère qui concerne le « cerisier de six ans » intrigue Teiichi : Nao, une élève de l’école, lui explique qu’une de ses amies, Kiyomi, prétend qu’elles mourront ensemble sous cet arbre avant le début de l’été…

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 4

Un fantôme très étrange et rempli de haine est apparu devant le groupe d’enquête ! Sa particularité ? Il ressemble comme deux gouttes d’eau à Yûko…
Le groupe comprend alors que le passé de la jeune fille est loin d’être clair.
Comme si les choses n’étaient pas suffisamment compliquées, une nouvelle rumeur fait son apparition dans l’école. Une élève nommée Yûko elle aussi serait morte durant les vacances d’été de cette année. Une de ses camarades de classe semble terrorisée, convaincue que le spectre en a après elle.

 

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 5

Cette année, pour la fête de l’école, une maison hantée est aménagée dans l’ancien bâtiment. Yûko se porte volontaire pour y jouer le rôle d’un véritable fantôme ! Toute la troupe de Teiichi se met à l’ouvrage pour réaliser la maison la plus effrayante possible…

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 6

Le collège Seikyô est en proie à une nouvelle histoire de fantôme : « La voix de six heures » ! Les étudiants qui en entendent parler se retrouvent obligés de raconter cette histoire à d’autres, sous peine de mourir ! L’équipe d’enquête se lance donc à la recherche de la personne qui est à l’origine de cette histoire. Plus facile à dire qu’à faire…

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 7

Niiya est décidé à connaître la vérité sur le passé de Yûko. Il va alors à la rencontre de la grand-mère de Kirie. Que va-t-il y apprendre ?

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 8

Alors qu’il ne reste qu’un mois avant la destruction de l’ancien bâtiment, Kirie propose à Niiya de rencontrer sa grand-mère, la petite soeur de Yûko, afin d’en savoir plus sur son passé. 
Malheureusement, cette dernière semble leur caché quelque chose…

Dusk Maiden of Amnesia

Dusk maiden of amnesia - 9

Yukariko Kanoe, la grand-mère de Kirie, continue ses révélations à propos de la mort de sa grande soeur Yûko…


Critique

Par Aya Sakuraba, le 03/03/2016

Une couverture sombre, une police de titre sortie tout droit de Ring, un titre lui-même contenant Dusk (crépuscule pour les non-anglophones), et pourtant, cette série n’est absolument pas horrifique, ni n’a de prétention à l’être. L’auteur aborde surtout la relation qui se développe entre un jeune homme et un fantôme, amicale au début, plus romantique ensuite. Alors oui, en effet c’est un fantôme, et dans leur quête sur les origines de sa nature, les protagonistes vont investiguer des rumeurs glauques liées à des phénomènes surnaturels, mais tant les conclusions de ces enquêtes que les réactions de nos héros viennent diminuer ce qui aurait pu mettre le lecteur mal à l’aise.
L’histoire est donc principalement constituée d’une succession d’enquêtes légères, qui permettent petit à petit de lever le voile sur le passé de Yûko, l’héroïne. En effet cette enquête est le fil conducteur de la série. De plus, l’auteur a voulu privilégier la relation entre les personnages principaux, et n’introduit donc que peu de personnages secondaires qui auraient pu détourner l’attention du lecteur. Cela a donc pour effet qu’il y a peu de personnages pouvant influer sur l’intrigue, ou apporter des fils scénaristiques secondaires. Ainsi, l’auteur se concentre sur l’histoire principale, mais le lecteur pourra être déçu par le manque de variété de l’histoire.
En parlant des personnages, si les secondaires servent surtout de faire-valoir, ou pour introduire une nouvelle intrigue, les principaux sont relativement originaux, et s’avèrent particulièrement attachants. En plus d’avoir des caractères matures et bien développés, ils se révèlent être de réels moteurs pour l’avancement de l’histoire. Pour ne rien gâcher, ils sont dotés de chara-design agréables tout en collant avec la simplicité propre à l’ambiance de la série.
En effet, Maybe arrive à donner une ambiance toute particulière à sa série, qu’il arrive à parfaitement maîtriser et imposer de bout en bout. Il parvient donc à jongler entre des passages sentimentaux, une atmosphère de mystère omniprésent et une légèreté qui vient relever le tout, notamment grâce à des touches d’humour appréciables.
Si Maybe réussi à faire passer de l’humour, notamment dans ses sous-couvertures, il ne néglige pas pour autant des réflexions plus sérieuses. En effet, il aborde des thématiques plus sombres tout en filigrane sur des aspects sociétaux humains. Maybe donne à voir au lecteur un pan du Japon rural, où la communauté vit isolée du reste du monde, soumise à ses propres superstitions. Ainsi, face à une menace, la rationalité s’efface pour laisser place à un instinct grégaire de survie. On se voit donc proposé des réflexions implicites sur les réactions face à la peur, et face à ses propres peurs, notamment au travers de la manière dont Yûko est perçue par ses vis-à-vis.
Sans transition aucune, parlons des dessins. Pour sa première série, Maybe s’impose comme ayant un style propre, précis et détaillé. Il n’est pas rare de s’arrêter pour admirer une image au détour d’une page. Ses jeux sur les ombres sont travaillés et viennent soutenir l’ambiance mystérieuse de l’histoire. Les cases sont généralement très rectilignes, mais l’auteur fournit un énorme travail au niveau des plans et des points de vue. Ceux-ci viennent donner du mouvement et de la diversité à l’œuvre, et lui confèrent un côté très cinématographique.
Epilogue. Dusk Maiden of Amnesia est un shonen avec une vision assez mature de l’histoire et de la relation entre un humain et un être surnaturel. On est assez loin des codes classiques, aussi n’y a-t’il pas ne rythme soutenu imposé, ni de personnages stéréotypés. Une série que je vous recommande pour son ambiance particulière, à savourer tranquillement dans une bâtisse abandonnée. The End.

 

7.5/10

Discuter de Dusk Maiden of Amnesia sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :