Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Sandman > Veillée Mortuaire


Veillée Mortuaire

Tome 10 du cycle : Sandman
ISBN : 978-280940685-6
Catégorie : Bd
Auteur : Neil Gaiman

Dieux antiques, amis et ennemis s’assemblent dans veillée mortuaire pour rendre un dernier hommage à feu le Roi du Rêve et conclure l’interminable histoire de Morphée l’Eternel. Après de très étranges obsèques, les échos de Morphée subsistent. Ils effleurent un homme qui refuse la mort, un lettré chinois perdu dans le désert du Rêve, et enfin Shakespeare qui, au crépuscule de sa vie, doit remplir envers Sandman une obligation consentie vingt ans auparavant.


Critique

Par Gillossen, le 13/05/2009

Il aura donc fallu attendre 13 ans et 2009 pour découvrir en français la fin de la saga comics Sandman, à laquelle l’auteur Neil Gaiman mit un terme en 1996, au sommet de sa gloire.
Aujourd’hui encore, à l’heure de l’édition américaine Absolute, Morphée continue de faire parler de lui plus souvent qu’à son tour. Mais Morphée n’est plus, Morphée a disparu, déjà remplacé par un autre Dream.
La majeure partie de cet ultime volume revient donc sur le parcours de celui qui fut loin d’être un superhéros sans tache, mais un esprit libre, entier, et volontiers caractériel qui peu à peu, au contact de ses nombreuses rencontres, sut lui aussi évoluer et avancer, quitte à en abandonner son royaume pour toujours…  Il est d’ailleurs amusant de reconnaître au passage certains super-héros de l’univers DC venus assister à ses funérailles, tel Batman ou le Martian Man Hunter, mais aussi un super-vilain comme Darkseid !
Eux ne prendront pas la parole au cours de l’homélie finale, au contraire des autres Eternels, évidemment. Bien que savamment mis en scène par l’auteur, on leur préfèrera sans doutes les interventions de la corneille Matthew, forcément bien plus émue qu’elle ne le laisse voir, mais qui n’oublie pas que le monde continuera de tourner sans Morphée, mais pas sans Dream pour veiller sur le monde du rêve…
Après quelques pages de transition de la série mais sans réelle valeur ajoutée, nous terminons cette grande aventure avec William Shakespeare, encore lui, et le pourquoi du comment de la seconde pièce qu’il devait à Morphée. Sous l’angle classique du  « la véritable histoire de la création de telle ou telle chose », Neil Gaiman propose un récit doux-amer et parfois déconcertant, l’histoire d’un homme qui doute et de relations familiales pas toujours simples, de déceptions et de ce que l’on est prêt à sacrifier pour obtenir une place dans l’histoire avec un grand H…
Là encore, c’est bien mené, mais évidemment pas à la hauteur du vrai épilogue de la série, qui réunit donc tous les chapitres traitant de la disparition de Morphée, tandis que les remerciements de l’auteur sont à l’image du personnage : entiers, pertinents, mais aussi plein de retenue.
Ce qui n’est pas le cas de la longue préface, qui, sans être inintéressante, aurait pu se permettre de rentrer bien davantage dans le détail, se contentant trop souvent de dresser des parallèles et de multiplier les compliments sans nous emporter totalement.

8.0/10

Discuter de Veillée Mortuaire sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :