Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Ekhö monde miroir > Swinging London


Swinging London

Tome 7 du cycle : Ekhö monde miroir
ISBN : 978-230206302-0
Catégorie : Bd
Dessinateur : Alessandro Barbucci (Proposer une Biographie)
Auteur : Christophe Arleston
Coloriste : Lebreton Nolwenn

Au Royaume-Uni, la situation est des plus critiques. Il y a pénurie de thé et les Preshauns peinent à contrôler leur pendant bestial. Les incidents se multiplient et les humains voient des choses qu’ils ne devraient pas voir. Yuri et Fourmille sont mandatés pour tirer ça au clair. Coiffé d’un chapeau melon et bottée de cuir, ils vont, à l’ombre de Big Ben, mener l’enquête au milieu des bobbies et des punks.


Critique

Par Asavar, le 27/02/2019

Après un tome 6 des plus décevants, nous retrouvons notre duo Fourmille et Yuri à Londres, et ce pour une raison très particulière. C’est la panique chez les Preshauns car une pénurie de thé frappe la capitale britannique. Quand on sait comment ces petites bêtes réagissent quand elles n’ont plus leur dose, on comprend que la situation est grave. Nos deux compères sont donc missionnés par… La Pontife ! Celle-là même dont il avait été question dans le tome cinq et dont Fourmille, refusant son héritage, ne voulait pas entendre parler… alors que les deux ont l’air désormais assez proches. A t-on a loupé quelque chose ou est-ce que désormais, on ne s’intéresse plus aux événements des tomes précédents ? Toujours est-il que ce retournement de situation donne l’impression de n’exister que pour justifier le changement de ville…
Ce point, qui peut paraître anecdotique, est typique de ce qu’est la série : on ne voit pas ou elle veut aller. Mais pas dans le genre où nous nous posons des questions qui auront des réponses plus tard. Non ! Je pense sincèrement qu’elle ignore réellement dans quelle direction elle va. Le fil rouge des cinq premiers tomes n’a au final rien donné, avec une héroïne qui, après avoir (pour une fois) refusé sa destinée pour s’occuper de l’agence qu’on lui a léguée, reste malgré tout au service de la Pontife !
Après avoir relevé ce détail faisant suite à une blague qui aurait été des plus amusantes si l’histoire avait été en format audio, mais dont l’impact est amoindri en format bande-dessinée, nous entrons dans le vif du sujet avec un point intéressant de l’enquête : le thé est bien livré mais disparaît des entrepôts où il est stocké pendant la nuit. L’explication de sa disparition s’avérera d’ailleurs très crédible et évite l’écueil facile du “TG c’est magique”. Un très bon point donc, même si la résolution de l’enquête fait plus penser à un deus ex machina suite à une possession de Fourmille.
Car l’enquête en elle-même est malheureusement un peu vite bouclée. On aurait bien aimé voir davantage de rebondissements et d’investigations, voire une réflexion plus profonde qui nous aurait dirigés sur la voie de la résolution avec nos propres suppositions. En un mot, nous donner ce que promet une enquête policière. Ici, nous devons nous contenter d’une Londres Miroir, certes au charme très différent des autres villes déjà visitées, mais où les gimmicks ont, comme dans le reste de la série, laissé la place aux clichés. 
Surtout qu’à la fin, sans trop en dévoiler, tout ne semble pas si bien aller dans ce monde dont l’ordre semblait bien établi. De quoi ouvrir de nouvelles perspectives et amener Fourmille à collaborer avec la Pontife ? Cela pourrait être une piste intéressante, à voir si la série part dans cette direction ou non.

3.0/10

Discuter de Swinging London sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :