Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Providence > L'Abîme du temps


L'Abîme du temps

Tome 2 du cycle : Providence
ISBN : 978-280945583-0
Catégorie : Bd
Auteur : Alan Moore
Dessinateur : Burrows Jacen

Le voyage de Robert Blake dans l’Amérique profonde du début du XXe siècle se poursuit. Arrivé à Salem, les pièces du puzzle prennent leur place. Arrivera-t-il à garder toute sa tête ?


Critique

Par Gilthanas, le 09/09/2016

Après un premier tome fort réussi, Alan Moore continue son interprétation de l’univers de H.P Lovecraft avec cet « Abîme du temps », qui regroupe les épisodes cinq à huit de sa série Providence. Rappelons que la série est prévue en douze épisodes, et que le prochain tome sera donc le dernier (en cours de parution aux USA).
Après un premier volume où le doute avait encore sa place quand aux événements vécus par le héros Robert Black, ce second opus laisse la porte ouverte à l’horreur pure, et à la folie sous toutes ses formes. Les pérégrinations de Black provoquent chez le lecteur une tension certaine, qui augmente au fur et à mesure que l’on tourne les pages. On est pleinement impliqué dans ce que vit Black, et à travers lui, on ne cesse finalement de s’interroger sur notre propre existence, sa futilité chère à Lovecraft et à l’inéluctabilité de notre mort.
Ces épisodes s’inspirent plus particulièrement des nouvelles de Lovecraft suivantes : Dans l’abîme du temps, Herbert West, Réanimateur, Le monstre sur le seuil, La maison de la sorcière, L’abomination de Dunwich et La couleur tombée du ciel. Ouf ! Ce mélange, qui démontre encore une fois la maitrise de Moore pour le matériau lovecraftien, donne un résultat où les différents niveaux de lecture font que chacun pourra se forger sa propre opinion sur ce que vit Robert Black, et surtout sur ce que lui révèlent ses interlocuteurs.
Ces nouvelles étapes dans le parcours du fictif romancier new yorkais le rapprochent de plus en plus de Lovecraft, à la fois intellectuellement et physiquement, comme le découvrira avec plaisir le lecteur dans le dernier épisode.
Si les dessins de Jacen Burrows sont toujours d’excellente facture, et font ressortir le malaise et l’étrangeté de l’histoire (notamment dans une scène simplement horrifique entre Robert Black et la jeune Elspeth), l’accent est ici mis sur le langage : celui capable de faire voyager l’esprit dans des espaces inconnus, ou celui, mystérieux et secret, d’un mage arabe du Moyen-Age. On notera aussi les dialogues à plusieurs niveaux de compréhension, qui font que ce qu’entend Robert Black n’est pas toujours ce qui est dit. Cela renforce l’aspect dichotomique du récit, coupé en deux entre réalité et fiction, monde réel et imaginaire, vrai et faux.
On espère simplement que les derniers épisodes nous apporteront l’apothéose que mérite amplement ce récit d’excellente facture. Un modèle du genre.

8.5/10

Discuter de L'Abîme du temps sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :