Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Jeux > Defenders of the Realm

Defenders of the Realm

Titre VO: Defenders of the Realm

Auteur : Richard Launius
Illustrateur : Larry Elmore
Editeur : Eagle Games
Année : 2010
Joueurs : De 1 à 4 joueurs
Age : 13 ans et plus
Durée : De 90 à 120 minutes
Prix : 75 euros
Thème : Aventure, Guerre, High Fantasy
Genre : Gestion de mains, Dés, Coopératif


Descriptif de l’éditeur :

“Our Liege is in a desperate hour! From what grievous cause have these accursed races arisen? Orcs, Dragons, Demons and the Dead make haste towards Monarch City. The King and Countryside of Monarch City is in need of valiant Heroes!”
Will you answer the King's call?
In the ancient Citadel of Monarch City, the King calls to arms the finest Heroes to defend against a Darkness that engulfs the land. You and your allies must embark on a journey to defend the countryside, repair the tainted lands, and defeat the four creature factions before one of them enters the City. And they approach from all sides! Fast populating Orcs! Fierce Dragons! Undead that bring Terror! And Demons! All tainting the land in their wake. There are several paths to defeat, but only one path to victory, and only the most valiant Hero will be named King's Champion.

Defenders of the Realm is a cooperative fantasy board game in which 1-4 players take a role as one of the King’s Champions (Choose from Cleric, Dwarf, Eagle Rider, Paladin, Ranger, Rogue, Sorcerer and Wizard). You, as one of the King's Heroes make use of strategy, special abilities, cooperation, card play and a little luck in Defense of the Realm for a unique experience every adventure. But be forewarned! There is never time to rest. As each Enemy General is struck down in battle, the remaining dark forces only grow more difficult to vanquish and their march to Monarch City gets faster with each Hero victory!

But :

Vaincre les quatre généraux adverses avant que l'une des quatre conditions de défaite se réalise.

Matériel :


  • 1 plateau de jeu
  • 8 petits plateaux pour les personnages
  • 4 petits plateaux pour les généraux
  • 1 petit plateau Statut de la guerre (War Status)
  • 8 figurines de personnages
  • 4 figurines de généraux
  • 100 figurines de monstres (identiques, 25 par couleur)
  • 1 deck de 56 cartes Ténèbres (Darkness Spreads)
  • 1 deck de 96 cartes Héros
  • 12 cristaux (représentant la corruption)
  • 5 jetons Portail
  • 7 jetons Statuts (Guerre, 4 marqueurs de blessures pour les généraux, 1 pour la Sorcière, 1 pour le Monteur d'Aigle)
  • 42 jetons points de vie
  • 12 dés (3 de chaque couleur)
  • 1 règle du jeu

Critique :

Par John Doe, le 06/05/2016

Dans Defenders of the Realm, les joueurs incarnent un héros qui doivent protéger le royaume contre quatre armées (orcs, démons, dragons et morts-vivants). Les héros débutent au centre de la carte, sur Monarch City avec deux cartes héros et une carte quête. Les quatre généraux débutent aux coins de la carte avec 3 monstres, et 18 monstres supplémentaires sont placés aléatoirement sur le plateau. Pour gagner, il faut éliminer les quatre généraux avant que l'une des conditions de défaite se réalise. Les joueurs perdent si :

- un général arrive sur Monarch City
- 12 cristaux de corruption sont sur le plateau
- 5 monstres sont sur Monarch City
- une carte demande de placer un monstre et qu'il n'en reste plus dans la réserve.

A chaque tour, les héros peuvent accomplir de 4 à 6 actions : se déplacer (à pied, à cheval, par un aigle ou par portail), se soigner, enlever un cristal de corruption, combattre ou, dans les auberges, écouter les dernières rumeurs (i.e. gagner des cartes). Le combat est très simple : les héros jettent autant de dés que le nombre de monstres sur le lieu et doivent attendre la valeur pour toucher requise (3+, 4+ ou 5+). Contre les généraux, le combat se passe différemment : les joueurs doivent dépenser les cartes de la couleur correspondant au général (et peuvent, s'ils sont sur le même lieu, cumuler leurs efforts). S'ils parviennent à éliminer un général, chaque joueur pioche trois cartes et on avance d'un cran le Statut de la Guerre. En cas d'échec, chaque joueur subit une pénalité. A la fin de son tour, le joueur pioche deux cartes héros, puis on révèle une carte Ténèbres, qui ajoute des monstres sur deux lieux et peut faire se déplacer un des généraux vers Monarch City, sachant que  les généraux sont chacun à 4 cases de la capitale.
Les cartes Quêtes permettent aux joueurs de bénéficier, sous certaines conditions, d'un avantage immédiat ou permanent.

Richard Launius n'est pas un inconnu, on lui doit notamment la première édition d'Horreur à Arkham, à l'époque chez Chaosium.  Son Défenseurs du Royaume peut être décrit comme une version fantasy de Pandémie. Defenders of the Realm emprunte en effet une partie des mécanismes au célèbre jeu de Matt Leacock.
Là où Defenders of the Realm frappe très fort, c'est dans le sentiment de menace incessante qui pèse sur la partie. Chaque tour donne le sentiment d'une lutte - parfois perdue d'avance - contre le flot incessant d'ennemis qui arrive à chaque tour. En cela, le jeu évoque les sensations d'un Ghost Stories. En effet, il faut lutter contre : des nouveaux monstres qui arrivent à chaque tour et qui menacent de submerger le plateau, la corruption qui menace de détruire toute vie et les généraux adverses qui avancent vers la capitale. Pour espérer l'emporter, il sera indispensable d'avoir une parfaite coopération entre les joueurs, et même comme cela, attendez vous à perdre au moins la moitié des parties.
Chaque personnage donne des sensations de jeu différentes, et leurs pouvoirs sont cohérents thématiquement. Avoir une capacité spéciale que personne d'autre n'a est un de mes mécanismes préférés, que cela soit dans un jeu coopératif ou compétitif, car il permet d'individualiser son personnage, de lui donner une personnalité. Qui plus est, ici ces capacités ont un véritable impact pour la partie, à l'image du magicien qui peut de téléporter une fois par tour ou du clerc qui a un bonus contre les démons et morts vivants.
La partie graphique est assurée par Larry Elmore, et si ses personnages vous semblent tirés d'un Dragonlance ou de D&D, c'est normal : il a entre autre travaillé pour TSR durant une partie des années 80. L'ensemble a donc un côté old school qui correspond plutôt bien a l'ambiance très high fantasy du jeu.
Le matériel est de bonne qualité, on regrettera juste que les figurines de héros soient un peu petites. L'ergonomie du plateau aurait pu être meilleure : on passe toujours un peu de temps à chercher où sont les lieux décrits par les cartes. 
Ces petits défauts mis à part, Defenders of the Realm est un très bon coopératif, qui plaira particulièrement à ceux aimant les jeux qui ne laissent pas aux joueurs le temps de souffler et qui aiment les jeux assez longs, une partie durant autour de deux heures... ou moins si ça se passe mal !

So I've decided what I'm gonna do now / So I'm packing my bags for the Misty Mountains 

Extensions :

Il existe une grosse extension, Dragons, qui propose de nouveaux généraux et de nouveaux minions, et une myriade de petites extensions (des nouveaux héros, des nouveaux Minions, des decks supplémentaires...). Autant d'ajouts qui sont sympathiques, mais loin d'être indispensables (à part peut être, si vous y jouez beaucoup, quelques personnages supplémentaires).

Disponibilité :
Le jeu est à l'heure actuelle uniquement disponible en import, mais il ne compte qu'assez peu de texte, d'un niveau assez simple : uniquement les cartes héros et les cartes quête. 

Le profil du jeu Complexité : + + +
Esthétique : + + +
Hasard : + + +
Stratégie : + + +
Négociation : + +
La note globale

8.5/10

Discuter de Defenders of the Realm sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :