Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Sorceline > Un jour, je serai fantasticologue


Un jour, je serai fantasticologue

Tome 1 du cycle : Sorceline
ISBN : 978-274930852-4
Catégorie : Bd
Auteur : Antista Paola
Dessinateur : Douyé Sylvia

Sorceline, une jeune passionnée de cryptozoologie, vient de trouver un stage d’été auprès de l’éminent Archibald Balzar. Analyses de comportements, soins magiques et dressage sont au menu, mais les places sont chères et la compétition rude : le plus doué des six stagiaires sera choisi pour devenir l’assistant du professeur. En plus des gorgones, vampires et autres griffons, Sorceline doit faire connaissance avec ses camarades. Mais dès les premiers jours, l’une d’entre eux disparaît mystérieusement…


Critique

Par Erkekjetter, le 14/10/2018

Avec son lettrage doré et son vernis sélectif, ce premier tome de Sorceline s’offre une couverture chatoyante qui attire l’œil et pousse à la curiosité. La série, débutée en mai 2018, s’adresse avant tout à un jeune public, comme le laisse présager le trait d’inspiration cartoonesque.
Qu’en est-il de l’intérieur ? On retrouve les jolis dessins de l’illustratrice, formée à l’académie Disney – et cela se sent. C’est rond, assez doux, et les couleurs sont plutôt réussies, assez lumineuses sans être criardes. L’univers se prête plutôt bien au style de dessin, notamment pour les créatures. C’est du côté du scénario et des personnages que l’on peut noter quelques faiblesses. D’abord, les petits camarades de Sorceline sont très clichés, se présentant comme des archétypes d’ados quasi caricaturaux que l’on aurait aimé plus nuancés : on trouve bien la peste de service avec sa super copine en mode sbire, le mec intelligent et trop mystérieux avec sa mèche dans les yeux, le chevalier servant un peu timide, la meilleure amie un peu fofolle et débordante d’enthousiasme. On peut toutefois noter à leur crédit qu’ils parviennent de fait à être parfois aussi agaçants que de véritables ados en chair et en os…
Du côté du scénario, on referme l’ouvrage avec la sensation que tout a été un peu trop vite. Certes, le mystère des disparitions n’est pas entièrement résolu et permet d’introduire d’autres éléments qui demandent à être plus développés, mais la mise en place est si rapide que cela donne une impression d’artificiel. Comme si l’enquête n’avait finalement pour seul but que de mener Sorceline à s’interroger sur elle-même, et le lecteur avec elle.
Le monde que proposent les auteurs détient malgré cela un certain potentiel qui, correctement exploité, peut se révéler intéressant. Il en va de même pour le personnage de Sorceline, qui semble promise à des révélations sur sa petite personne et dont les évolutions pourraient enrichir le propos. Si l’on quitte la demoiselle sans en être bouleversé, on donnera tout de même une chance au deuxième tome, pour voir quelle direction prend la série et si elle parvient à décoller au-delà de cette première impression d’histoire mignonne mais pas vraiment décoiffante.

6.0/10

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :