Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Vauriens

Vauriens

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Luc Brunschwig (Proposer une Biographie)
Dessinateur : Laurent Cagniat (Proposer une Biographie)
Vauriens

Pop Bras d'Argile

Condamné à mort par son peuple, un roi réussit de justesse à transmettre à une petite fille deux étranges statuettes contenant des forces extraordinaires : la Tourmente pour mieux régner en maître, et la Clémence pour mieux diviser et asservir.
Mais à cette époque trouble, les routes sont dangereuses et les destins fragiles…

Vauriens

Dame Brèche-Dent

La ville d’Alcinor est assiégée par le seigneur Lupus. Alors que tout semble perdu, surgit Dame Brèche-Dent qui, grâce au pouvoir surnaturel que lui confère la Clémence, prend le contrôle de la cité. Pop, qui possède la statue de la Tourmente, mène la révolte à la tête d’une bande de vauriens.

Vauriens

Justine des Dieux

Pop, le chef de la révolte, l’amoureux de Justine, s’est introduit secrètement dans la Cité. Il demande une audience auprès de la Dame Brèche-Dent qui réalise des miracles grâce à une statuette magique. Ignorant son identité, elle lui guérit les mains. Pop retrouve son habileté légendaire et redevient le plus redoutable lanceur de couteaux du royaume. Brèche-Dent le démasque, mais il est déjà trop tard : les enfants ont commencé à attaquer la Cité.


Critique

Par Snowcrash, le 14/05/2008

Luc Brunshwig, scénariste des excellentes BDs Le Pouvoir des Innocents et L’esprit de Warren, nous livre ici une série en trois tomes qui n’a pas connu le succès de ses autres oeuvres. Il faut dire que l’idée originale n’est pas de Brunschwig mais du dessinateur, Laurent Cagnat. Et cela explique peut-être que l’histoire ne soit pas aussi complexe et passionnante.
Malgré un premier album assez banal, on sent une volonté de sortir des sentiers battus de la Fantasy alors que la présence de la Clémence et la Tourmente (le Bien et le Mal) aurait pu nous faire penser le contraire. En effet, la lutte du Bien contre le Mal n’est pas du tout le thème abordé dans cette histoire. L’auteur a préféré s’orienter sur l’histoire d’amour entre Pop et Justine sans pour autant tomber dans la romance et sans oublier de narrer les actions d’une femme avide de pouvoir nommée Dame Brèche-Dent. Cette dernière fait d’ailleurs une utilisation intéressante de la Clémence.
Le scénario reste somme toute assez classique et l’auteur aurait pu éviter certains écueils, en particulier dans le tome 2 où Pop lève une armée d’enfants capables de battre des adultes, ce qui n’est pas du tout crédible, voire naïf.
L’auteur nous offre cependant un troisième album dont la fin est assez surprenante et qui rattrape les faiblesses des deux premiers tomes. De plus, il nous expose des personnages touchants et humains à la psychologie assez travaillée.
Pour ce qui est du dessin… Et bien tout d’abord, pourquoi le dessinateur a-t-il fait des visages aussi moches ? Malgré des décors qui nous plongent dans une ambiance médiévale et des couleurs très agréables, les lecteurs risquent d’avoir du mal à se faire aux visages.
On notera une évolution notable du dessin dans le troisième tome dans lequel les visages passent beaucoup mieux (même si on observe un visage changeant de Justine d’une case à l’autre). Le coloriste a également changé pour ce dernier tome : les couleurs sont un peu plus informatiques et froides mais avec des effets de lumière plus convaincants.
Au final, une bande dessinée parfois simpliste avec un dessin pas vraiment extraordinaire mais dont la fin mérite qu’on s’y attarde.

6.0/10

Discuter de Vauriens sur le forum.


Auteurs



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :