Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Jeux > Horreur à Arkham

Horreur à Arkham

Auteur : Richard Launius & Kevin Wilson
Editeur : Ubik
Année : 2006
Joueurs : 1 à 6 joueurs
Age : 12 ans et plus
Durée : 120-240 minutes
Prix : 45 euros
Thème : Fantastique, Horreur, Démons
Genre : Coopératif


Descriptif de l’éditeur :

La fin est proche !!!
Nous sommes en 1926, à Arkham, à l'apogée des Années Folles. Des portails vers des lieux infâmes au-delà de toute imagination s’ouvrent partout dans la ville, lâchant d’ignobles créatures dans les rues. Pire encore, si un certain nombre de ces portails sont ouverts, le monde sera livré à une créature au pouvoir incommensurable.
Malgré leurs faibles chances de réussite, un petit groupe d’investigateurs est déterminé à se battre jusqu’au bout pour défaire cette menace. Ils vont devoir plonger au cœur des secrets du Mythe, user de tous leurs talents ainsi que des armes et des sortilèges à leur disposition s’ils veulent avoir la moindre chance de vaincre.

But :

Dans Horreur à Arkham, une terrible créature d'au-delà du temps et de l'espace s'éveille, stimulée par l'ouverture de portails dimensionnels dans toute la ville. Les joueurs doivent joindre leurs forces pour fermer tous les portails avant que ce Grand Ancien ne se réveille. Si le Grand Ancien bat les joueurs, Arkham est condamnée.
Les joueurs doivent travailler ensemble afin de former une équipe d'investigateurs dont le but est de fermer tous les portails dimensionnels, les sceller pour toujours, ou, si cela échoue, battre le Grand Ancien quand il émerge de son sommeil profond.

Matériel :


  • 1 livret de règles
  • 1 plateau
  • 1 marqueur Premier Joueur
  • 5 dés
  • 16 feuilles Investigateur
  • 16 marqueurs Investigateur
  • 196 pions de Statut Investigateur (56 pions Argent, 34 pions Santé mentale, 34 pions Résistance, 48 pions Indice, 24 pions coulissants Compétence)
  • 189 cartes Investigateur (44 Objets Communs, 39 Objets Uniques, 40 Sorts, 20 Compétences, 11 Alliés, 35 cartes spéciales, 8 Acompte, 8 Prêt Bancaire, 8 Membre de la Loge du Crépuscule d'Argent, 8 Bénédiction/Malédiction, 3 Adjoint au Shérif)
  • 8 feuilles Grand Ancien
  • 20 pions Destin
  • 179 cartes Grand Ancien (63 cartes Lieu, 67 cartes Mythe, 49 cartes Portail)
  • 60 marqueurs Monstre
  • 16 marqueurs Portail
  • 3 marqueurs Activité
  • 3 marqueurs Exploré
  • 1 marqueur Echelle de Terreur
  • 6 marqueurs Fermé

Critique :

Par Kaines, le 12/12/2009

Horreur à Arkham est un jeu de plateau qui plonge les joueurs dans l’univers de Lovecraft. Ceux qui connaissent le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu ne seront donc pas dépaysés, d’autant que Horreur à Arkham n’est qu’une adaptation pour plateau dudit jeu de rôle.
Le principe du jeu est simple. Les joueurs choisissent un Grand Ancien (un Dieu des anciens temps). Ils choisissent ensuite chacun un investigateur parmi 16 personnages, avec lequel ils devront essayer d’empêcher le Grand Ancien de revenir sur Terre. Pour cela les joueurs doivent récolter des pions indices à travers la ville d’Arkham, puis voyager dans des mondes parallèles pour tenter de fermer ou sceller un maximum de portails avant le réveil de l’ancien Dieu. Chaque Grand Ancien et chaque investigateur ont des caractéristiques différentes, un nombre de points de vie différent, des compétences et des pouvoirs différents, ce qui offre une multitude de configurations de parties possible.
Le jeu a l’aspect original d’être coopératif. Les joueurs ne jouent pas les uns contre les autres, mais les uns avec les autres contre le jeu. A chaque tour, les joueurs devront ainsi tirer une carte Mythe, qui décrira les agissements du Grand Ancien et provoquera instantanément l’ouverture d’un portail vers un autre monde. A cela viennent s’ajouter les cartes Rencontres. Ces dernières décrivent un évènement arrivant à l’un des joueurs se trouvant sur un lieu précis. Chaque case lieu du plateau est regroupée en 9 quartiers de couleurs différentes, et une pioche de carte Rencontres est assignée à chaque quartier, assurant de fait une grande diversité de scénarios possibles. Une pioche de cartes rencontres est également destinée aux mondes parallèles.
L’interaction du jeu est très agréable, notamment parce que le joueur jouit d’une grande liberté d’actions héritée du jeu de rôle. Le plateau est très vaste, et comporte une vingtaine de lieux différents. Le joueur peut s’y rendre et acheter divers objets, sorts ou encore rencontrer des alliés potentiels. Par ailleurs chaque fiche de personnage présente des compétences que le joueur pourra ajuster à sa guise à chaque tour, selon ses objectifs, s’il préfère privilégier le combat au savoir par exemple.
Les joueurs seront de plus confrontés à plusieurs monstres délivrés dans les rues d’Arkham dès l’ouverture d’un portail. L’originalité d’Horreur à Arkham est d’introduire des points de santé mentale en plus des points de vie normaux. Face à une créature, l’investigateur peut perdre des points de vie, mais aussi céder à la peur et à la panique, et donc perdre des points de santé mentale, devenant ainsi peu à peu fou. D’autres éléments viennent s’ajouter à la difficulté du jeu. Les joueurs peuvent se perdre dans l’espace et dans le temps s’ils usent trop des voyages dimensionnels. Une jauge d’horreur mesure la quantité de monstres dans la ville, et les lieux importants du plateau ferment si une certaine limite est dépassée. La partie se termine lorsque les joueurs, s’ils ne sont pas morts, ont fermé ou scellé un certain nombre de portails, ou alors s’ils ont réussi à tuer le Grand Ancien (chose extrêmement rare).    
Les premières parties risquent d’être très longues et difficiles en raison de ces multiples paramètres qu’il faut gérer. D’autant que le jeu doit également agir indépendamment des personnages grâce aux cartes Mythe et Rencontres. Mais pour ces même raisons, le jeu possède une durée de vie très longue qui résulte des multiples configurations de parties et scénarii possibles (les cartes Mythe et Rencontres sont très nombreuses). Qui plus est, grâce à un esthétisme superbe (le plateau est beau, les cartes et les fiches sont soignées et illustrées), et à cette grande liberté d’actions, le joueur s’immerge totalement dans l’univers du jeu et en profite un maximum.
C’est donc un très grand jeu d’ambiance mais, qui s’adresse surtout aux amateurs du genre, en raison de son approche complexe et des premières parties qui, en plus d’être difficiles, sont souvent très longues en raison des multiples éléments qu’il y a à gérer.

Le profil du jeu Complexité : + + + + +
Esthétique : + + + + +
Hasard : + + +
Stratégie : +
Négociation : +
La note globale

8/10

Discuter de Horreur à Arkham sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :